One Young World : une expérience extraordinaire

Publié le mardi 11 octobre 2016

Midia Shikh Hassan smiles as she holds her Resolution Fellowship award certificate.

Midia Shikh Hassan au sommet One Young World après avoir reçu la bourse Résolution qui lui permettra de poursuivre son projet Talent-3D auprès de jeunes autistes.

Midia Shikh Hassan

La semaine dernière, j’ai eu le privilège de représenter l’Université d’Ottawa et la Faculté de génie au sommet de One Young World. Cette rencontre annuelle de quatre jours, qui rassemble de jeunes leaders des quatre coins du monde, cherche à leur donner les moyens de faire une différence profonde sur des enjeux sociaux. Cette année, quelque 1 300 délégués venus de 194 pays se sont retrouvés à Ottawa.

Les séances portaient sur un vaste éventail de thèmes, dont l’égalité entre les sexes, la justice climatique, les entreprises mondiales et sociales, les systèmes d’éducation et les efforts pour contrer l’extrémisme. Des conférenciers inspirants y ont participé, dont le premier ministre Justin Trudeau, l’ancien secrétaire général de l’ONU Kofi Annan, le pionnier de la microfinance Mohammad Yunus, l’actrice et militante Emma Watson et l’ancien champion olympique Mark Tewksbury.

Le sommet m’a aussi donné une chance inouïe : participer au Défi d’entreprises sociales Résolution. Depuis près de 10 ans, de tels défis sont lancés lors de grands rassemblements de jeunes pour inspirer les étudiants universitaires et les inciter à concevoir et à mettre en œuvre des solutions socialement responsables pour régler des problèmes pressants.  

J’ai présenté mon idée : utiliser l’atelier MakerSpace Richard-L’Abbé de l’Université d’Ottawa pour créer une entreprise appelée Talent-3D, qui donne des moyens aux jeunes autistes et révèle leur génie. Outre leur offrir l’occasion de générer des revenus, de devenir autonomes et de s’intégrer socialement, l’entreprise fera également mieux connaître leurs talents au grand public.

Après avoir présenté mon idée lors d’un déjeuner de réseautage, j’ai été choisie pour passer à la prochaine étape. En tant que finaliste, j’ai dû présenter officiellement mon plan d’affaires pendant 15 minutes. J’ai alors pu utiliser les compétences acquises lors d’une formation en entrepreneuriat à l’Université d’Ottawa pour élaborer mon plan et le présenter à un panel de trois juges.

Midia Shikh Hassan stands beside a poster board describing her business idea.

Midia Shikh Hassan avec l’affiche dont elle s’est servie pour présenter son plan d’affaires Talent-3D lors du sommet One Young World.

J’ai décrit un projet pilote dans lequel 10 adolescents autistes sont jumelés à 10 autres jeunes. Chaque paire de jeunes conçoit des sculptures et reçoit de la formation pour les produire grâce à des imprimantes 3D et des découpeurs au laser. Leurs créations seront vendues en ligne et 90 % des recettes seront versées aux jeunes (le reste couvrira les dépenses).

À la cérémonie de clôture, j’ai reçu l’une des cinq bourses Résolution remises lors du sommet, qui m’assurera le financement initial, le mentorat, les liens et la formation nécessaires pour lancer cette entreprise.

Plus tôt, pendant les séances de travail, j’ai parlé de mon expérience à l’Université d’Ottawa aux délégués venus des quatre coins du monde. Ils ont été impressionnés par le soutien de l’Université et de ma faculté aux étudiants afin de les inciter à faire une différence dans la collectivité. Je leur ai parlé du programme de sensibilisation aux réfugiés de ma faculté, du Réseau des femmes entrepreneures et de l’initiative d’habilitation des jeunes autochtones de Cross Lake grâce à Maker Mobile.

Plusieurs délégués venus d’Haïti, d’Australie, du Japon, du Mexique, du Soudan et du Royaume-Uni, voulaient en savoir plus. Après le sommet, je leur ai fait visiter l’Université, et notamment l’atelier Makerspace, le Bac à sable et le Complexe de recherche avancée.

Le sommet One Young World a été marquant pour moi. Non seulement j’y ai rencontré des gens inspirants et influents, j’ai aussi pu y partager mon expérience d’étudiante ayant lancé une entreprise sociale, avec l’appui total de mon Université.

Midia Shikh Hassan, étudiante en génie chimique, coordonne le programme Faites une différence à l’Université d’Ottawa.

Haut de page