La cour suprême sur les médias sociaux

La professeure Carissima Mathen est devant la Cour suprême du Canada.

La professeure Carissima Mathen a été l’une des premières professeures de droit à envoyer des messages en direct de la Cour suprême du Canada.

Rendre toute la complexité du droit constitutionnel canadien dans un message de 140 caractères est à première vue impensable. C’est pourtant un jeu d’enfant pour Carissima Mathen, professeure de droit à l’Université d’Ottawa.

Cette ancienne plaideuse en droit constitutionnel a la faculté aiguisée de déchiffrer le jargon juridique et d’extraire la substantifique moelle d’un argument. Aujourd’hui, elle se sert des médias sociaux pour mettre le droit à la portée du commun des mortels.

Mme Mathen a été l’une des premières professeures de droit à envoyer des messages en direct de la Cour suprême du Canada (surveillez le mot-clic #SCC dans la twittosphère). En octobre dernier, par exemple, elle s’est servie de Twitter pour faire connaître les audiences de la Cour suprême sur l’aide au suicide et inviter ses étudiants à observer la complexité des arguments présentés.

Les billets qu’elle diffuse régulièrement sur son site Web (www.carissimamathen.ca) vulgarisent avec une grande limpidité le langage juridique le plus pointu. À preuve ce billet lapidaire sur l’opinion de la Cour suprême rejetant à six contre un la nomination du juge Marc Nadon par le premier ministre Stephen Harper : « Jugement-choc à la Cour suprême – Marc Nadon non admissible ». La professeure Mathen et un collègue de l’Université de la Saskatchewan, Michael Plaxton, avaient anticipé ce dénouement. Un argument interprétatif soulevé par les deux professeurs de droit dans leur article publié en collaboration dans Forum constitutionnel en octobre 2013 se retrouve d’ailleurs dans l’opinion de la Cour suprême cinq mois plus tard. « La Cour a littéralement repris notre argument et fait référence à notre article au paragraphe 58 », fait remarquer Mme Mathen dans un billet diffusé sur son blogue en mars 2014. Plus récemment, elle a présenté ses réflexions à ce sujet à la prestigieuse conférence annuelle 2015 sur les affaires constitutionnelles.

Impressionnez vos amis en formulant des commentaires instantanés sur les sujets chauds de la scène juridique : suivez @cmathen.

 

Besoins prioritaires de la Faculté de droit, Section de common law

Les donateurs qui contribuent 500 $ et plus sont membres de la Société Tabaret

Appuyer financièrement les priorités de la Section de common law.

Haut de page