La langue des anges, c’est l’italien!

Publié le mercredi 14 octobre 2015

Illustration d'une tablette électronique où apparaît la phrase "parli italiano ?"
Par Marcelle-Anne Fletcher

Dans quelle mesure peut-on bien parler une langue sans personne avec qui parler? Comme on dit souvent, on finit par perdre ce que l’on n’utilise pas, et cela s’applique aussi aux langues.

Cristina Perissinotto, coordonnatrice du programme d’italien et professeure agrégée du Département des langues et littératures modernes, utilise les réseaux sociaux pour aider les débutants à apprendre l’italien. De nos jours, les étudiants font à peu près tout ce qu’ils veulent grâce aux technologies mobiles : jouer à des jeux grammaticaux comme Duolingo sur leur téléphone intelligent, participer à des groupes fermés sur Facebook, écouter la télévision italienne ou repasser un cours suivi en classe. Mais ils ne pouvaient pas encore entamer une conversation spontanée avec quelqu’un. Désormais, tout cela est possible.

Au trimestre de printemps/été 2015, les étudiants du cours d’italien élémentaire (ITA1911) ont pu discuter à distance avec des Italiens de langue maternelle par Skype. L’idée de cette expérience est venue d’une conférence TED sur un programme exceptionnel appelé « Granny Cloud », où des enseignantes à la retraite (appelées « grannies », grand-mamans) du Royaume-Uni enseignent l’anglais à des enfants en Inde par Skype.

La professeure Perissinotto a formé un groupe de bénévoles avec l’aide du directeur de l’Unitre dell’Alto Orvietano, organisme international qui offre des cours en petits groupes aux gens qui souhaitent se familiariser avec la culture italienne. Pour ce cours d’italien, on appelle plutôt ces « grand-mamans » des « anges de la langue ». Cristina Perissinotto explique : « Les bénévoles ne sont pas tous des grand-mères. Certains sont dans la vingtaine ou la trentaine, certains travaillent, d’autres sont des étudiants et d’autres encore sont retraités, mais tous sont très généreux de leur temps. »

Pour Mme Perissinotto, l’introduction de ce type de technologie aux programmes d’études présente plusieurs avantages :

Sortir de la classe

Les étudiants peuvent communiquer avec des locuteurs d’italien langue maternelle de la région d’Umbria, en Italie. Normalement, ceux qui peuvent voyager et s’immerger dans la culture ont tout un avantage sur les autres, mais grâce à ce modèle, les étudiants bénéficient des mêmes avantages éducatifs sans quitter le pays.

Donner aux étudiants le choix du moment et de la fréquence de l’apprentissage

Les cours de langue reposent depuis longtemps sur des exercices écrits et des conversations hebdomadaires avec des assistants d’enseignement. La professeure Perissinotto a recommandé à ses étudiants de parler à leur ange une fois par semaine pendant au moins 15 minutes. « Ils ont tellement aimé l’expérience, raconte‑t‑elle, qu’ils ont préféré deux fois la semaine et que les discussions duraient parfois 40 minutes! »

Dynamiser l’enseignement

Cette technologie adapte l’apprentissage aux besoins des étudiants et offre de nouvelles façons d’évaluer les acquis. « Cette méthode m’a permis d’approfondir ma connaissance de la langue parce que j’ai pu poser des questions sur certains mots ou certaines phrases, et que j’ai entendu la bonne façon de prononcer », constate l’étudiante Chelsea Ouellette.

Cristina Perissinotto a transformé la salle de classe d’italien élémentaire en un cours hybride basé sur la volonté de l’étudiant d’apprendre rapidement au moyen de la technologie. « En utilisant le thème de la nourriture, les anges ont montré aux étudiants à faire un expresso ou à cuisiner un plat directement dans leur cuisine. Les étudiants ont appris le vocabulaire de la cuisine, instruments, plats, ingrédients, etc.  L’enseignement est donc devenu pertinent et mémorable pour eux. » 

Évidemment, Cristina continuera d’utiliser ses « anges » dans ses cours d’été en ligne pour susciter le désir d’apprendre.

Une bénévole de Unitre dell’Alto Orvietano discute avec un étudiant au moyen de Skype

Une bénévole de Unitre dell’Alto Orvietano discute avec un étudiant au moyen de Skype
Haut de page