Pour l’amour de la musique

David et Shelagh Williams sont assis au piano, sourient à la camera.

« Nous n’avons pas d’enfants, alors à qui voulez-vous que nous laissions notre argent? Le plus simple, c’est de le laisser à des causes que nous avons appuyées toute notre vie et qui nous passionnent. »

Une chose est sûre : David et Shelagh Williams aiment la musique. Passionnément. Le couple assiste régulièrement à des concerts, des opéras et des récitals, parfois plusieurs fois par semaine.

Les Williams ne sont ni des diplômés ni d’anciens employés de l’Université d’Ottawa. Ils sont simplement conscients du sous-financement des arts au Canada. D’où l’idée d’encourager la relève dans leur ville.

Le couple donne à l’École de musique de l’Université d’Ottawa depuis 20 ans. Et comme donateurs, David et Shelagh ne manquent pas de belles histoires à raconter.

David mentionne par exemple cet étudiant qui leur avait écrit après avoir gagné une des bourses qu’ils ont créées à l’École de musique. L’argent a aidé le jeune homme à assister à une audition à Honolulu et, ultimement, à décrocher un prestigieux poste d’assistant contrebasse solo. À la grande joie de ses bienfaiteurs.

« C’est quand même mieux que de laisser notre argent à la banque, n’est-ce pas? s’exclame Shelagh. Au moins on en voit les effets! »

La pianiste Ylan Chu a aussi bénéficié de la générosité des Williams pendant ses études. « En plus d’appuyer les étudiants financièrement, David et Shelagh assistent à nos concerts et événements. Leur présence chaleureuse nous incite à donner le meilleur de nous-même », dit-elle avec gratitude.

Le don testamentaire que les Williams destinent à l’Université vise pour le moment à assurer l’avenir de leurs deux bourses à l’École de musique.

« Nous n’avons pas d’enfants, alors à qui voulez-vous que nous laissions notre argent? », lance David à la blague. « Le plus simple, c’est de le laisser à des causes que nous avons appuyées toute notre vie et qui nous passionnent. »

Mais déjà, les jeunes musiciens et musiciennes qu’ils ont aidés sont heureux de les remercier de la plus belle façon qui soit : en continuant à faire de la musique.

Haut de page