Donner pour mieux servir

Publié le mardi 11 avril 2017

Par Johanne Adam

« Pour moi, donner à la communauté consiste à aider les agents de sécurité à mieux servir celle-ci. Le fonds du Service de la protection auquel je donne permet aux agents de sécurité de l’Université d’Ottawa de suivre des formations importantes, notamment sur les questions liées à la santé mentale. » — Omari Caines, agent de sécurité à l’Université d’Ottawa.

Omari Caines participe au Programme de dons des employés depuis 2015. Selon lui, le taux d’incidents impliquant des gens souffrant de problèmes de santé mentale n’a cessé de croître sur le campus depuis qu’il a intégré l’Université en 2011.

Très sensible à cette réalité, M. Caines pense qu’il est essentiel que le personnel de première ligne reçoive une meilleure formation afin d’être en mesure de gérer ce genre de situation.

« Nous sommes comme une petite force policière sur le campus, dans une communauté qui compte quelque 50 000 personnes. Nous devons donc être outillés pour mieux répondre à tout type d’urgence », poursuit-il.

Cette année, l’agent Caines a donc haussé d’un cran son engagement, en devenant bénévole pour la campagne annuelle du Programme de dons des employés. Son mandat consiste à solliciter des dons auprès du personnel du Service de la protection.

Une stratégie qui fonctionne

Le recrutement continuel de nouveaux bénévoles, c’est la stratégie gagnante de Martin Grégoire, coordonnateur de la formation et de la prévention du crime, ainsi que du Programme de dons des employés au sein du Service de la protection. Cette méthode lui a permis de faire grimper un peu chaque année le taux de participation de son département.

« En tant que coordonnateur, je suis chargé de recruter les bénévoles qui nous aident à solliciter des dons auprès du personnel. Je forme une équipe que je m’efforce de diversifier et, chaque année, je la renouvelle en choisissant des personnes appartenant à différentes sections du Service de la Protection, comme des agents, des gestionnaires ou des employés du bureau du stationnement », explique M. Grégoire, lui-même donateur depuis 2014.

Selon lui, plus on implique de gens, plus on accroît le nombre de personnes sensibilisées à l’importance de ce programme.

« Je constate le stress des étudiants lorsqu’ils sont serrés financièrement. Il leur est parfois difficile de payer leur appartement et leur épicerie. Ce stress constant ne leur permet pas d’apprécier leur expérience universitaire. Mais à travers cette campagne, nous pouvons les aider. Je crois que chaque étudiant a le droit d’apprécier pleinement cette expérience unique. »  — Martin Grégoire.

Les fonds du Service de la protection

Le Fonds commémoratif Robert-J.-Desnoyers fournit de l’aide financière à des étudiants qui contribuent à la communauté universitaire à titre de bénévoles au sein du Service de la protection ou du Service de raccompagnement.

Le Fonds du Service de la protection (sports) procure de l’aide financière à des étudiants-athlètes dont les études pourraient être compromises autrement.

Le Fonds du Service de la protection appuie financièrement les priorités du Service de la protection, notamment en offrant des formations aux agents.

Martin Grégoire est membre du cabinet de campagne du Programme de dons des employés depuis 2016. De gauche à droite : Noëlla Beausoleil, Suzanne Bray, Manon Dugal, Steven Desjardins, Marc-André Daoust, Nigèle Langlois, Martin Grégoire, Sonia Vani et François Chapleau.

Le Programme de dons des employés fait partie intégrante de Défier les conventions : la Campagne de l’Université d’Ottawa, qui a pour objectif de renforcer l’enseignement, la recherche et le service aux étudiants à l’Université. Les employés peuvent faire un don en ouvrant une session dans VirtuO.

Haut de page