Transformer le monde par le développement durable

Publié le dimanche 8 avril 2018

Auteur : Laura Darche

Un panel de professeurs et une étudiante travaillant sur les ODD s'adressent à Jeffrey Sachs après la présentation.

Quand on parle de développement durable, on pense généralement à la protection de l’environnement, mais c’est bien plus que ça. Pour les Nations Unies, cette approche holistique du développement humain peut nous permettre de faire face aux plus grands enjeux de l’humanité, comme éliminer la faim et la pauvreté, réduire les inégalités et protéger la planète. En 2015, les pays du monde ont adopté 17 objectifs ambitieux de développement durable (ODD) qui demanderont d’importantes transformations sociales, économiques et écologiques pour être réalisés.

Jeffrey Sachs

« Vous avez l’avantage à l’Université d’Ottawa d’être tout près du Parlement. Les politiciens et le gouvernement ont besoin de vos recommandations. Vous êtes les experts alors allez-y! Traversez la rue et mettez les ODD de l'avant. Le contexte canadien le permet. » – Jeffrey Sachs

Jeffrey Sachs, économiste de renommée mondiale, auteur de bestsellers et consultant spécial du secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres, est venu sur le campus donner une présentation sur le rôle crucial des universités dans la mise en œuvre de ces objectifs au Canada.

Pour le professeur Sachs, les universités sont en mesure de contribuer à l’atteinte des ODD sur plusieurs plans. Il y a bien sûr l’enseignement, qui non seulement transmet l’expertise aux étudiants, mais leur donne accès au savoir et à la mobilisation qui en découle. Quant à la recherche, elle soutient l’innovation et permet aux entreprises motivées de mettre en application les solutions proposées. Mais pour être les leaders du développement durable, on doit aussi pouvoir servir de modèle : les principes des ODD doivent être intégrés dans la structure de gouvernance et dans les politiques des universités. Enfin, ce leadership doit se traduire par une influence sur la participation du public et le développement de politiques basées sur les ODD.

L'Université d'Ottawa parmi les leaders du développement durable

Notre établissement s’est engagé à répondre aux besoins des entreprises, gouvernements et organisations par la formation les leaders verts de demain, outillés pour proposer des solutions innovantes aux problèmes sociaux, économiques et environnementaux de plusieurs façons.

Enseignement et recherche

Les ODD s’attaquent à des problèmes interreliés devant être abordés de façon globale. Pour sortir des silos, nous avons créé l’Institut de l’environnement, qui regroupe des professeurs de l’ensemble des disciplines de l’Université (arts, droit, génie, gestion, sciences, sciences de la santé, sciences économiques sciences sociales). Il offre un programme interdisciplinaire de maîtrise en durabilité de l’environnement ainsi que 12 programmes d’études intégrant une spécialisation en durabilité de l’environnement.

Gouvernance, culture et opérations

Jessica Cadesky, doctorante en développement international, interroge Jeffrey Sachs lors de sa visite à l'Université d'Ottawa.

Après avoir travaillé sur le terrain en aide humanitaire pendant huit ans (République centrafricaine, Haiti Liberia, Népal, Moyen-Orient), la doctorante Jessica Cadesky, veut savoir si l’aide apportée aux populations crée des changements durables. Dix ans après le conflit au Sri Lanka, est-ce que la population constate des changements sur le plan de l’égalité entre les genres?

Afin d’implanter des pratiques exemplaires, le Bureau du développement durable a entrepris de nombreuses actions qui visent à rendre notre campus plus vert : exigence de certification LEED Argent pour les nouveaux édifices d’au moins 100 000 pieds carrés; améliorations de l’efficacité écoénergétique de vieux édifices; 50 jardins communautaires; 64,5 % des déchets non envoyés au dépotoir (objectif : 95 % d’ici 2050); piste cyclable traversant le campus; espaces extérieurs de réparation de vélos; fin de la vente de bouteilles d’eau sur le campus en 2010, et plus encore.

Partage du savoir et leadership externe

Développer l’expertise, c’est bien, s’assurer que le plus grand nombre puisse s’en servir, c’est mieux. Pour avoir un effet à l’extérieur de nos murs, différents programmes comme l’Apprentissage par l'engagement communautaire et le Régime coop (stages rémunérés) permettent à nos étudiants d’appliquer leur savoir et de partager leur expertise et leur motivation. Sur le plan de la diffusion des connaissances dans le monde en développement, le Programme d’enseignement à l’étranger pour les doctorants, géré par le Bureau international, met en place des ententes selon lesquelles nos doctorants vont enseigner dans des pays qui, en échange, nous envoient leurs étudiants.

Enfin, pour ce qui est du leadership externe, nous hébergeons l’Institut pour l'IntelliProspérité. Ce réseau fait la promotion d'une prospérité intelligente en menant des projets de recherche de calibre mondial pour façonner, avec des partenaires des sphères publique et privée, une économie plus forte et plus verte grâce au développement de politiques concrètes et de solutions de commercialisation.

Des professeurs et une étudiante de l'Université d'Ottawa discutent du rôle des universités dans l'atteinte des ODD avec Jeffrey Sachs

Geoffrey McCarney, Professeur associé, Faculté de droit, Gordon Betcherman, Professor Faculté des sciences sociales, École de développement international et mondialisation, Jessica Cadesky, doctorante, Faculté des sciences sociales, École de développement international et mondialisation, Jeffrey Sachs, University Professor et Directeur, Center for Sustainable Development, The Earth Institute, Columbia University, Nathalie Chalifour, Professeure associée, Faculté de droit.

 

Haut de page