Monique Potvin Kent et ses enfants

Les lois du Québec sur la publicité destinée aux enfants sont parmi les plus sévères au monde.  

Deux poids, deux mesures : publicités destinées aux jeunes en matière de malbouffe

Candidate au doctorat en santé des populations et mère de trois jeunes enfants, Monique Potvin Kent est consciente de l’impact des médias sur la santé des enfants. Dans le cadre de ses recherches, elle s’interroge sur les lois canadiennes qui régissent les publicités destinées aux jeunes en matière de malbouffe, notamment à la télévision et sur le web.

En collaboration avec Lise Dubois, sa directrice de thèse qui est également titulaire de la Chaire de recherche du Canada en nutrition et santé des populations, elle s’efforce de comprendre les distinctions entre les lois canadiennes régissant les provinces anglophones du pays et celles qui sont en vigueur au Québec. Elle s’interroge aussi sur l’incidence de ces lois sur la santé et sur le taux d’obésité des jeunes enfants.

Mme Potvin Kent est l’une des premières chercheuses au monde à inclure le Web dans ses études sur le sujet. Elle souligne l’importance de savoir ce que la télévision et le Web présentent aux enfants, afin de mieux comprendre leurs choix alimentaires.

Elle affirme que les lois du Québec sur la publicité destinée aux enfants sont parmi les plus sévères au monde, ce qui pourrait expliquer le taux d’obésité juvénile plus faible que dans les autres provinces canadiennes.

Dominic Boutin
Mis en ligne : février  2011
© Université d'Ottawa
Pour d'autres renseignements, consultez la liste des points de contact.
Dernières modifications : 2012.11.27