Clement Bataille

Carte électronique

Clement Bataille
Professeur adjoint, Département des sciences de la Terre et de l'environnement, Faculté des sciences

Pièce : ARC419
Bureau : (613) 562-5800 poste 6736
Courriel professionnel : cbataill@uottawa.ca

Biographie

Grâce à son parcours, ses recherches, son enseignement et ses expériences professionnelles, M. Bataille comprend bien les exigences et les besoins pour former la prochaine génération de professionnels des sciences de l'environnement. Au cours des 10 dernières années, M. Bataille a développé une vaste expertise en géochimie des isotopes et en sciences de l'environnement. Au cours de sa maîtrise, il a étudié le rôle des pratiques agricoles dans le transfert des solutés du sol vers les eaux de ruissellement. Au cours de son doctorat, il a initié le développement de l'outil de géolocalisation des isotopes Sr et est reconnu internationalement comme un expert de premier plan dans le domaine de la géolocalisation des isotopes stables. Après son doctorat, M. Bataille a travaillé pendant deux ans au sein de l’équipe de R&D de Chevron Corporation, où il a mis au point et utilisé des outils de géochimie des isotopes permettant d’évaluer la charge en hydrocarbures dans les bassins sédimentaires. Avant de commencer son poste au département des sciences de la terre et de l'environnement à l'Université d'Ottawa en septembre 2017, M. Bataille était chercheur postdoctoral à l'Université de Caroline du Nord, où il a collaboré avec M. Liu à l'utilisation des isotopes de Li comme substitut comme « paleoweathering proxy ». Il a publié 8 articles comme auteur principal et 7 articles comme coauteur dans des revues renommées dans son domaine (par exemple, GSA Bulletin, Science Advances) avant sa nomination à un poste menant à sa permanence à l'Université d'Ottawa.

Il a été invité à contribuer à des ouvrages et à des revues dans le domaine de l'écologie des isotopes stables. Ses publications portent principalement sur les méthodes, les applications ou la modélisation en géochimie des isotopes appliquée aux sciences de l'environnement. Sa reconnaissance internationale en géochimie des isotopes est attestée par son apport annuel en tant qu'instructeur invité au cours d'étés SPATIAUX: un camp d'été international de niveau supérieur pour deux semaines visant à enseigner des méthodes analytiques et numériques en écologie des isotopes stables. À l'Université d'Ottawa, il donne actuellement le cours d'introduction à l'hydrogéologie pour les programmes de géologie (GEO) et de sciences de l'environnement (EVS).

M. Bataille encadre actuellement plusieurs étudiants de premier cycle de la Faculté des sciences du programme de biologie, du SVE et du GEO, démontrant ainsi la multidisciplinarité de son programme de recherche. M. Bataille prévoit conseiller régulièrement des étudiants de premier cycle et des cycles supérieurs dans des projets en sciences de l'environnement, notamment en écologie, en hydrologie et en paléoclimatologie. La personnalité du Dr Bataille, sa philosophie de recherche et d'enseignement et ses objectifs de carrière sont bien adaptés pour renforcer le noyau multidisciplinaire de l'Institut pour l'environnement, diriger l'élaboration de nouvelles orientations et de nouveaux cours de recherche, favoriser les synergies entre les chercheurs et les scientifiques et former la prochaine génération de professionnels des sciences de l’environnement pour le Canada.

Recherche

Les matériaux organiques et inorganiques (l’eau, les roches, le sol, les os, les cheveux, les artefacts artificiels) préservent des signatures géochimiques distinctes pouvant être liées à la source géographique du matériau et aux processus biogéochimiques se produisant à la surface de la Terre. M. Bataille utilise la géochimie des isotopes et la modélisation numérique dans deux objectifs de recherche complémentaires:

i) Outil de géolocalisation des isotopes: Les systèmes d'isotopes non traditionnels tels que le strontium (Sr) ou le plomb (Pb) sont de plus en plus utilisés pour déterminer la provenance des animaux et des matériaux. Ces systèmes isotopiques affichent des modèles spatiaux de haute résolution uniques qui peuvent compléter d'autres outils de géolocalisation d'isotopes traditionnels. La méthode consiste à mesurer le rapport isotopique dans un matériau d’intérêt donné et à comparer l’observation à une valeur prédite pour évaluer la provenance géographique. Cependant, à ce jour, les méthodes et modèles d'application des outils de géolocalisation Sr et Pb ne sont pas suffisamment précis pour les études d'écologie. L’objectif de M. Bataille est d’intégrer les isotopes Sr et Pb à la «boîte à outils» habituelle pour les études de géolocalisation. Cet effort reposera sur une série d'études appliquées et de modélisation impliquant la génération de jeux de données isotopiques Sr et/ou Pb à partir de: 1) des cheveux humains et des eaux potables du Canada afin de développer un outil de géolocalisation des isotopes pour les Canadiens, 2) des plantes d'asclépiades et des ailes de papillon pour retracer la migration du papillon monarque en Amérique du Nord, et 3) les otolithes des eaux de rivière et des poissons de la rivière Peel afin de reconstituer les déplacements des populations de corégones.

ii) Traceurs isotopiques des sources de solutés pour l'hydrologie urbaine et fluviale: il est essentiel de déterminer l'origine du soluté dans les eaux pour gérer la qualité de l'eau pour les écosystèmes et les humains. Les systèmes d'isotopes stables non traditionnels tels que les ratios d'isotopes de lithium (Li) et de strontium (Sr) sont de puissants éléments pour quantifier les interactions eau-roche, principal contrôle naturel de la composition de l'eau de surface. Les isotopes Sr varient en fonction du type de roche vieillissant sur le bassin, tandis que les isotopes de Li varient en fonction des régimes météorologiques. La collaboration avec le laboratoire AEL-AMS apporte des isotopes de radium (226Ra et 228Ra), de nouveaux traceurs non traditionnels pour compléter le Li et le Sr, ce qui n’était jamais possible auparavant en raison de contraintes analytiques traditionnelles. Ensemble, ces systèmes isotopiques fourniront une nouvelle approche intégrée permettant d’évaluer l’origine et les flux de solutés dans les eaux de surface. Les connaissances provenant d'isotopes stables non traditionnels peuvent également être combinées avec des systèmes d'isotopes traditionnels (par exemple, des isotopes d'hydrogène et d'oxygène) et des radionucléides pour évaluer la contribution humaine à la composition de l'eau des rivières et du robinet. M. Bataille souhaite intégrer les isotopes Li et Sr aux systèmes isotopiques traditionnels et aux nouveaux traceurs de radionucléides afin de mieux comprendre les sources de solutés dans les eaux de rivières et de robinets à différentes échelles spatio-temporelles. Son groupe appliquera et développera ces traceurs dans: 1) les eaux de la rivière Peel (YT) et les eaux de la rivière des Outaouais (ON), et 2) les eaux de robinet de la région d’Ottawa.

Haut de page