À vélo, on dépasse les autos

Publié le mercredi 2 mai 2018

On peut faire du vélo sans changer son style vestimentaire.

Crédit photo : Luca Violetto - Flickr

Par Laura Darche

Avec le retour des beaux jours, bien des gens ont ressorti leur bécane pour aller au travail. Si vous hésitez encore à les imiter, voici quelques bonnes raisons pour vous encourager à le faire en mai pour le mois du vélo. En prime : déboulonnage de quelques mythes tenaces sur les déplacements à vélo. Vous verrez, c’est beaucoup plus plaisant de carburer au chocolat qu’à l’essence!

Les bonnes raisons

Avoir du plaisir

Tous ceux qui pratiquent le vélo-boulot vous le diront : c’est vraiment le fun. C’est énergisant au début de la journée et ça permet de décrocher du travail avant d’arriver à la maison le soir. Des études ont confirmé que ces impressions, bien que personnelles, sont fondées : les cyclistes sont plus heureux de leur trajet vers le travail et sont moins stressés que les automobilistes.

Être en santé

Bouger tous les jours est la clé de la santé. Le vélo-boulot est une excellente façon de rentabiliser son temps de transport en intégrant une activité physique dans sa routine. Les gens qui le font perdent en moyenne 5,8 kilos la première année. De plus, le cyclisme protège des virus, des maladies cardio-vasculaires et du cancer, et expose à moins de gaz d’échappement que de rouler en auto.

Profiter de la nature en ville

Puisque l’Université d’Ottawa est située au cœur d’une région traversée de pistes cyclables longeant des cours d’eau et traversant des boisés, enfourcher sa bicyclette pour aller y travailler permet d’intégrer un peu de nature dans son quotidien. Le contact avec la nature a plusieurs effets positifs sur l’être humain, dont l’augmentation des capacités de mémoire et d’attention, et la réduction du stress, de la fatigue mentale et de la dépression.

Économiser de l’argent

Pas besoin d’un bolide haut de gamme pour aller travailler. Un vélo de ville ou hybride et l’équipement de base (casque et cadenas) coûtent entre 300 $ et 1500 $, plus 50 $ à 75 $ pour l’entretien annuel. L’économie d’essence, de frais de stationnement et d’usure de la voiture, sans compter d’un éventuel abonnement au gym, en fait un investissement qui se rentabilise vite.

Les mythes

Arriver en sueur au bureau

Fournir un effort modéré à vélo n’est pas plus exigeant que de marcher et permet de se déplacer à 15 ou 20 km à l’heure sans transpirer. Avec un vélo de ville, il est tout à fait possible de garder ses vêtements de bureau pour circuler. Des garde-boues, un garde-chaîne et un panier complètent l’équipement du cycliste qui ne veut pas salir le bas de son pantalon ou avoir chaud sous son sac à dos.

Ne pas avoir le temps

Les trajets de 1 à 6 km en ville sont souvent plus rapides à vélo : on n’est jamais pris dans la congestion routière, les pistes cyclables ont peu d’arrêts et de feux de circulation, et il est facile de se garer (gratuitement!) à moins de 5 mètres de la porte du travail ou des commerces qu’on visite.

Habiter trop loin

Combiner le vélo et l’autobus est la solution pour quiconque habite loin du travail. On peut garer gratuitement son vélo aux parcs-o-bus ou encore l’installer sur un des supports à vélo dont sont munis certains bus de la STO et d’OC Transpo. Il sera aussi permis de monter à bord du train léger d’Ottawa avec son vélo.

Ne pas se sentir en sécurité

De nombreuses pistes cyclables se connectent à notre campus et il est possible de faire presque tout le trajet en sécurité. Les villes de Gatineau et d’Ottawa font des efforts à cet égard et la situation s’améliore d’année en année. La sécurité à vélo fait partie d’un cercle vertueux : plus il y a de cyclistes, plus on investit dans des infrastructures cyclables, plus le cyclisme est sécuritaire et plus il y a de cyclistes.

Ressources et événements :

Sources :

  1. The happy commuter: A comparison of commuter satisfaction across modes
  2. The Telegraph - Cyclists are 40 per cent less stressed than other commuters
  3. The association between commuter cycling and sickness absence
  4. Forbes - New Research Indicates Cycling To Work Has Extraordinary Health Benefits
  5. Grist - Umbra on bicycle commuting
  6. Business insider - Being outside can improve memory, fight depression, and lower blood pressure — here are 12 science-backed reasons to spend more time outdoors

Saviez-vous que…

  • Le vélo est le mode de transport le plus efficace jamais inventé en ce qui a trait à l’énergie dépensée par kilo et par kilomètre parcouru.
  • 16 km de vélo font économiser 15 $ par jour, évitent 5 kilos d’émissions de carbone et font dépenser 360 calories.
  • Le vélo émet 250 fois moins de CO2 par passager et par km parcouru au cours de son cycle de vie que l’automobile.
  • Le cyclisme est recommandé pour les personnes souffrant d’arthrose ou de surpoids étant donné son faible impact sur les articulations.

Sources:

  1. I love bicycling – Biking facts
  2. People for bikes – Statistics Library / Environmental statistics
Haut de page