Faculté de droit, Section de droit civil

Civil Law Banner

Atteindre de nouveaux sommets :

Outillez les étudiants pour qu’ils contribuent à l’interprétation et à la réforme du droit grâce à la recherche, à l’accès aux outils et à l’expérience pratique.

« La vision d’ouverture sur le monde, qui inspire plusieurs des actions de la Section et de ses membres, nous permet d’offrir aux étudiants une expérience enrichie. La Section s’efforce de former des étudiants qui seront prêts à relever tous les défis d’un monde complexe et en constante mutation.»

- Céline Lévesque, doyenne de la Section de droit civil

Depuis plus de 60 ans, la Section de droit civil offre à ses étudiants un milieu d’étude et de recherche sans pareil, en particulier grâce à une ouverture à différentes cultures juridiques, à l’accent mis sur la qualité de l’expérience étudiante et à une ambiance conviviale. De grands juristes s’y rassemblent pour communiquer leur savoir et nouer des liens de collaboration au carrefour des disciplines et des traditions. Reconnue comme un pôle d’excellence en recherche, la Section possède un corps professoral riche et diversifié qui met de l’avant différentes approches et méthodes au service du droit et de la société.  

Chaque année, la Section de droit civil accueille près de 240 nouveaux étudiants au programme de licence en droit, y compris au programme coopératif et au programme conjoint en développement international et mondialisation. En plus du programme national, la Section de droit civil offre, en collaboration avec la Section de common law, le Programme de droit canadien, un programme intégré qui permet d’obtenir les diplômes de droit civil et de common law en trois ans.

Nos diplômés font leur marque sur les scènes nationale et internationale quels que soient leurs parcours et choix de carrières : en pratique privée ou publique, en affaires, en politique, dans la magistrature ou les organisations internationales. Par leur excellence et leur polyvalence, ils sont la fierté de la Section.

Voici quelques-unes des priorités auxquelles vous contribuez en donnant à la Faculté de droit, Section de droit civil :

Outiller les étudiants pour répondre aux exigences de la pratique professionnelle

Soucieuse d’assurer un meilleur apprentissage des aptitudes d’analyse, de raisonnement et de rédaction chez ses étudiants, la Section de droit civil a mis sur pied un programme d’enseignement appliqué qui comporte des activités spécifiques au cours de chaque année du programme de la licence en droit.

Afin d’améliorer ce programme d’enseignement appliqué, la Section de droit civil souhaite en développer les volets afin de mettre l’accent sur la rédaction juridique et afin d’assurer un suivi individuel et une rétroaction fréquente auprès des étudiants. La Section souhaite également mettre sur pieds des cours visant l’intégration des connaissances, afin de mieux préparer les étudiants à la complexité des questions juridiques qui se posent de nos jours. Un appui financier permettrait de bonifier ces volets de notre enseignement.

Offrir une expérience internationale à plus d’étudiants

À la Section de droit civil, environ vingt-cinq étudiants effectuent chaque année un échange dans une université étrangère, ce qui leur permet d’apprécier la diversité juridique et de comprendre le rôle du droit dans les relations internationales. La pratique contemporaine du droit exige une ouverture aux autres systèmes juridiques. Un échange ouvre les horizons et contribue à faire des étudiants des professionnels du droit plus complets.

Des coûts importants sont associés aux échanges internationaux et doivent être supportés en majorité par les étudiants; un appui financier permettrait à un plus grand nombre d’étudiants d’enrichir leur formation par un tel échange.

Servir la communauté et offrir une expérience pratique aux étudiants

La Section de droit civil croit que le droit, c’est l’affaire de tous les citoyens. C’est pour cette raison qu’elle a mis sur pied des cliniques juridiques dans différents domaines du droit, dont le droit notarial, l’assurance-emploi, et le droit des affaires. Celles-ci accueillent des étudiants qui y offrent gratuitement de l’information juridique à toute personne intéressée, principalement aux personnes qui n’ont pas les moyens de retenir les services d’un professionnel du droit.

Les cliniques répondent à des besoins criants dans la communauté et contribuent à l’amélioration de l’accès au droit et à la justice. Elles donnent également l’occasion aux étudiants de la Section de droit civil de mettre en pratique les connaissances acquises en salle de classe et d’acquérir une expérience juridique réelle qui les prépare pour les défis que leur réserve leur carrière en droit.

Atteindre des nouveaux sommets en recherche

Plusieurs professeurs font partie de réseaux internationaux de recherche et adoptent des méthodes de recherche qui font appel à plusieurs disciplines. La recherche en droit est un prisme par lequel on observe des phénomènes sociaux : c’est découvrir de nouvelles manières de voir les règles juridiques, d’étudier les conditions de leur émergence ou encore de cerner leurs effets sur la société et l’économie.

La Section accueille présentement quatre chaires de recherche spécialisées, qui permettent à des chercheurs exceptionnels de consacrer davantage de temps à la recherche et à l’application de leurs connaissances au bénéfice de la société. La Section de droit civil souhaite créer de nouvelles chaires de recherche, notamment en droit international. 

Autres histoires inspirantes

Besoins prioritaires de la Faculté de droit, Section de droit civil

Les donateurs qui contribuent 500 $ et plus sont membres de la Société Tabaret

Votre soutien aidera la Section de droit civil à améliorer l’expérience étudiante, notamment par le biais d’un enseignement appliqué bonifié, en favorisant la participation à des échanges internationaux et en offrant des possibilités de contribuer à l’accès à la justice en œuvrant au sein de cliniques juridiques. Votre soutien pourra aussi contribuer à l’avancement du droit et à la diffusion du savoir juridique.

Haut de page