En avant la musique!

Une étudiante de l'École de musique en processus de composition
En avant la musique!

« La musique est une langue universelle. Elle nous permet de nous développer au niveau spirituel et psychologique. Elle nous ouvre un univers. Mais si on veut que les générations suivantes puissent en profiter, il faut absolument encourager les compositeurs d’aujourd’hui. » - Micheline Beaudry-Somcynsky

Micheline Beaudry-Somcynsky a entendu le hululement des femmes nomades dans le désert et le chant des Massaï à l’aube. Au fil d’une longue et fructueuse carrière de diplomate, elle a chanté dans les chorales de nombreux pays. Son amour de la musique l’a même déjà poussée à sauter dans un avion pour aller récupérer des partitions anciennes de musique dans des villages reculés de Bolivie.

Aujourd’hui retraitée, la mélomane peut ajouter un autre bonheur à la liste haute en couleur de ses expériences musicales : appuyer le développement des talents en composition de musique classique au Canada.

« C’est encore plus tripant qu’un voyage! », s’exclame celle qui avait été consternée de découvrir, dans le cadre ses activités bénévoles au Chœur classique de l’Outaouais, que l’appui à la composition musicale était « presque nul » au Canada.

« Il y a bien un appui de la part du Conseil des arts, explique-t-elle, mais il faut être un compositeur qui a déjà été joué. Alors, comment faire pour passer d’étudiant à compositeur reconnu? Je me suis dit : il y a un vide, là. »

Emballée par la vision de l’École de musique de l’Université d’Ottawa de devenir un centre d’excellence en composition musicale, cette femme qui ne fait décidément rien à moitié a réécrit son testament en faveur de l’École, à qui elle a aussi offert un certain montant pour lancer le bal dès maintenant.

« Je voulais voir ce qu’ils en feraient, comment ils travaillaient. Maintenant, je sais que mon legs sera bien utilisé », dit la donatrice, elle-même une diplômée de la Faculté des arts.

Grâce à la générosité et à la participation enthousiaste de Mme Beaudry-Somcynsky, l’École a pu créer des classes de maître données par des compositeurs renommés. Un nouveau concours permet aux étudiants ayant soumis les meilleures compositions de travailler leur pièce en atelier avec un ensemble reconnu et d’enregistrer un démo qui s’ajoutera à leur portfolio. Enfin, un nouveau prix de composition offre aussi un précieux coup de pouce à la relève.

« Ce prix m’a beaucoup touché, confirme l’un des lauréats 2016, l’étudiant au doctorat Jason Alexander Young. J’y trouve un appui financier, mais aussi moral, puisque ça me dit que mes compositions sont comprises et appréciées. »

« Qui sait, le prochain Mozart se trouve peut-être parmi ces étudiants », dit la donatrice, qui découvre toute la portée de ses dons grâce à ce genre de témoignage.

Visiblement à l’aise dans son nouveau rôle de mécène des temps modernes, elle est encore bouillonnante de projets et espère que d’autres lui emboîteront le pas dans cette voie passionnante.

« La musique est une langue universelle, rappelle-t-elle. Elle nous permet de nous développer au niveau spirituel et psychologique. Elle nous ouvre un univers. Mais si on veut que les générations suivantes puissent en profiter, il faut absolument encourager les compositeurs d’aujourd’hui. Il y a moyen d’aider les talents à fleurir et à faire des choses extraordinaires. »

Micheline Beaudry-Somcynsky

Micheline Beaudry-Somcynsky

Haut de page