Le labo en action : apprendre tout en s’amusant

Un homme et un bébé regardent ensemble un livre pour enfants.

« Pour mieux appréhender le développement du bilinguisme, nous devons étudier le plus de bébés possible. Quoi de mieux qu’un musée interactif au cœur de la capitale du Canada pour effectuer cette recherche? »

—  Chris Fennell

Par Sonia Vani

Imaginez que vous visitez un musée en famille et que, ce faisant, vous prenez part à de vraies études sur le développement cognitif et l’acquisition du langage chez les enfants. Imaginez ensuite que vous observez votre enfant interagir avec des chercheurs qui leur proposent des petits jeux, des puzzles ou des énigmes, puis que vous conversez avec ces spécialistes avant de poursuivre votre visite du musée.

Ainsi fonctionne le Labo en action, le premier de son genre en Ontario. Ici, des psychologues du développement et des linguistes transposent la recherche de pointe effectuée à l’Université d’Ottawa dans un milieu où les bambins se sentent à l’aise, dans le but d’étudier le développement cognitif et linguistique des enfants depuis la petite enfance jusqu’à l’âge scolaire. En plus, les parents ont l’occasion d’apprendre une foule de choses fascinantes.

Un musée conçu pour l’ère du numérique

Le Labo en action de l’Université d’Ottawa est le fruit d’un partenariat entre cette dernière et le Musée des sciences et de la technologie du Canada. Il est déjà ouvert au public dans ses locaux temporaires situés au Musée de l’aviation du Canada. Il déménagera ensuite de manière permanente au Musée des sciences et de la technologie du Canada lorsque celui-ci rouvrira ses portes à l’automne 2017, une fois sa rénovation achevée.

En effet, le musée subit en ce moment une modernisation de 80 millions de dollars qui comprend non seulement l’agrandissement de l’espace physique, mais aussi une tout autre conception de l’expérience du visiteur. Les musées d’aujourd’hui se veulent stimulants, pédagogiques et cool : voilà les mots d’ordre afin d’offrir une expérience dynamique aux visiteurs, notamment les plus jeunes, qui grandissent dans un environnement de plus en plus interactif.

C’est ici qu’entre en scène le Labo en action. Divertissant et intéressant pour les familles, il constitue une riche source d’information pour les chercheurs de l’Université d’Ottawa et procure en outre de l’expérience pratique aux étudiants qui participent à la recherche.

Initiatives novatrices

Le Labo en action a vu le jour grâce aux efforts de trois professeurs innovateurs de l’Université d’Ottawa qui partageaient le même intérêt pour le développement cognitif et l’acquisition du langage chez les enfants.

A woman sitting on toy storage containers against a wall decorated with drawings of animals observes a young boy playing a game.

Cristina Atance, avec un de ses sujets de recherche. Photo : Peter Thornton

Cristina Atanceprofesseure de psychologie à la Faculté des sciences sociales, se passionne pour la capacité des jeunes enfants à appréhender l’avenir. À quel stade cognitif sont-ils en mesure de saisir le concept du lendemain, celui de l’année prochaine? À quel moment commencent-ils à se représenter l’avenir et à se projeter dans celui-ci?

Tania Zamunerprofesseure de linguistique à la Faculté des arts, étudie l’acquisition du langage chez les enfants d’âge préscolaire. Une de ses expériences consiste à montrer aux enfants deux objets sur un écran et à leur faire entendre le nom d’un. À l’aide d’une technologie de suivi des mouvements oculaires, la professeure peut mesurer la rapidité avec laquelle les petits reconnaissent les mots semblables.

Chris Fennell professeur de psychologie à la Faculté des sciences sociales, est un expert du bilinguisme chez les nourrissons. Depuis une décennie, il étudie l’apprentissage des mots chez les bébés bilingues (français-anglais). Sa recherche est axée sur la manière dont les tout-petits acquièrent la capacité de comprendre deux langues ainsi que l’influence des parents et autres adultes à cet égard.

« Pour mieux appréhender le développement du bilinguisme, nous devons étudier le plus de bébés possible », affirme le professeur Fennell. « Alors, quoi de mieux qu’un musée interactif au cœur de la capitale du Canada pour effectuer cette recherche? »

Photo principale :
Chris Fennell avec la petite Sofia, fille de Nafissa Ismail, sa collègue à l’École de psychologie. Le professeur Fennell est un spécialiste du bilinguisme chez les bébés. Photo : James Park Photography

 

Architectural illustration of a long building with modern lines, with a parking lot and green space out front. Colourful, brightly lit interior spaces are visible through large windows.

Une représentation conceptuelle du Musée des sciences et de la technologie du Canada après sa rénovation. Le musée, qui rouvrira ses portes à l’automne 2017, aura subi des travaux de l’ordre de 80,5 millions de dollars. En outre, il recevra 156,4 millions de dollars additionnels pour la construction d’installations de pointe qui abriteront un centre de collections et de conservation, tel qu’annoncé dans le budget fédéral 2016. Photo : MSTC

Haut de page