Investir dans un milieu de travail inspirant

Une imprimante 3D à la Bibliothèque des sciences de la santé
Investir dans un milieu de travail inspirant

« Mon objectif, en tant que bibliothécaire, est de servir les gens et d’améliorer la communauté universitaire. Parmi les multiples façons de remplir cet objectif, j’ai tout simplement choisi d’investir dans un milieu de travail auquel je crois. » – Lindsey Sikora

Bibliothécaire spécialisée en sciences de la santé à l’Université d’Ottawa, Lindsey Sikora reçoit souvent des demandes de la part d’étudiants en médecine au sujet des plus récentes applications d’aide au diagnostic et des appareils qui les supportent.

Les bibliothèques de l’Université possèdent des iPads que les étudiants peuvent emprunter, mais ces appareils sont très demandés et l’achat d’applications ou de logiciels de statistiques spécialisés dont ont besoin certains étudiants n’est pas à la portée de tous. Ce sont les demandes des étudiants qui ont motivé Lindsey Sikora à se joindre à la douzaine d’employés qui donnent au Fonds d’amélioration technologique de la bibliothèque, un des projets retenus pour le programme de dons des employés.

« Je me suis rendu compte que notre bibliothèque offrait les outils de base, mais que ce Fonds pourrait nous aider à acquérir de nouvelles ressources, de nouvelles technologies », confie la bibliothécaire.

C’est pourquoi, depuis maintenant deux ans, Lindsey Sikora consacre environ 100 $ par mois au Fonds. Ce montant est retenu à même son salaire. « Ça représente un bon montant à la fin de l’année », constate-t-elle.

Lindsey Sikora et ses collègues ont aidé à amasser environ 16 000 $ pour le Fonds. Il s’agit d’une somme suffisante pour que l’Université commence à investir dans l’achat de nouvelles technologies, mais aussi dans l’amélioration et l’équipement des espaces collaboratifs que les étudiants peuvent réserver pour les travaux de groupes, les réunions et les projets à la bibliothèque Morisset.

Le personnel de la bibliothèque travaille de près avec les étudiants et les professeurs impliqués dans des de programmes tels que le Carrefour de l’entrepreneuriat, l’atelier Makerspace Richard-L’Abbé et Faites une différence. Les étudiants qui prennent part à ces activités ont besoin d’endroits pour se réunir, pour discuter de leurs préoccupations, pour planifier un projet et pour entreposer leur matériel pendant de plus ou moins longues périodes.

Grâce au Fonds, la bibliothèque sera désormais en mesure d’intégrer les technologies aux espaces collaboratifs et de réaménager ces derniers en fonction des besoins des étudiants. Ces changements iront de l’installation d’imprimantes 3D et de tableaux blancs interactifs à l’achat de nouveaux meubles.

« Nos étudiants ont une conscience sociale très développée, affirme Leslie Weir, bibliothécaire en chef de l’Université d’Ottawa. Plusieurs de ces programmes, comme l’atelier Makerspace Richard-L’Abbé et Faites une différence, leur permettent de faire leur part dans notre société et dans le monde. Nous souhaitions nous associer à des facultés qui ont des programmes actifs dans ces domaines afin de les soutenir de notre mieux. »

Selon Leslie Weir, les dons au Fonds d’amélioration technologique de la bibliothèque permettent aux employés d’offrir un service à valeur ajoutée qui améliore l’expérience d’apprentissage des étudiants en leur donnant accès à des technologies innovantes.

Lindsey Sikora n’a pas eu de mal à se décider à donner au Fonds : « Mon objectif, en tant que bibliothécaire, est de servir les gens et d’améliorer la communauté universitaire. Parmi les multiples façons de remplir cet objectif, j’ai tout simplement choisi d’investir dans un milieu de travail auquel je crois. »

Lindsey Sikora et Leslie Weir

Lindsey Sikora et Leslie Weir

 

Haut de page