L’histoire racontée comme une histoire

Groupe d’étudiants assis à l’extérieur au Monument de la Francophonie.

L'histoire et l'identité sont étroitement liées. Ce concept, le doctorant Raphaël Gani de l'Université d'Ottawa l'explore dans le cadre de ses recherches.

L'histoire et l'identité sont étroitement liées. Ce concept, le doctorant Raphaël Gani de l'Université d'Ottawa l'explore dans le cadre de ses recherches en vérifiant si les jeunes franco-ontariens du secondaire et de l'université peuvent raconter leur histoire collective. Raphaël, qui travaille à la réalisation de ce projet par l'entremise du Centre de recherche en civilisation canadienne-française (CRCCF), obtient des résultats étonnants.

Contrairement à la croyance populaire, les jeunes qui répondent à ses questionnaires ne sont pas ignares en histoire. Ils peuvent livrer un récit de base sur leurs origines, en commençant par la Nouvelle-France, et ceux qui s'identifient fortement à la communauté franco-ontarienne peuvent même évoquer des événements historiques précis comme étant au coeur de leur identité.

« Les jeunes qui s'identifient beaucoup à leurs origines relatent l'histoire d'une façon qui s'apparente au récit de base que fait la communauté franco-ontarienne », affirme Raphaël.

Selon lui, il est important de savoir quelles histoires les gens racontent et comment le tout contribue à façonner leur identité, car les récits cohérents rallient les gens et forgent les communautés. En permettant de comprendre ce que savent les étudiants, ce qu'ils ne savent pas et comment ils apprennent le mieux, ses recherches pourront aussi aider à changer la manière dont on enseigne l'histoire franco-ontarienne.

Les travaux de recherche de Raphaël sont financés grâce à une subvention que le Centre a reçue d'un fonds de dotation : le Fonds de recherche Michel-Gaulin. Diplômé de l'Université d'Ottawa (B.A. 1961), titulaire d'une maîtrise en littérature française de l'Université de Montréal, puis d'un doctorat (Ph. D.) de l'Université Harvard, M. Gaulin est aujourd'hui professeur émérite du Département d'études françaises de l'Université Carleton. Il est depuis toujours un solide défenseur de la culture et de la langue françaises en Ontario.

M. Gaulin a voulu créer ce fonds de recherche rattaché au Centre de recherche en civilisation canadienne-française de l'Université d'Ottawa pour aider le Centre à acquérir et à maintenir des fonds d'archives essentiels à la réalisation de projets de recherche uniques sur l'Ontario français.

« Pour les Franco-Ontariens, le CRCCF est devenu, avec les années, un lieu incontournable pour des chercheurs en quête de documents importants sur la vie française en Ontario. Étant moi-même un universitaire de carrière, affirme M. Gaulin, je suis en mesure de comprendre ce que représentent, pour les universités, les fonds de recherche et, en particulier, pour nous Franco-Ontariens, ceux du CRCCF. »

 

Fonds de recherche uOttawa

Les donateurs qui contribuent 500 $ et plus sont membres de la Société Tabaret

Appuyer financièrement les priorités de recherche de l'Université d'Ottawa détaillées dans le plan stratégique Destination 2020.

Haut de page