Aider les femmes par la mode

Ronjiny Basu démontre les foulards de son entreprise à une cliente.
Entrepreneuriat local, impact mondial

Chobhi, entreprise d’ici fondée par la diplômée Ronjiny Basu, permet à des artisanes à l’autre bout du monde d’améliorer leurs conditions de vie grâce au commerce équitable.

Ronjiny Basu, diplômée de la Faculté des sciences sociales, est une inconditionnelle de la mode. Grâce à son entreprise de fabrication et de mise en marché de foulards haut de gamme, elle permet à des femmes vivant à l’autre bout du monde de subvenir aux besoins de leurs familles et, éventuellement, de devenir elles-mêmes entrepreneures.

Chobhi, l’entreprise qu’elle a créée en 2012 à Ottawa, met en valeur le travail d’artisanes indiennes. La femme d’affaires recrute sur place les travailleuses qui tissent les foulards à la main, selon une longue tradition bengalie. Des photographies de la nature y sont imprimées. La plupart des photographies ont été croquées en Inde et à Ottawa par Tanima Majumdar, la partenaire d’affaires et amie de longue date de Ronjiny.

L’entreprise travaille de concert avec des organisations de commerce équitable en Inde, ce qui permet aux artisanes d’être rémunérées à leur juste valeur.

En 2013, une gamme de bijoux, également fabriqués par des artisanes indiennes, s’est greffée à la collection de Chobhi.

Depuis l’été dernier, Ronjiny Basu fait aussi affaire avec des artisans du Cachemire, une région montagneuse partagée entre l’Inde, le Pakistan et la Chine. « Le tissage de la laine cachemire est un art traditionnel très ancien dans ce coin de pays, explique Ronjiny. Le métier à tisser fait d’ailleurs partie de l’ameublement de nombreuses résidences. »

Par l’entremise de Chobhi, Ronjiny met à profit sa passion pour la mode tout en contribuant à l’amélioration des conditions de vie des habitants du pays natal de ses parents.

 

 

 

 

 

Student Financial Assistance at the Faculty of Social Sciences

Les donateurs qui contribuent 500 $ et plus sont membres de la Société Tabaret

Appuyer financièrement les étudiants et étudiantes de la Faculté des sciences sociales.

Haut de page