Carla Qualtrough : rêver grand

Carla Qualtrough, debout à un lutrin, s’adresse aux étudiants.

« Quand j’étudiais à l’Université, j’étais loin de m’imaginer qu’un jour j’aurais la chance de changer les choses pour les Canadiens et les Canadiennes, que je pourrais aider les personnes handicapées à transformer la manière dont notre société voit l’inclusion. »

– Carla Qualtrough, ministre des Sports et des Personnes handicapées 

Par Kelly Haggart

« Le monde a besoin de personnes passionnées qui veulent améliorer les choses et qui ont les compétences nécessaires pour le faire », a déclaré Carla Qualtrough, ministre des Sports et des Personnes handicapées, lors du lancement de la Semaine de la carrière 2017 à l’Université d’Ottawa le 6 mars dernier. « Je vous encourage à poursuivre vos rêves : vous ne savez jamais où vous aboutirez », a-t-elle ajouté aux étudiants et jeunes diplômés participant à l’événement.

Selon l’ancienne nageuse paralympique, avocate des droits de la personne et « fière diplômée de l’Université d’Ottawa » (B.Sc.Soc. 1993), la chance, « c’est le point de rencontre de l’effort et de l’occasion ».

« L’ampleur de nos efforts nous revient entièrement », dit-elle. « L’occasion, par contre, est plus difficile à saisir et ne se présente pas souvent. Quand elle surgit, nous devons être prêts à en profiter pleinement. »

Responsable du premier ministère au Canada consacré aux personnes handicapées, Carla Qualtrough vise à mettre sur pied une loi fédérale qui fera du pays, elle l’espère, « un modèle d’accessibilité et d’inclusion pour le monde entier ».

Mère de quatre enfants, dont un à l’université et un autre qui y sera l’an prochain, elle s’est aussi penchée sur la valeur de l’expérience universitaire. « C’est lors de vos études que vous avez la chance unique d’explorer votre avenir, de faire preuve d’esprit critique et de rêver grand », affirme-t-elle.

« Quand je pense à mes études, je me rends compte à quel point ces années ont forgé la personne que je suis devenue. L’Université d’Ottawa m’a donné la chance d’explorer mes passions émergentes liées au militantisme et à l’inclusion, dont les racines sont ancrées dans mon enfance. »

Carla Qualtrough, qui a remporté trois médailles paralympiques et quatre aux championnats mondiaux, sera intronisée le 7 avril prochain à Ottawa au Temple de la renommée paralympique canadien.

Sue Hylland et Carla Qualtrough passent devant une table d’inscription en souriant et en portant des cahiers de notes. Des ballons à l’arrière-plan créent une atmosphère de fête.

Carla Qualtrough, à droite, au lancement de la Semaine de la carrière avec Sue Hylland, directrice du Service des sports à l’Université d’Ottawa. Photo : Andrea Campbell

Expérience paralympique

« Je suis née aveugle au sens de la loi et j’ai une acuité visuelle corrigée de seulement 10 %. En réalité, je suis née dans un monde qui n’était pas fait pour moi, où mes besoins n’étaient pas pris en compte, un monde auquel j’ai dû constamment m’adapter, où les autres allaient toujours présumer de ce que je pouvais faire ou non, toute ma vie.

Quand j’ai découvert le monde paralympique, ma vie a complètement changé, à la fois dans la piscine et dans ma vision du monde. J’ai voyagé partout sur la planète, j’ai été exposée à d’incroyables démonstrations d’aptitudes et d’incroyables discriminations. Au moment de faire partie de l’équipe de l’Université d’Ottawa avant les Jeux paralympiques de Barcelone en 1992, ça faisait 10 ans que je nageais jusqu’à 11 fois par semaine.

J’avais aussi été profondément touchée par la prémisse fondamentale du système paralympique : les règles du jeu sont rééquilibrées avant même le début de la compétition et les athlètes rivalisent avec d’autres qui ont des déficiences et des handicaps similaires.

Je suis devenue fascinée par un système conçu pour inclure tout le monde dès le début. Pourrait-on créer notre système juridique sur le même plan? Ou nos systèmes d’éducation ou de transport? Est-ce que l’emploi pourrait ainsi être transformé? »

Carla Qualtrough et quelques autres personnes tiennent un grand drapeau du Canada. De nombreux étudiants tiennent des petits drapeaux et les édifices du Parlement sont à l’arrière-plan.

Carla Qualtrough (au centre) assiste, en juillet 2016 sur la Colline du Parlement, à l’annonce que la trampoliniste Rosie MacLennan (à gauche) serait porte-drapeau de l’équipe Canada aux cérémonies d’ouverture des Olympiques de Rio. Photo : Services aux étudiants à l’Université d’Ottawa

Les handicaps et l’accessibilité

« Le niveau de scolarité chez les personnes handicapées au Canada est plus élevé qu’au sein de la population non handicapée. Parce que quand on ne trouve pas d’emploi et qu’on est handicapé, on retourne à l’école, encore et encore.

Il n’y a personne de plus innovateur que quelqu’un qui a un handicap, et qui toute sa vie a dû s’adapter à un monde qui n’est pas fait pour lui ou elle. Alors si vous cherchez une personne super-innovatrice qui refuse de faire du surplace, embauchez quelqu’un avec un handicap.

Comme ministre, je me suis engagée à changer de manière fondamentale les points de vue sur le handicap. On rappelle constamment aux personnes handicapées que leurs besoins coûtent cher et sont difficiles à satisfaire. On nous dit qu’on veut nous aider à améliorer les choses, mais que nous devons en comprendre le coût.

Il nous faut transformer ce dialogue. Au lieu de besoins et d’incapacités, parlons plutôt de participation économique, sociale et civique, soit les droits liés à la pleine citoyenneté. Je ne peux qu’imaginer ce que mon propre monde aurait pu être sans les problèmes d’accessibilité, la discrimination et les attitudes choquantes auxquels j’ai dû parfois faire face.

Nous avons l’occasion inouïe de provoquer de véritables transformations. Aucunement limitative, cette loi sur l’accessibilité vise vraiment à créer un catalyseur pour le changement social. Je suis très fière de nos travaux. Quand j’étudiais à l’Université, j’étais loin de m’imaginer qu’un jour j’aurais la chance de changer les choses pour les Canadiens et les Canadiennes, que je pourrais aider les personnes handicapées à transformer la manière dont notre société voit l’inclusion. »

Justin Trudeau, Carla Qualtrough et un élève du secondaire tiennent des ballons comme s’ils s’apprêtaient à les lancer.

Carla Qualtrough et le premier ministre Justin Trudeau se sont joints à un groupe d’athlètes et d’élèves du primaire à l’Université d’Ottawa en novembre 2016 pour célébrer les succès de l’équipe canadienne aux Jeux olympiques et paralympiques de Rio. Photo : Jakie Laflamme

Article connexe : Six questions pour la nouvelle ministre Carla Qualtrough

Photo principale :
Carla Qualtrough lance la Semaine de la carrière 2017 à l’Université d’Ottawa. Photo : Andrea Campbell

Debout près d’une piscine, Carla Qualtrough, dans un maillot portant le mot « Canada » et une feuille d’érable, gonfle les muscles de ses bras en souriant.

Carla Qualtrough aux Jeux paralympiques de Barcelone en 1992, où elle a remporté deux médailles.

 

Haut de page