Une affaire de chimie

L'agent technique principal Louis Tremblay et le diplômé David McLimont prennent la pose à côté de la fameuse « machine McLimont ».

Merci!

« Le succès de notre département repose d'abord et avant tout sur le dévouement constant de ceux qui s'y investissent : nos professeurs, notre personnel, nos étudiants, nos partenaires externes. David McLimont fait partie de cette communauté : au-delà de sa grande générosité, c'est sans doute son engagement personnel envers nous que je trouve le plus précieux. »

– David Taylor, directeur du Département de génie chimique et biologique

Près de quarante ans de participation à la Campagne annuelle de l'Université d'Ottawa. Une bourse pour les étudiants du Département de génie chimique et biologique. Un laboratoire de cinétique des réactions tout neuf pour ce même département.

Le diplômé et ingénieur à la retraite David McLimont (M.Sc. 1966, génie électrique) a de quoi être fier de ses contributions à son alma mater, car elles profitent doublement aux étudiants, leur offrant non seulement un appui financier, mais aussi la possibilité d'apprendre à la fine pointe de la technologie. C'est dans cet esprit que M. McLimont a aussi prévu un don de police d'assurance-vie qui pourra servir à réaménager une salle de lecture de premier cycle.

Tout a commencé dans les années 1970 par un premier don encouragé par ce qu'il appelle, un sourire dans la voix, « la propagande universitaire », et inspiré par des professeurs comme le regretté George Glinsky. Les dons annuels réguliers qui ont suivi sont devenus, au fil des rencontres et des visites de M. McLimont sur le campus comme donateur, une façon d'appuyer des gens en qui il croyait : « J'ai rencontré beaucoup de professeurs de génie. J'ai été très impressionné par le groupe de génie chimique. Ça a cliqué entre nous, et j'ai pensé que mes fonds y seraient bien employés », se souvient-il.

Car pour M. McLimont, la philanthropie n'est pas une activité passive, mais bien une relation basée sur des affinités et des passions communes. C'est aussi une occasion de s'amuser, comme lorsqu'il a été invité, lors d'une visite en 2012, à essayer une perceuse à colonne affectueusement baptisée « la machine McLimont » par le Département de génie chimique et biologique.

« Ce qui compte, ce sont les relations, confirme-t-il. C'est ce qui me lie à l'Université : les gens extraordinaires qui m'ont enseigné, les différents agents de développement, les professeurs que j'ai rencontrés. Tout ça a fait boule de neige. C'est vraiment une affaire de chimie. »

À 89 ans, M. McLimont continue de redonner activement à la société, que ce soit comme donateur ou comme bénévole pour le North York Seniors Centre et United Way Toronto. Ses activités dans la Ville Reine ont suivi 25 ans de bénévolat à Ottawa, où il demeurait auparavant. Lorsqu'on lui fait remarquer la profondeur de son engagement, il s'arrête, un peu surpris, avant de conclure : « J'y trouve une raison de vivre, je pense. On fait toujours de nouvelles rencontres. Ça me plaît. »


Don d'assurance-vie

Savez-vous que le don d'assurance-vie vous permet d'aider l'Université à peu de frais, tout en bénéficiant d'avantages fiscaux intéressants?

 

Haut de page