Chercheur à 19 ans!

Jamie Ghossein porte un sarrau blanc et des gants bleus. Il est assis devant un microscope, à son poste de laboratoire.

« Sans cette bourse et l’appui des membres de la Faculté, je n’aurais jamais pu mettre en place ces initiatives. »

— Jamie Ghossein, étudiant de troisième année en biochimie et chercheur au Centre de recherche sur les maladies du rein.

Penché au-dessus d’un microscope, Jamie Ghossein récolte délicatement des cellules provenant du rein d’une souris. L’examen de ces cellules servira à tracer la progression d’un récepteur nommé EP3 (prostaglandine E2/récepteur 3) et qui pourrait contribuer à soigner certaines maladies rénales (ou encore des maladies comme le diabète, qui peuvent affecter les reins).

Ce travail de précision, Jamie l’exécute d’une main de maître, comme quelqu’un qui a deux années d’expérience comme membre de l’équipe du Centre de recherche sur les maladies du rein. Et pourtant, l’étudiant n’a que 19 ans.

Dans le cas de Jamie, trouver un traitement pour améliorer la qualité de vie des gens souffrant de problèmes rénaux est un objectif personnel. Trois membres de sa famille doivent être traités quotidiennement par dialyse.

« J’ai toujours été passionné par les sciences et j’ai travaillé très fort pour obtenir de bonnes notes. » Ces efforts ont été récompensés par une bourse, servant ainsi de case départ à Jamie. « J’ai travaillé durant tout l’été avec cette équipe, puis j’ai entamé mon baccalauréat en biochimie. J’ai acquis beaucoup d’expérience en laboratoire, ce qui a lancé ma carrière de chercheur. »

Jamie a déjà une publication à son actif. Il est l’un des auteurs d’un article paru dans la revue scientifique Diabetologia. En plus de son travail en laboratoire – qu’il a pu poursuivre en même temps que ses études –, Jamie participe à des concours provinciaux, comme le Undergraduate Science Case Competition (USCC), où son équipe a obtenu la seconde place en 2015 parmi plus de 700 étudiants. Leur présentation portait sur une nouvelle façon d’utiliser de l’estrogène pour diminuer la fréquence des crises épileptiques.

En plus d’être chercheur, Jamie s’est découvert un talent de pédagogue. Avec d’autres collègues boursiers, il a créé un club scientifique (Undergraduate Research Initiative) qui offre à tous les étudiants de la Faculté la possibilité de développer leurs compétences en recherche.

« Les étudiants de la Faculté sont les scientifiques de demain. Certains feront des découvertes importantes qui vont améliorer nos vies. Mais pour cela, il faut leur permettre de vivre une expérience similaire à la mienne et offrir davantage de bourses qui encouragent la recherche »

Jamie Ghossein is wearing a white lab coat and his arms are crossed. He is looking at the camera.

Grâce à la Bourse de recherche de premier cycle, et dès l’été avant leur première année d’études universitaires, des étudiants exceptionnels comme Jamie ont la chance de travailler comme assistants de recherche pour un chercheur de calibre mondial de la Faculté des sciences. De plus, après avoir réussi leur première année, ils continuent à travailler l’été suivant, obtenant ainsi une expérience pratique des plus enrichissante.

Fonds des priorités stratégiques de la Faculté des sciences

Les donateurs qui contribuent 500 $ et plus sont membres de la Société Tabaret

Votre contribution aidera à enrichir l’expérience étudiante, recruter et retenir les talents, soutenir la recherche et les priorités stratégiques.

Haut de page