Contactez-nous

Services linguistiques
Pavillon Tabaret
550, rue Cumberland,
pièce M292
Ottawa ON Canada
K1N 6N5

Tél. : 613-562-5634
Téléc. : 613-562-5117

trarev@uOttawa.ca

Carte du campus

Guide de rédaction


Règles d’écriture

 

Accent dans les sigles et les acronymes

Bourses

Cartons d’invitation

Graphie de uOttawa dans les URL et adresses de courriel

Honorable, docteur, professeur

Indication de l'heure

Numéros de téléphone

Petit-déjeuner des fondateurs

Pièce, bureau ou salle

Ponctuation et espacements

Présentation des adresses Web et des adresses courriel dans un texe

Siècles (chiffres arabes ou romains)

Symbole de dollar

Symbole de pourcentage

Trait d’union dans les dénominations comprenant des noms de personnes

uOttawa, U d'O

Web et Internet

 

Accent dans les sigles et les acronymes

Par souci de simplicité et d’uniformité, les Services linguistiques recommandent de suivre la tendance et de ne pas accentuer les sigles et acronymes. Il importe de souligner que certains organismes externes ont choisi de maintenir les accents dans leur sigle de dénomination, souvent pour ajouter un effet visuel, et qu’il faut alors respecter ce choix.

Rappelons la distinction entre un sigle et un acronyme. Le sigle est une abréviation qui reprend la lettre initiale d’un groupe de mots désignant un organisme, une raison sociale, une société, une association.

Exemples :

- CRCCF (Centre de recherche en civilisation canadienne-française)
- SAEA (Service d’appui à l’enseignement et à l’apprentissage)

La prononciation des sigles se fait alphabétiquement (on épèle alors le nom des lettres qui le composent) ou syllabiquement (en formant des syllabes comme dans un mot ordinaire).

Lorsque le sigle se prononce syllabiquement, on est alors en présence d’un acronyme. Celui-ci peut comporter des lettres autres que les lettres initiales; il se prononce comme un seul mot.

Exemples :

- SASS (Service d’appui au succès scolaire)
- ACNOR (Association canadienne de normalisation)

Or, les sigles et les acronymes tombent dans la catégorie des abréviations et s’écrivent le plus souvent en majuscules. La plupart des grands ouvrages de référence recommandent de conserver les accents sur les lettres majuscules dans les abréviations, notamment dans les grades et diplômes; toutefois, les sigles et les acronymes font exception à cette règle et ne comportent donc ni accents ni points abréviatifs.

Exemples :

- FESP (Faculté des études supérieures et postdoctorales) (et non FÉSP)
- EITI (École d’ingénierie et de technologie de l’information) (et non ÉITI)

- FEUO (Fédération étudiante de l’Université d’Ottawa)

- ESAPI (École supérieure d’affaires publiques et internationales)
- UQAM (Université du Québec à Montréal)

Certains sigles et acronymes sont devenus des noms communs; ils s’écrivent alors en minuscules et conservent les accents :

              - CÉGEP (collège d’enseignement général et professionnel) est devenu cégep (à noter l’accentuation pour faciliter la prononciation), puis a donné le dérivé cégépien.

Enfin, rappelons qu’il est recommandé, en début de texte, d’exprimer au long au moins une fois tout sigle ou acronyme figurant dans un texte suivi.

Exemple :

              - Le Programme d’initiation à la recherche au premier cycle (PIRPC) permet d’acquérir une expérience indispensable pour une carrière en recherche. Les boursiers du PIRPC ont l’occasion de présenter leurs travaux au symposium annuel.

Haut de page

 

Bourses

Pour l’usage des majuscules et des minuscules dans les noms de bourses, veuillez consulter la rubrique Bourses.

 

Haut de page

Cartons d’invitation

Le carton d’invitation doit présenter les renseignements relatifs à l’événement de façon claire.

Le premier paragraphe de l’invitation précise généralement le nom et le titre des hôtes de l’événement de même que la nature de ce dernier. Les Services linguistiques recommandent un paragraphe d’une ou deux phrases complètes se terminant par un point final. L’utilisation de la majuscule est déconseillée pour les titres de civilité (monsieur ou madame) dans un carton d’invitation. On choisira plutôt la forme abrégée (M. ou Mme).

Le deuxième paragraphe comprend, dans l’ordre : la date et l’heure (première ligne), le lieu (deuxième ligne) et l’adresse (troisième ligne). Les Services linguistiques recommandent l’utilisation d’une majuscule de position au début de chaque ligne, mais pas de point final.

Les dernières lignes de l’invitation précisent à qui il faut confirmer sa présence et par quel moyen.

Voici un exemple d’invitation qui respecte ces règles :

Mme Huguette Labelle, chancelier de l’Université d’Ottawa, et M. Marc Jolicoeur, président du Bureau des gouverneurs, ont l’honneur de vous convier à une réception visant à présenter le 29e recteur de l’Université d’Ottawa, M. Allan Rock.

Le mercredi 4 juin 2008, de 17 h à 19 h

Pavillon Tabaret, salle 112

550, rue Cumberland

RSVP (présences seulement)

ceremonies@uOttawa.ca

613-562-5276

On aurait aussi pu omettre les titres de civilité :

Huguette Labelle, chancelier de l’Université d’Ottawa, et Marc Jolicoeur, président du Bureau des gouverneurs, ont l’honneur de vous convier à une réception visant à présenter le 29e recteur de l’Université d’Ottawa, Allan Rock.

Le mercredi 4 juin 2008, de 17 h à 19 h

Pavillon Tabaret, salle 112

550, rue Cumberland

RSVP (présences seulement)

ceremonies@uOttawa.ca

613-562-5276

 

Haut de page

 

Graphie de uOttawa dans les adresses Web (URL) et adresses courriel

À l’Université d'Ottawa, c’est pour créer une référence à l’image de marque (branding) qu’il est recommandé de mettre un O majuscule dans les adresses Web et les adresses courriel. C’est une question de style plutôt qu’une règle linguistique. Ainsi, on devrait écrire, par exemple, www.uOttawa.ca et infoservice@uOttawa.ca.

Pour connaître les règles d’emploi des formes abrégées U d’O et uOttawa dans les textes, lire l'article à ce sujet.

Haut de page

Honorable, docteur, professeur

Très honorable et honorable

Les titres honorifiques honorable et très honorable s’appliquent à des personnes occupant ou ayant occupé des fonctions officielles bien précises, dont on trouvera la liste sur le site de Patrimoine canadien (site externe). Certaines personnes conservent leur titre à vie, mais d’autres, seulement pour la durée de leurs fonctions.

Les titres honorable et très honorable s’écrivent avec la minuscule initiale. Chacun est suivi du prénom et du nom de la personne.

Exemple :

- Le très honorable Paul Martin

Dans une liste ou lorsque l’espace est très restreint, il est possible d’utiliser les abréviations hon. et très hon.

Remarque : Le titre honorable est aujourd’hui disparu du vocabulaire parlementaire au Québec. Il est remplacé par monsieur ou madame, sauf dans le cas du lieutenant-gouverneur.

Docteur

Seules les personnes exerçant le métier de médecin, dentiste ou vétérinaire peuvent utiliser le titre docteur (abréviation : Dr) sans autre forme de précision. Au féminin, on emploie la forme docteure, recommandée par l’Office québécois de la langue française et le Bureau de la traduction (abréviation : Dre).

Pour désigner une personne ayant réussi un programme de doctorat universitaire, on emploie plutôt monsieur ou madame. Il est aussi possible d’utiliser professeur ou professeure pour les membres du corps professoral.

S’il faut absolument mentionner le diplôme, on l’indique en toutes lettres ou sous sa forme abrégée après le prénom et le nom de la personne :

- Huguette Labelle, docteure en éducation

- Huguette Labelle, Ph.D.

- Huguette Labelle, Ph.D. (éducation)

Professeur

Dans le milieu universitaire, le mot professeur est à la fois une appellation d’emploi et un titre qui marque un rang dans la hiérarchie. Il s’emploie avec la minuscule initiale et est précédé d’un article. Au féminin, on emploie la forme professeure, recommandée par l’Office québécois de la langue française et le Bureau de la traduction.

Exemples :

- Le professeur Paul Corkum

- La professeure Chantal Laroche

Il est recommandé d’écrire professeur ou professeure au long dans les textes suivis. S’il faut abréger, on utilise Pr/Pre, selon le modèle Dr/Dre.

 

Haut de page

Indication de l’heure

Dans les textes courants et administratifs en français (rapports, lettres, textes descriptifs, procès-verbaux, horaires de réunion, etc.), il convient de noter l’heure selon le système 24 heures et non au moyen des abréviations a.m. et p.m. qui sont courantes en anglais. On indique l’heure en chiffres, suivis des symboles courants (h, min) ou des noms d’unité en toutes lettres (heure, minute). L’abréviation correcte pour heure est le symbole h, employé seul (et non hres). On dira donc :

- La rencontre débutera à 18 h pile (et non 6:00 p.m.).

- L’atelier se déroulera de 10 h 30 à 16 h 45.

- La téléconférence commence précisément à 14 h 5.

- Elle arrive en avion à 23 heures.

- Heures d’ouverture 8 h 45 – 17 h.

À noter qu’il faut mettre une espace insécable avant et après l’abréviation h. S’il est nécessaire de préciser les minutes et les secondes, on utilise les abréviations min et s, sans point abréviatif; on peut aussi écrire le nom des unités au long :

- Ils vérifieront le système d’alarme à 15 h 38 min 6 s partout dans l’immeuble.

- Sa naissance a eu lieu à 5 heures 17 minutes 12 secondes.

   

On écrit l’heure en lettres lorsqu’elle indique un moment imprécis de la journée ou qu’elle contient les mots demi, quart ou trois quarts, ou encore les mots midi ou minuit :

- Je serai libre quelque temps entre deux et trois heures.

- Présentez-vous à huit heures et demie.

- Le professeur est arrivé à dix heures et trois quarts.

- Le cours prendra fin à midi quarante.

L’heure s’écrit également en toutes lettres pour indiquer une durée :

- Elle a enseigné durant six heures de suite.

Dans le système 24 heures, minuit équivaut à l’heure zéro; on peut donc représenter ce moment par 0 h (le début du jour) ou par 24 h (la fin du jour).

Remarques : Dans les textes courants, lorsqu’on écrit une heure juste, il faut éviter d’ajouter 00 après le symbole h. De plus, les heures et les minutes ne sont pas des unités décimales, donc on ne doit pas faire précéder d’un 0 les heures et les minutes inférieures à dix.

Exemples : 11 h (et non 11 h 00); 3 h 5 (et non 03 h 05)

Par ailleurs, dans les tableaux, horaires, schémas, résumés à style télégraphique, il est possible d’indiquer l’heure avec le deux-points au lieu du symbole h; on ne met alors pas d’espace de chaque côté du deux-points. Dans ces cas, c’est pour respecter l’alignement des heures présentées en colonnes qu’on met un zéro devant les heures et les minutes inférieures à dix.

Exemples : 18:00, 15:30, 9:20, 19:45:18, 22:05

                     

Départ de la navette en matinée

                                          08:15

                                          09:20

                                          10:05

                                          11:25

Enfin, l’heure peut s’écrire en toutes lettres dans les textes juridiques et dans certains écrits à caractère solennel, comme certaines invitations :

- La cérémonie de remise de l’Ordre du mérite aura lieu à vingt heures.

Toutefois, ce n’est pas la pratique à l’Université d’Ottawa d’inscrire l’heure en toutes lettres dans les invitations.

Remarque : À l’Université d’Ottawa, il faut parfois présenter un programme d’activités en format bilingue. Il n’est alors pas nécessaire de répéter l’heure selon la présentation habituelle propre à chaque langue. Dans ces cas, on peut exceptionnellement inscrire l’heure avec le deux-points, selon la présentation numérique utilisée par des organismes comme l’ISO et l’ACNOR.

Exemple :

Horaire de l’atelier

Workshop Schedule

 

8:45

Café et beignes

Coffee and donuts

9:00

Mot de bienvenue

Welcoming remarks

9:15

Atelier A

Workshop A

10:45

Pause

Break

11:00

Atelier B

Workshop B

12:15

Repas

Lunch

13:30

Plénière

Plenary Session

                           

 

Par contre, si l’on tient à indiquer l’heure dans les deux langues, on suivra le modèle suivant :

 

Horaire de l’atelier

Workshop Schedule

 

8 h 45 / 8:45

Café et beignes

Coffee and donuts

9 h / 9:00

Mot de bienvenue

Welcoming remarks

9 h 15 / 9:15

Atelier A

Workshop A

10 h 45 / 10:45

Pause

Break

11 h / 11:00

Atelier B

Workshop B

12 h 15 / 12:15

Repas

Lunch

13 h 30 / 1:30

Plénière

Plenary Session

 

      

Haut de page

 

Numéros de téléphone

Depuis que la composition à dix chiffres est devenue obligatoire dans bon nombre de régions au Canada, l’indicatif régional fait partie intégrante des numéros de téléphone, même pour les appels locaux. Il ne convient donc plus de mettre l’indicatif entre parenthèses.

Diverses règles ont été proposées pour l’écriture des numéros à dix chiffres. Par souci de simplicité et d’uniformité, les Services linguistiques ont adopté la recommandation du Bureau de la traduction du gouvernement du Canada et d’autres organismes selon laquelle les trois chiffres de l’indicatif régional sont unis aux sept autres chiffres par un trait d’union. On écrira donc :

- Le numéro général de l’Université est le 613-562-5800 [et non (613) 562-5800].

- Vous pouvez appeler sans frais au 1-888-444-2222 [et non (888) 444-2222].

Cette règle d’écriture s’applique également aux numéros de téléphones cellulaires, de télécopieurs et de téléavertisseurs.

D’autres organismes, comme l’Office de la langue française du Québec, préconisent de laisser tout simplement une espace entre l’indicatif et le reste du numéro qui comprend un trait d’union avant les quatre derniers chiffres (exemple : 613 562‑5800), mais il y a alors danger que l’un des groupes de chiffres se retrouve tout seul en fin de ligne ou en début de ligne (c'est souvent un problème de formatage).

Il est important de ne pas diviser les tranches de chiffres par des points ou des espaces. Voici des exemples à éviter : 613.562.5800; 613 562 5800.

D’autre part, dans une phrase, il faut introduire tout numéro de téléphone en utilisant la construction avec au ou le puisque les chiffres sont du genre masculin en français.

Exemples :

- Communiquez avec nous au 819-333-3333.

- Pour joindre la réception, composez le 0.

Enfin, chacun des appareils téléphoniques faisant partie d’une installation téléphonique interne s’appelle un poste (et non une extension, un local). On dira ainsi correctement :

- Si tu veux me parler directement, demande le poste 99999.

- Mon numéro de poste est le 8888.

Par souci de simplicité, les Services linguistiques recommandent de ne pas mettre une virgule entre le numéro de téléphone et le numéro du poste :

- Pour joindre notre service, composez le 613-562-5800 poste 5634.

 

Haut de page

 

Petit-déjeuner des fondateurs

Les dictionnaires recensent le nom petit(-)déjeuner parfois avec un trait d’union, parfois sans. Les deux formes sont acceptées.

Par souci d’uniformité dans les textes de l'Université, on devrait écrire Petit-déjeuner des fondateurs avec un trait d’union et une majuscule initiale.  



Haut de page

 

Pièce, bureau ou salle

On ne sait pas toujours lequel des trois mots, pièce, bureau ou salle, utiliser comme équivalent du mot anglais room.

Pièce : Même si certains ouvrages le déconseillent, le mot pièce est un équivalent valable, car il est souvent employé comme générique dans les définitions des dictionnaires. Il est à privilégier lorsqu’on ne connaît pas le type d’endroit qu’on désigne (ce peut être un bureau, un laboratoire, une salle de lecture, de documentation ou de conférence, etc.)

Bureau : Le mot bureau est recommandé pour décrire un lieu administratif ou lieu de travail des employés, et comme équivalent du terme anglais suite.

Salle : Il est préférable d’utiliser le terme salle pour parler d’un endroit aménagé pour accueillir des groupes plus ou moins nombreux : par exemple, c’est la salle 112 du pavillon Tabaret (et non la pièce 112) qui désigne l’ancienne chapelle.

 

Exemples : 

- La rencontre aura lieu au pavillon Desmarais, pièce 3133. (Il s’agit ici d’une petite salle de conférence.)

- Pour l’entrevue, rendez-vous au Centre universitaire, bureau 305. (Il s’agit ici du local de travail d’un employé.)

- Le colloque réunira une centaine de participants à la salle 12102 du pavillon Desmarais. (Il s’agit ici d’un grand local pouvant accueillir beaucoup de personnes.)

 

Haut de page

 

Ponctuation et espacements

Voici la liste des espacements avant et après les principaux signes de ponctuation.

Remarque : Pour éviter les erreurs, assurez-vous que la langue par défaut de votre logiciel de traitement de texte est  Français - Canada , et non  Français - France.

 

AVANT

SIGNE

APRÈS

pas d’espacement

VIRGULE (,) – dans le texte

Les rapports, les études...

un espacement

pas d’espacement

VIRGULE (,) – dans les nombres

2,5 millions

17 898,89 $

pas d’espacement

pas d’espacement

POINT FINAL (.)

Internet est devenu un outil indispensable. Les jeunes poursuivent leurs études après le secondaire.

un espacement

un espacement

DEUX-POINTS (:)

Veuillez-joindre les documents suivants : budget, rapport, etc…

un espacement

pas d’espacement

POINT-VIRGULE (;)

Le tour est joué; vous n’avez plus qu’à…

un espacement

pas d’espacement

POINT D’EXCLAMATION (!)

Bravo! Ton travail est excellent!

un espacement

pas d’espacement

POINT D’INTERROGATION (?)

À quelle heure arrive-t-elle? À huit heures.

un espacement

pas d’espacement

POINTS DE SUSPENSION (…)

Que l’hiver est long… Vive le printemps!

un espacement

pas d’espacement

TRAIT D’UNION (-)

Rouyn-Noranda se situe en Abitibi-Témiscamingue.

pas d’espacement

un espacement

TIRET (–)

La lettre d’invitation auriez-vous par hassard oublié de l’affranchir?

n’est jamais parvenue à destination.

un espacement

 

Haut de page

 

Présentation des adresses Web et des adresses courriel dans un texte

Comment doit-on introduire une adresse Web (par exemple www.uOttawa.ca) ou une adresse courriel (par exemple votre.nom@uOttawa.ca) dans un texte suivi ou imprimé?

Adresse Web

Dans le cas d’une adresse Web, il faut la faire précéder de l’article le ou de sa forme contractée au puisque l’adresse commence par des lettres (habituellement trois w suivis d’un point et d’un nom de domaine) et que le genre des lettres est masculin en français. Il est possible aussi de mettre le mot adresse, suivi de l’adresse en question, ou d’utiliser le deux-points, suivi de l’adresse. On dira donc correctement :

- Pour connaître les programmes que nous offrons, visitez le www.uOttawa.ca.

- Consultez la carte du campus au www.uOttawa.ca/cartes.

- Allez sur le site des Gee-Gees à l’adresse www.geegees.uOttawa.ca pour voir l’horaire des matchs.

- Pour renseignements : www.arts.uOttawa.ca.

Remarque : Dans un texte, il est recommandé de ne pas écrire le http:// au début de l’adresse Web si l’hyperlien fonctionne sans ces lettres et symboles (inscrire l’adresse en commençant tout de suite par le triple w). De plus, il n’y a jamais d’accents dans les adresses Web.

Adresse courriel

Dans un texte suivi, il faut introduire l’adresse courriel à l’aide de la préposition à employée seule (comme si le mot adresse était sous-entendu) ou du mot adresse; il faut éviter de la faire précéder de la forme contractée au.

Voici quelques exemples d’usage :

- Envoyez votre formulaire d’inscription à sae-els@uOttawa.ca. (et non : au sae-els@uOttawa.ca)

- Pour obtenir plus de renseignements, écrivez-nous à l’adresse pretsetbourses@uOttawa.ca.

Remarque : On peut dire correctement adresse courriel (au pluriel, seul le mot adresse prend un s), adresse de courriel, adresse de courrier électronique ou adresse électronique. Le symbole @, qu’on retrouve obligatoirement dans une adresse courriel, se nomme a commercial, arobas ou arrobase.

 

Haut de page

 

Écriture des siècles : chiffres arabes ou romains? 

On peut écrire les siècles en chiffres arabes (20e), en chiffres romains (XXe) ou en toutes lettres (vingtième). Pour des raisons de simplicité, les Services linguistiques recommandent l’utilisation des chiffres arabes.

Exemple :

- Le Collège de Bytown a été créé au 19e siècle.

Il est toutefois possible d’utiliser les autres options, pourvu qu’on veille à l’uniformité à l’intérieur d’un même texte ou groupe de textes.

Bien sûr, si les siècles sont écrits en chiffres romains dans un titre de livre ou de conférence, par exemple, il faut les laisser tels quels.

 

Haut de page

Symbole de dollar

En français, le symbole de dollar est placé après le chiffre et est précédé d’une espace insécable.  

- L’article est offert au prix de 24,99 $.

Bien qu’il soit tout à fait correct d’écrire dollar en toutes lettres, les Services linguistiques utilisent systématiquement le symbole ($) pour assurer l’uniformité des messages et publications de l’Université.

Remarque : Il convient toutefois d’écrire dollar en toutes lettres lorsque le montant est lui-même exprimé en lettres.

 

Haut de page

 

Symbole de pourcentage

Il existe différentes façons d’écrire les pourcentages en français :

- Cinquante pour cent

- 50 pour 100

- 50 p. 100

- 50 %

Remarque : La forme 50 pour cent, où une valeur exprimée en chiffres précède la mention pour cent en toutes lettres, est à éviter.

Par souci de simplicité et d’uniformité, les Services linguistiques utilisent systématiquement le signe de pourcentage (%), précédé d’une espace insécable.

Exemple :

- Le nombre d’inscriptions a augmenté de 8 % cette année.

On peut omettre de répéter le symbole dans les émunérations :

- Les taux de placement se sont situés à 95, 93 et 96 % respectivement ces trois dernières années.

 

Exception : Si la phrase commence par un nombre, celui-ci est exprimé en toutes lettres et suivi de la mention pour cent écrite au long.

Exemple :

- Quatre-vingt-un pour cent des étudiants se disent satisfaits du nouveau service.

Haut de page

 

Trait d’union dans les dénominations comprenant des noms de personnes

 

Règle générale, lorsqu’une dénomination (nom de bourse, de chaire, de conférence, d’immeuble, de lieu, de rue, etc.) comprend un nom de personne (y compris un titre qui lui est associé), tous les éléments de ce nom sont unis par un trait d’union. La règle s’applique aussi aux dénominations comprenant les noms de plusieurs personnes, qu’ils soient complets ou non.

Exemples :

 

- Chaire de recherche Loyer-DaSilva en soins infirmiers de santé publique

- prix Mariani-Perret pour le droit des affaires

- bourse Marie-Claire-Guindon-et-Robert-Major

- avenue King-Edward

- bourse Jean-Chrétien

- résidence Hyman-Soloway

Toutefois, lorsque le ou les noms propres dans la dénomination forment une raison sociale, les Services linguistiques recommandent de ne pas mettre de trait d’union.  

Exemples :

- bourse Letko, Brosseau et associés

- bourse Borden Ladner Gervais

Certains organismes externes peuvent avoir d’autres règles d’écriture pour leurs propres dénominations (prix, bourses, etc.), qu’il faut alors respecter autant que possible.

Toutefois, si on choisit de traduire un nom d’organisme comprenant le nom d’une personne, il convient de suivre la règle, pourvu que la dénomination ainsi traduite soit aisément reconnaissable.

- Fondation Michael-J.-Fox (fondation américaine qui n’a pas d’équivalent officiel en français)

Enfin, pour présenter une adresse en format bilingue dans un texte de l’Université d’Ottawa, si la dénomination est d’origine anglaise, on l’écrit sans trait d’union. Si elle est d’origine française, le trait d’union est de rigueur. Dans les deux cas, on écrit l’adresse sans indiquer le type de voie de communication (rue, chemin, avenue, etc.).

Exemples :

              - 705 King Edward

              - 30 Marie-Curie

Haut de page

 

uOttawa, U d'O

Souvent vue comme une abréviation, l’expression uOttawa est en fait une « signature » qui désigne, positionne et renforce l’image de marque de l’Université. Comme sa vocation est essentiellement publicitaire, elle ne devrait pas figurer dans les textes suivis. Il faut plutôt utiliser l’Université d’Ottawa au long ou tout simplement l'Université si le contexte est clair.

L’expression uOttawa est acceptable dans les publicités (y compris dans les médias sociaux) et lorsque l’espace est très restreint. Toutefois, elle s’emploie uniquement en apposition, c’est-à-dire juxtaposée à un nom qu’elle qualifie. Elle n’est jamais placée en début de phrase et n’est jamais précédée de l’article élidé (l’). On dira donc :

                 - Vivez l’expérience uOttawa! (dans une publicité)

                 - L’Université d’Ottawa vous attend! (et non « L’uOttawa vous attend! »)

Bien que l’abréviation U d'O soit parfois utilisée dans les journaux et sur le Web, son utilisation est déconseillée, car elle n’est pas conforme à l’image de marque de l’établissement.

 

Haut de page

Web et Internet

Puisqu’il désigne une réalité unique, le mot Web a généralement une valeur de nom propre. Suivant les recommandations du Bureau fédéral de la traduction, les Services linguistiques recommandent, en français, d’écrire le mot Web avec une majuscule initiale lorsqu’il est employé seul (précédé alors de l’article le ou du) ou qu’il qualifie un nom. Ce terme reste toujours invariable.

Exemples :

- Une recherche rapide sur le Web permet de constater la grande renommée du chercheur.
- La Faculté vous invite à visiter son site Web pour découvrir la panoplie de cours offerts.
- Combien de pages Web ont besoin d’une mise à jour?

Par contre, on met une minuscule à web lorsqu’il entre dans la composition d’un mot.

Exemples :

- L’Université compte sur les grandes compétences de ses webmestres.
- La cérémonie sera webdiffusée en direct sur le site de l’association.

Quant au terme Internet, il est lui aussi considéré comme nom propre; il s’écrit donc avec la majuscule initiale et est toujours invariable. Certaines sources de référence recommandent de ne pas mettre d’article devant ce terme, tandis que d’autres disent que l’article est facultatif. L’important est d’assurer l’uniformité dans un même texte. On peut donc dire :   

- Les étudiantes consultent de plus en plus les ressources spécialisées sur Internet.

- Malheureusement, j’ai perdu ma connexion à l’Internet pendant le cours.

 

Haut de page
© Université d'Ottawa
Pour d'autres renseignements, consulter la liste des points de contact.
Questions d'ordre technique ? trarev@uottawa.ca
Dernières modifications : 2011.11.15