Les droits de la personne au grand écran

Publié le mardi 29 novembre 2016

Malala wearing a patterned headscarf sits with both hands resting under her chin.

Malala Yousafzai, lauréate du prix Nobel de la paix et militante pakistanaise pour l’éducation des filles, est au cœur de l’un des documentaires présentés au festival mis sur pied par le Centre de recherche et d’enseignement sur les droits de la personne de l’Université d’Ottawa. Photo: Nations Unies/Mark Garten

Par Linda Scales

Le Centre de recherche et d’enseignement sur les droits de la personne (CREDP) de l’Université d’Ottawa misera sur le grand écran pour sensibiliser la communauté à une grave problématique à l’échelle mondiale. Du 1er au 4 décembre 2016, cinq films et documentaires internationaux sur la violence faite aux filles et aux femmes seront présentés à l'occasion de la quatrième édition du Festival du film des droits de la personne. Au programme, notons la projection du documentaire encensé par la critique He Named Me Malala, dans lequel est relatée l’histoire de Malala Yousafzai, une jeune Pakistanaise qui a remporté le prix Nobel de la paix pour son militantisme en faveur de l’éducation des filles.

Cette année, le festival se rallie à la campagne 16 jours d’action contre la violence faite aux femmes et à son thème – De la paix à la maison à la paix dans le monde : une éducation sûre pour tous. « Nous tenions à participer à la campagne encore une fois. Cette année, le thème ouvrait la porte à la sélection de cinq longs métrages d’exception qui illustrent différentes facettes de cet enjeu de portée mondiale. C’est une coïncidence fortuite », souligne Viviana Fernandez, directrice adjointe du Centre.

Situé dans la Faculté de droit de l’Université d’Ottawa, le CREDP – l’un des premiers centres de droits de la personne au Canada et en Amérique du Nord – célèbre cette année son 35e anniversaire. Investi d’une triple mission de recherche, d’enseignement et de diffusion des connaissances, le Centre privilégie une approche multidisciplinaire et interdisciplinaire en faisant appel à des éducateurs, à des chercheurs et à des étudiants issus de la Section de common law et de la Section de droit civil, de la Faculté des arts et de la Faculté des sciences sociales.

Inaugurée en 1991 par le Center for Women’s Global Leadership, la campagne annuelle de 16 jours a jusqu'ici été adoptée par plus de 4 114 organisations réparties en 172 pays. Il s’agit d’ailleurs d’une deuxième participation pour le festival du film du CREDP. La campagne bénévole sera lancée le 25 novembre, la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, et se poursuivra jusqu’au 10 décembre, la Journée internationale des droits de l’homme. Le 6 décembre, le Canada soulignera également la Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes. Cette année, 27 ans se seront écoulés depuis le massacre de 14 étudiantes à l’École polytechnique de Montréal.

« Le Centre a notamment comme objectif de braquer les projecteurs sur un éventail d’enjeux liés aux droits de la personne et ainsi sensibiliser la communauté aux différents problèmes en la matière », explique Viviana Fernandez. « Cette initiative est pour nous une occasion de tendre la main à de nouveaux partenaires et de faire circuler notre message. »

L’admission est gratuite; tous les films seront présentés à l’Auditorium des anciens, au Centre universitaire. Outre He Named Me Malala, les films From Far Away Shores, Le monologue de la muette, The Trials of Spring et Vie sauvage seront présentés dans le cadre du festival. Chaque projection sera suivie d’une période de discussion avec des invités spéciaux.

Article connexe : Construire des ponts avec l’art

Liens connexes

Haut de page