Soothe, une extension pour Chrome qui adoucit Internet

Publié le jeudi 23 novembre 2017

Un homme est assis sur une table, et un autre homme debout derrière la table.

Nikola Draca (à droite) et son ami de longue date Angus McLean ont mis au point Soothe, leur extension pour Chrome, pendant les 24 heures d’un événement pour mordus d’informatique à l’Université Carleton. Photo : Matt Ayotte

Par Brandon Gillet

Internet est un lieu propice au savoir, à la découverte et à l’émerveillement – mais on y rencontre aussi la haine et la violence verbale. On a beau faire tous les efforts possibles pour éviter les coins sombres du cyberespace, on peut quand même être atteint par les propos offensants sur lesquels on tombe par hasard, même s’ils ne pas sont dirigés contre nous.

Grâce à Nikola Draca, étudiant de troisième année en informatique à l’Université d’Ottawa, il existe maintenant une extension gratuite pour Chrome qui protège les utilisateurs contre les discours haineux en ligne. Soothe a été créé en février dernier par Nikola Draca et son ami Angus McLean lors d’une rencontre pour mordus d’informatique. À partir d’une base de données constituée de mots clés classés par catégorie, l’extension rend flous les passages comportant du contenu offensant. Son installation ne demande pas plus de 15 secondes.

« On avait une amie, au secondaire, qui souffrait d’un cas grave de stress post-traumatique. Elle nous a demandé si on ne connaissait pas, par hasard, un produit capable de faire ce que fait Soothe », raconte Nikola Draca. « À l’époque, il n’existait rien d’aussi perfectionné. Les extensions disponibles exigeaient que l’utilisateur entre manuellement les termes proscrits, un processus extrêmement laborieux et souvent imprécis. »

Angus McLean fréquentant l’Université McGill, Nikola Draca et lui se sont dit que l’événement CUHacking, à l’Université Carleton, constituerait un territoire neutre idéal où explorer leur idée. Ils voulaient trouver un moyen de simplifier le processus, afin que l’utilisateur puisse désigner des catégories entières de mots à éviter, plutôt que des mots isolés.

« On ne l’a chargé que de 40 termes environ. Si quelque chose de nouveau apparaît, il suffit de faire un clic droit pour l’ajouter sous l’une des catégories », explique Nikola Draca.

La première version de Soothe, que ses inventeurs ont mis au point en 24 heures, a remporté le prix Hack Harassment ainsi qu’un autre prix important à l’événement de l’Université Carleton. Les deux amis ont continué à travailler à leur création au cours des six derniers mois.

« Nous avons encore pas mal de chemin à faire, mais notre appli est certainement beaucoup plus perfectionnée maintenant qu’elle ne l’était au début », dit Nikola Draca.

Saisie d’écran montrant YouTube et le menu déroulant de Soothe.

Il suffit d’ouvrir l’extension dans Chrome et de sélectionner, à l’aide d’un menu déroulant pratique, la catégorie de termes injurieux qu’on souhaite rendre floue.

Certaines applis bloquent des pages au complet ou font surgir des fenêtres contextuelles d’avertissement quand elles détectent du contenu indésirable, mais Soothe est conçu pour fonctionner discrètement en arrière-plan.

« Notre but n’est pas de censurer Internet. C’est pourquoi on a ajouté, par exemple, une fonction qui permet de cliquer sur le texte flou pour le rendre lisible », explique Nikola Draca.

Cette extension pour Chrome ne représente qu’une première étape, puisque les deux amis ont le projet de mettre au point des applis du même genre pour d’autres navigateurs. Pour l’instant, ils tâchent d’y ajouter la reconnaissance d’images, ainsi que d’exploiter les données recueillies pour améliorer la capacité de Soothe de suivre l’évolution du langage dans les recoins inquiétants du Web.

« Environs 60 % du contenu que notre extension intercepte se trouve dans la section commentaires de YouTube, ce qui est plutôt inquiétant », dit Nikola Draca. « Et près de 55 % de ce contenu est homophobe. »

Les deux inventeurs ne souhaitent pas monnayer leur extension, ajoute-t-il. « L’idée ne nous viendrait jamais de faire payer les utilisateurs, mais on est en négociation en ce moment avec des commanditaires potentiels. Jusqu’ici, on a tout financé nous-mêmes. »

« Pour nous, il s’agit d’un enjeu majeur qu’on prend trop souvent à la légère. Nous savons que cet outil ne permettra pas d’éradiquer complètement la cyberintimidation ou le harcèlement en ligne, mais il donne un certain pouvoir aux gens et leur permet de naviguer en toute tranquillité d’esprit. »

Pour en savoir plus :

Soothe

Haut de page