Dany Laferrière

Carte électronique

Dany Laferrière

Dany Laferrière

Biographie

Né en Haïti, Dany Laferrière passe son enfance avec sa grand-mère Da, à Petit‑Goâve. Il débute une carrière de journaliste à l'hebdomadaire Le Petit Samedi soir et à Radio Haïti Inter. En 1976, il fuit la dictature des Duvalier à la suite de l’assassinat de son collègue et ami, le journaliste Gasner Raymond, et s’installe au Québec. Il occupe plusieurs emplois à Montréal, puis se lance dans l'écriture avec son premier roman Comment faire l’amour avec un nègre sans se fatiguer (1985), qui connaît un grand succès. Il devient alors l’un des principaux représentants d'une nouvelle génération d’écrivains québécois. Dany Laferrière enchaîne ensuite les romans, dont Éroshima (1987), L'Odeur du café (1991), Le Goût des jeunes filles (1992), et Cette Grenade dans la main du jeune nègre est-elle une arme ou un fruit? (1993).

Lauréat du Prix Médicis, du Grand Prix du livre de Montréal, du Prix des libraires du Québec et du Prix International de littérature de la Maison des cultures du monde pour L’énigme du retour (2009), Laferrière a construit une œuvre patiente et puissante. Il a également publié pour la jeunesse Je suis fou de Vava (2006), qui a remporté le Prix du Gouverneur général.

Des universités du Québec, de la France et des États-Unis lui ont conféré un doctorat honorifique pour l’ensemble de son œuvre. Dany Laferrière a également reçu le Grand Prix Ludger-Duvernay, Grand Prix littéraire international Métropolis bleu et le Mérite du français dans la culture de l'Office québécois de la langue française. Il a été nommé successivement officier de l’Ordre national du Québec, Citoyen d’honneur de Montréal, officier de l’Ordre du Canada, Commandeur de la Légion d’honneur, Commandeur des Arts et des Lettres, Commandeur de l’ordre de la Pléiade et Compagnon des Arts et des Lettres du Québec.  Le 12 décembre 2013 vient la consécration de cette prolifique carrière : Dany Laferrière est élu à l’Académie française, au fauteuil d’Hector Bianciotti (2e fauteuil).

Haut de page