Un laboratoire de recherche au cœur d’un musée

Publié le lundi 20 novembre 2017

Par Johanne Adam

Des psychologues du développement et des linguistes de l’Université d’Ottawa mènent actuellement des recherches révolutionnaires dans un cadre muséal adapté aux enfants. Pendant que les enfants participent à des études sur la façon dont le langage et les facultés cognitives se développent de la petite enfance à l’âge scolaire, leurs parents acquièrent de nouvelles connaissances fascinantes.

Ces études se déroulent dans une nouvelle installation de pointe appelée « le Labo en action » de l’Université d’Ottawa, situé dans le Musée des sciences et de la technologie du Canada, qui a récemment été rénové.

Ce laboratoire, qui a ouvert ses portes au public le 17 novembre, se trouve à l'intérieur de la nouvelle galerie pour enfants du musée. Les familles qui visitent la galerie n’ont qu’à entrer et interagir avec des chercheurs dans le cadre de jeux, de casse-têtes ou de tâches exigeant la résolution de problèmes.

La salle d’accueil comprend une grande zone vitrée où des faits intéressants sur le développement de l’enfant sont présentés sur un grand écran plat. Cet espace mène à trois salles d’essai où les professeurs de l’Université d’Ottawa poursuivent leurs recherches avec l’aide d’étudiants de premier cycle et de cycles supérieurs, et de chercheurs de niveau postdoctoral. Une aire d’attente pour les parents et une salle d’analyse complète des données font également partie de la nouvelle installation.

Il s’agit du plus grand laboratoire en action d’Amérique du Nord, et seulement du deuxième construit au Canada, après celui de l’Université de la Colombie-Britannique au Science World de Vancouver.

« Notre laboratoire fait partie intégrante du musée et son espace est très vaste », affirme le psychologue en développement Chris Fennell, l’un des trois professeurs qui effectuent des recherches dans l’installation.

 

>Une femme remet un certificat à un enfant. Le logo de Youtube est au centre de l'image.

 

Pourquoi effectuer des recherches dans un musée?

La réalisation de recherches dans un musée est une idée relativement nouvelle. Elle est née en 2005, lorsque des chercheurs en développement de l’enfant de l’Université de Harvard et du MIT ont commencé à collaborer avec le Musée des sciences de Boston pour réaliser des études sur le développement des facultés cognitives.

Le modèle du laboratoire en action est idéal pour les projets de recherche rapides, car ces derniers sont réalisés dans un cadre public avec des personnes qui s’intéressent déjà à la science. Les chercheurs peuvent, par exemple, distribuer des iPads aux parents pour qu’ils remplissent des questionnaires en ligne. Cela permet la collecte de précieuses données de recherche pendant de courtes interactions avec les parents, ce qui n’interrompt pas leur visite du musée pendant longtemps.

« Dans l’une de mes études, on pose des questions aux parents sur leur utilisation des médias mobiles et sur le développement linguistique de leur enfant. Nous pouvons donc examiner le lien entre les deux », affirme le professeur Fennell.

Sa collègue, la professeure Tania Zamuner, étudie la reconnaissance des mots au moyen d’un dispositif de localisation oculaire qui indique où regarde l’enfant sur un écran plat après avoir entendu le nom d’un objet. La professeure Cristina Atance, une autre chercheuse du Labo, utilise des tâches assimilables à des jeux avec les enfants pour mieux comprendre comment se développent leur mémoire et leur réflexion au sujet de l’avenir.

Ces trois professeurs sont les codirecteurs du Labo en action et, en plus de leurs recherches, travaillent à l’installation de cet espace. Lorsqu'il sera bien en place, ils inviteront d’autres professeurs à y réaliser leurs propres études.

Avant l’ouverture du nouveau laboratoire, les chercheurs ont participé pendant deux ans à un projet pilote au Musée de l’aviation et de l’espace du Canada. Ils ont pu tester le fonctionnement des installations permanentes et peaufiner les études qui pouvaient facilement être effectuées dans un musée.

« La plupart des laboratoires de recherche sont situés dans des universités ou des hôpitaux, de sorte qu’ils sont très en retrait de la vue du public », affirme Chris Fennell. « Le Labo en action est clairement l’établissement de recherche le plus public de l’Université d’Ottawa, ce qui le rend aussi assez cool! »

Chris Fennell, Cristina Atance et Tania Zamuner debouts dans la salle d'accueil du Labo en action.

De g. à d.: Les professeurs Chris Fennell, Cristina Atance et Tania Zamuner. Photos : Bonnie Findley

 

Haut de page