Communauté des donateurs

En tant que donatrice ou donateur, vous jouez un rôle de premier plan dans le devenir de notre université. 

En tant que donatrice ou donateur, vous jouez un rôle de premier plan dans le devenir de notre université. Nous manifestons notre reconnaissance à notre communauté de donateurs par l’entremise de la Société Tabaret.

La Société Tabaret

La Société Tabaret, nommée en l’honneur du père Joseph-Henri Tabaret, rend hommage aux personnes dont la générosité et l’engagement jouent un rôle clé dans le développement du savoir et la formation des leaders de demain. La Société Tabaret est présidée par Kathryn Butler Malette et ses membres sont reconnus pour leur appui constant à la mission d’enseignement et de recherche de l’Université d’Ottawa.

Les personnes qui ont donné 500 $ ou plus depuis le début de l’année financière, ou plus de 100 000 $ au cours de leur vie, deviennent membres de la Société Tabaret.

La Société Tabaret se compose de trois grandes catégories de don :

  • les piliers (dons annuels)
  • les cercles de distinction (dons majeurs ponctuels ou cumulatifs)
  • le Cercle Héritage (dons planifiés).

Les piliers (dons annuels)

Les éléments architecturaux les plus impressionnants sur le campus sont sans doute les piliers du pavillon Tabaret, qui ont été intégrés au logo de l’Université.

L’image symbolique du pilier représente l’indispensable soutien de nos donateurs annuels. Chaque pilier de la Société Tabaret porte le nom d’un des différents styles de piliers qu’on peut observer sur le campus.

Le Salomonique – de 500 $ à 1999 $

Avec son fût torsadé, le pilier salomonique (appelé aussi pilier de Salomon ou torse) évoque le mouvement sur toute sa longueur. Bien qu’assez rares dans l’Antiquité, les colonnes salomoniques ont été utilisées dans la construction du maître-autel de la basilique Saint-Pierre de Rome. On peut aussi les admirer dans l’escalier original du bâtiment patrimonial qui abrite le Bureau du développement.

Le Roman – de 2000 $ à 4999 $

Ce pilier carré repose généralement sur une base trapézoïdale massive. Cet élément architectural est devenu populaire au milieu du 19e siècle quand l’architecte Henry Hobson Richardson en a fait usage dans ses maisons de style néo-roman.

Le Dorique – de 5000 $ à 9999 $

Le dorique est le pilier de style grec le plus ancien et le plus simple. Dépourvu de base distincte, il est légèrement plus large vers le bas. Son chapiteau est relié au bâtiment par un abaque (dalle carrée). On retrouve le dorique sur le Parthénon, à Athènes.

Le Corinthien – de 10 000 $ à 24 999 $

Le corinthien a des origines grecques, mais il a subi l’influence de l’architecture égyptienne. Il se distingue par sa colonne élancée, sa base décorative et son chapiteau orné d’oliviers, de feuilles de laurier ou de feuilles d’acanthe.

L’Ionique 25 000 $ et plus

Le chapiteau de ce pilier arbore des ornements spiralés, tels des cornes de bélier. Ce sont des piliers ioniques qui soutiennent le plafond du pavillon Tabaret, ceux-là mêmes qui ont inspiré le logo de l’Université.

Les cercles de distinction (dons majeurs ponctuels ou cumulatifs)

Les personnes qui donnent plus de 100 000 $ deviennent membres des cercles de distinction de la Société Tabaret. Pour rendre hommage à notre patrimoine, chaque cercle de distinction porte le nom d’une personnalité importante qui a marqué l’histoire de l’Université d’Ottawa.

Cercle Guigues – de 100 000 $ à 249 999 $

Mgr Joseph-Bruno Guigues, fondateur de l’Université d’Ottawa.

Originaire de France, Mgr Joseph-Bruno Guigues est ordonné prêtre oblat en 1828. Il arrive au Canada en 1844 et est nommé supérieur provincial de sa communauté. Trois ans plus tard, il est élu premier évêque de Bytown et dirigera le diocèse pendant plus de 25 ans. En 1848, il fonde le Collège de Bytown, l’ancêtre de l’Université d’Ottawa.

Au cours des années suivantes, il continue de contribuer à l’épanouissement de la communauté francophone d’Ottawa. En effet, il fait construire la cathédrale Notre-Dame d’Ottawa, inspire la fondation de la Commission des écoles séparées d’Ottawa (1856) et crée le cimetière Notre-Dame d’Ottawa (1872). Une école et une rue d’Ottawa, un village et un canton du Québec ainsi qu’un centre de jour pour aînés francophones d’Ottawa, portent aujourd’hui son nom.

Cercle Laflamme – de 250 000 $ à 999 999 $

Sœur Corinne Laflamme, première femme directrice d’école à l’Université d’Ottawa

Sœur Corinne Laflamme, connue aussi sous le nom de sœur Madeleine-de-Jésus, obtient son diplôme en 1924 de l’École des gardes-malades de l’Hôpital général d’Ottawa. En 1929, elle devient enseignante en chef des gardes-malades. Quelques années plus tard, en 1933, elle cofonde l’École des gardes-malades de l’Université d’Ottawa et est nommée directrice des études. Elle est la première femme à atteindre ce rang dans l’histoire de l’Université.

En 1959, sœur Madeleine-de-Jésus devient aussi la première femme à siéger au Sénat de l’Université. Elle démissionne en 1961, mais continue d’enseigner pendant une année. En 1963, elle reçoit le titre honorifique de professeur émérite.

Cercle Henderson – de 1 000 000 $ à 4 999 999 $

Gordon F. Henderson, chancelier de 1991 à 1993

Gordon F. Henderson, C.C., c.r., a occupé le poste de chancelier de l’Université d’Ottawa de 1991 jusqu’à son décès, en 1993. Avant d’être nommé chancelier, il a participé à la fondation du Conseil canadien de la documentation juridique et a été l’avocat principal du Barreau canadien de la propriété intellectuelle, le fondateur et rédacteur en chef du Canadian Patent Reporter et le président du cabinet d’avocats Henderson & Herridge.

Il a été fait Officier de l’Ordre du Canada en 1977, avant d’en devenir Compagnon en 1988. Sa contribution au domaine du droit de la propriété intellectuelle a été reconnue par plusieurs, dont l’Université d’Ottawa et l’Université Carleton, qui lui ont décerné un doctorat honorifique.

Gordon F. Henderson a consacré beaucoup de temps à sa communauté et à des activités philanthropiques, particulièrement pour l’Institut de cardiologie de l’Université d’Ottawa. À la mémoire de son dévouement et de ses œuvres philanthropiques, l’Université d’Ottawa a créé la Chaire Gordon-F.-Henderson en droits de la personne, ainsi que la Bourse Gordon‑F.‑Henderson en droits de la personne, offerte aux étudiants désirant poursuivre des études de maîtrise en droit (LL.M.).

Cercle Vanier – de 5 000 000 $ à 14 999 999 $

Pauline Vanier, première femme et première laïque à occuper le poste de chancelière

En 1964, Pauline Vanier reçoit de l’Université d’Ottawa un doctorat honorifique en sciences sociales et est nommée, deux ans plus tard, chancelière de l’Université. Elle devient ainsi la première femme et la première laïque à ce poste, qu’elle occupera jusqu’en 1973. Le pavillon Vanier rend aujourd’hui hommage à la mémoire de Pauline Vanier et de son mari, Georges P. Vanier, gouverneur général du Canada de 1959 à 1967.

Cercle Guindon – de 15 000 000 $ à 24 999 999 $

Le père Roger Guindon, premier recteur de la nouvelle Université d’Ottawa en 1965

Le père Roger Guindon a été recteur de l’Université d’Ottawa de 1964 à 1984, période pendant laquelle l’Université est passée d’un petit établissement oblat catholique à une université publique subventionnée par la province. L’Université d’Ottawa a beaucoup évolué sous le règne du père Guindon. Ce dernier a mis en place les fondations qui nous ont permis de nous tailler une place parmi les grands établissements d’enseignement du Canada. Aujourd’hui, la population étudiante de l’Université continue de récolter les fruits de son enthousiasme, de sa vision et de sa persévérance. En plus d’avoir fait preuve d’un dévouement exceptionnel envers la collectivité, il est un ardent défenseur du bilinguisme et de la protection de la culture francophone.

C’est comme étudiant que le père Guindon fait ses débuts à l’Université d’Ottawa. En 1933, il s’inscrit à l’établissement de l’époque dans le but d’y faire ses études secondaires. Par la suite, il obtient un baccalauréat en philosophie (1942) et un baccalauréat en théologie (1945). En 1946, il est ordonné prêtre et, de 1947 à 1964, il enseigne à la Faculté de théologie, où il est aussi doyen pendant quatre ans.

Cercle Besserer – 25 000 000 $ et plus

Louis-Théodore Besserer : un grand donateur

Notaire, homme d’affaires et personnage politique, Louis-Théodore Besserer est né à Château-Richer, au Québec, en 1785. Pendant la guerre de 1812, il sert d’abord comme lieutenant de la milice de Québec et est ensuite promu au rang de capitaine. Il représente le comté de Québec à la chambre d’Assemblée du Bas-Canada de 1833 à 1838. Si M. Besserer appuie les Quatre-vingt-douze résolutions des Patriotes, qui exigent une réforme politique, il préfère la voie constitutionnelle à la rébellion pour y parvenir. Malgré tout, il demeure un rebelle aux yeux du gouvernement britannique et doit quitter la politique, tandis que les chefs de la rébellion, pour leur part, ne lui pardonnent pas sa modération.

En 1845, il se retire à Bytown, aujourd’hui Ottawa, où il possède de vastes terrains dans le quartier de la Côte-de-Sable. Il divise le domaine en parcelles et vend ensuite la plupart d’entre elles. En 1856, Mgr Joseph-Bruno Guigues, évêque de Bytown, décide de déménager le Collège de Bytown dans la Côte-de-Sable, sur six lots de la rue Wilbrod (aujourd’hui Séraphin-Marion) donnés par M. Besserer. Une rue située tout près du campus porte le nom de ce généreux donateur.

Le Cercle Héritage (dons planifiés)

Toute personne qui fait un don planifié peut être membre du Cercle Héritage.

L’Université d’Ottawa tient à manifester sa reconnaissance et sa gratitude pour chaque don qu’elle reçoit. Les dons testamentaires passent souvent inaperçus du vivant des donateurs, car l’Université n’est pas toujours au courant des intentions de ces derniers. Le Cercle Héritage vise à rendre hommage aux personnes qui ont prévu des legs ou d’autres types de dons différés à l’intention de l’Université dans leur planification successorale.

Les dons différés peuvent prendre plusieurs formes : legs testamentairesprestations d’assurance-vierentes viagères (p.ex. fiducies) ou prestations de retraite. Dès que vous confirmez un don différé, vous devenez membre du Cercle Héritage.

Invitations à des événements spéciaux, concerts, conférences et autres activités de l’Université comptent parmi les privilèges rattachés à cette participation. Pour vous inscrire comme membre du Cercle Héritage, veuillez communiquer avec l’équipe chargée des dons planifiés, à heritage@uOttawa.ca.

Haut de page