L'ambition climatique stable: l'urgence d'agir maintenant à la hausse

Le sondage

Les résultats d'un nouveau sondage d'Énergie positive et de Nanos Research retracent à quel point les Canadiens sont désireux de prendre des mesures climatiques pendant la pandémie. Cette question est conçue pour mesurer l'enthousiasme sur l'ambition climatique et détecter les points de polarisation de l'opinion. Les résultats du sondage approfondissent également les sources d'information des Canadiens sur le changement climatique, que Positive Energy et Nanos ont explorées pour la première fois dans le dernier sondage de suivi trimestriel.

Le sondage était un sondage hybride téléphonique et en ligne à double base de sondage RDD (lignes terrestres et cellulaires) auprès de 1016 Canadiens âgés de 18 ans ou plus, entre le 28 février et le 4 mars 2021 dans le cadre d'un sondage omnibus Nanos. La marge d'erreur est de 3,1 points de pourcentage plus ou moins, 19 fois sur 20

L'analyse

On a demandé aux Canadiens sur une échelle de 0 à 10, où 0 signifie absolument le pire moment et 10 absolument le meilleur moment, dans quelle mesure le Canada est-il opportun de faire preuve d'ambition dans la lutte contre les changements climatiques, même s'il y a des coûts pour l'économie. On leur a également demandé de préciser pourquoi ils le pensaient. C'est la troisième fois que Énergie positive et Nanos Research posent cette question depuis le début de la pandémie.

Une forte pluralité de Canadiens continuent de croire que le moment est venu de faire preuve d'ambition dans la lutte contre les changements climatiques. Lorsqu'on leur a demandé pourquoi c'était un bon / mauvais moment, près de 2 répondants sur 5 ont déclaré que nous devons agir maintenant et que le changement climatique ne peut pas attendre. Lors de la première série de résultats du sondage à partir de juillet 2020, seulement 1 Canadien sur 5 a donné cette réponse. L'opinion sur la question demeure quelque peu polarisée, 34% des Canadiens ayant répondu 0 ou 10. Ces chiffres sont restés stables dans les trois sondages. Les réponses sont réparties par région, âge, sexe et orientation idéologique auto-identifiée.

On a également demandé aux Canadiens dans quelle mesure ils faisaient confiance à 7 sources d'information différentes sur les changements climatiques sur une échelle de 0 à 10: science / chercheurs évalués par des pairs; les médias d'information traditionnels; les organisations environnementales; organismes gouvernementaux; Les politiciens; industrie; et les médias sociaux.

Haut de page