Record de placements au programme coop

Publié le lundi 28 septembre 2015

Quatre personnes regardent l'écran d'un ordinateur portable. Ils sont debouts, devant la projection d'un graphique sur un mur.

Mehdi Eftekhari (troisième de la gauche) a effectué un stage auprès de Services partagés Canada au cours de l'été 2015.Par Johanne Adam
Par Johanne Adam

Le régime coopératif de l’Université gagne rapidement en popularité. Grâce à ce programme, quelque 2575 étudiants ont vécu une expérience professionnelle inestimable en 2015. Il s’agit d’un nombre record de placements étudiants depuis la création du régime coop il y a 35 ans.

Cette année, 456 organisations ont offert des postes aux étudiants inscrits. Bien que la majorité des employeurs soient issus du secteur public et situés dans la région de la capitale nationale, un nombre important de postes ont été comblés dans les secteurs parapublic et privé, ainsi qu’auprès d’organisations non gouvernementales (ONG) à l’échelle locale, nationale et internationale. Selon les statistiques compilées pour l’année 2015, le taux de placement s’établit à 94 % et 11 % des stages ont été réalisés à l’extérieur de la capitale nationale.

Bon nombre de ces postes étaient assez remarquables, comme en témoigne Doug Spencer, un étudiant en science politique qui a été embauché comme stagiaire en relations médias auprès du Lightning de Tampa Bay, une équipe de hockey de la LNH. En plus de passer quelques mois d’hiver sous le soleil de la Floride, il a pu travailler auprès de personnalités publiques telles que Don Cherry, Mike Emrick de la chaine de télévision NBC, ainsi que des commentateurs de la chaine TSN. « C’était incroyable de me retrouver sur le même terrain de jeu que ces hommes que j’ai vus à la télé toute mon enfance », expliquait-il à la Gazette en juin dernier.

Rebecca Tranquilli-Doherty, étudiante en géographie et histoire, explique pour sa part que « la fiabilité, le sens des responsabilités et l'imputabilité sont des valeurs que je me suis appropriées à une vitesse exponentielle comparativement à mes camarades de classe qui n'ont pas participé au régime coop. »

Khadijah Amhad, étudiante en génie mécanique biomédical se dit tout aussi enchantée : « mon premier stage a été une excellente expérience, car non seulement j'ai travaillé avec des ingénieurs et des machinistes professionnels, mais j'ai également appris une multitude de choses qui ne sont pas transmises même dans les cours universitaires les plus avancés », raconte-t-elle.

Une demande grandissante

Si le régime de stages coop connaît un succès retentissant, c’est que la demande est grandissante pour les programmes de formation basés sur le modèle d’apprentissage intégré au travail. Il en va de même pour les programmes de bénévolat et les programmes d’engagement mondial et communautaire, car ils permettent aux étudiants de s’impliquer au-delà de la salle de classe tout en gagnant de l’expérience.

« Le défi consiste toutefois à recruter plus d’employeurs pour répondre à la demande », explique Gaby St-Pierre, directeur des programmes coopératifs. « Nous cherchons aussi à offrir un service impeccable du début à la fin, tant aux étudiants qu’aux employeurs participants. »

Fusion du régime coop et du Centre de développement de carrière

Le régime coop et le Centre de développement de carrière (CDC) ont unis leurs forces! Ils forment désormais une seule grande équipe dont le but est d’améliorer les services aux étudiants. Les étudiants ont maintenant accès, au même endroit, à une panoplie de services et de ressources en matière de développement professionnel.

COOP et CDC font ensemble la promotion des possibilités d’emplois offertes aux étudiants et aux nouveaux diplômés. Alors gardez l’œil ouvert puisqu’un grand nombre d’activités, de foires d’emplois et d’ateliers figurent au programme cette année. Le but reste toujours d’améliorer l’expérience universitaire! 

Laura Wismer, étudiante coop, effectue des vérifications sur le terrain, à bord d'une unité d'extraction.

Laura Wismer étudie en génie chimique. Elle a réalisé un stage coop au sein de l'entreprise Syncrude Canada, en Alberta, au cours de l'été 2014. On la voit ici alors qu'elle effectuait des vérifications sur le terrain, à bord d'une unité d'extraction.
Haut de page