Maternité et MBA : les diplômées de Telfer (et nouvelles ou futures mamans) qui ont mis sur pied une entreprise pendant leurs études

Publié le mercredi 27 octobre 2021

Allison Caverly et son fils Owen

Allison Caverly a en quelque sorte donné naissance à deux bébés pendant son MBA professionnel à l’Université d’Ottawa – son fils Owen et un nouveau cabinet-conseil en gestion axé sur les objectifs, FemForce.

Le cabinet a été fondé par Allison et ses camarades de classe Carla De Ciccio et Sarah Dion-Marquis. Elles obtiendront toutes trois leur diplôme de l’École de gestion Telfer le 30 octobre, lors de la collation des grades de l’automne.

Les trois femmes se sont rencontrées au début de leur programme de MBA, quand elles ont été assignées au même groupe. Leurs cheminements professionnels en communication et en marketing se ressemblaient, mais ce n’était pas tout ce qu’elles avaient en commun.

Peu après le début du programme, Allison et son mari ont décidé d’avoir un bébé. « Les gens croient que c’est complètement fou de faire un MBA pendant qu’on travaille et d’avoir un bébé en plus, mais c’est ce que je voulais faire », déclare-t-elle. « J’ai hésité à le dévoiler au début, car j’avais peur que les gens pensent que je n’étais pas sérieuse ou que je n’étais pas prête à travailler. »

Quand elle a annoncé sa grossesse aux membres de son groupe, Allison a découvert que Sarah planifiait d’avoir bientôt un deuxième enfant et que Carla et son partenaire envisageaient de faire leur premier. C’est ainsi qu’est né entre elles un lien fondé sur la compréhension, l’acceptation et le soutien.

« Nous nous sommes dès lors donné la permission d’être nous-mêmes et de reconnaître collectivement qu’il était possible de vouloir à la fois être mère et travailler très fort pour garder en ligne de compte nos engagements professionnels », explique Allison. « Je n’avais pas besoin de faire semblant que la maternité n’avait pas d’importance pour moi simplement pour prouver que j’avais à cœur le programme. »

Aider celles qui aident les autres

La gentillesse, l’empathie et un sentiment d’appartenance à une communauté sont trois valeurs qui ont guidé Allison, Sarah et Carla pendant leur MBA. Ces mêmes valeurs sont au centre de la création et de l’approche de FemForce.

Le trio a créé le cabinet pendant un cours de consultation en gestion dans lequel les étudiantes et étudiants touchaient à tous les aspects de l’expertise-conseil. Le nom – FemForce – est délibérément impertinent et moins conservateur que celui d’autres cabinets-conseils. Comme le souligne Allison, c’est parce que leur entreprise est différente.

« Notre positionnement? Aider les entreprises qui aident les autres », explique-t-elle. Le cabinet planifie de travailler avec une clientèle variée, de toutes les identités de genre, motivée par le même objectif d’amélioration de la collectivité. 

Allison précise ce qui rend FemForce unique : « Nous sommes en mesure de sympathiser avec les propriétaires et de comprendre non seulement leur façon de voir les affaires et leurs objectifs, mais aussi que leur conception du succès prend en considération le fait d’être des femmes qui vivent leur vie, et que cette vie inclut parfois une famille. »

Après son MBA, Allison affirme qu’elle et ses cofondatrices planifient de raffiner leur structure organisationnelle afin de créer une vision à plus long terme pour FemForce, tout en se préparant à l’arrivée de deux autres bébés du MBA (pour Allison et Carla) en 2022.
 

Allison Caverly

Diplômée deux fois de l’Université d’Ottawa

Après la collation des grades de l’automne, Allison sera doublement diplômée de l’Université d’Ottawa, puisqu’elle a obtenu un baccalauréat en sciences commerciales à Telfer en 2008. Elle est revenue à l’Université en raison de son expérience de premier cycle « exaltante et gratifiante » ainsi que pour la structure attrayante et l’enseignement en personne du programme de MBA professionnel de deux ans.

« L’horaire conçu en fonction des professionnels était le meilleur que j’aie trouvé », affirme Allison qui, comme le reste de sa cohorte, travaillait à temps plein et assistait aux cours les soirs et les fins de semaine. « J’ai adoré écouter les autres parler de leur expérience professionnelle, car chacun arrivait avec un profil différent de celui de tout le monde. J’ai vraiment beaucoup appris de ces personnes. »

Allison affirme que son fils Owen, maintenant âgé de 15 mois, l’a beaucoup aidée pendant son MBA – en faisant ses nuits et en passant parfois une journée sans pleurer. « J’ai l’impression qu’en quelque sorte, il sait que sa maman a besoin de sa coopération », dit-elle en faisant rebondir sur ses genoux un Owen vêtu d’un cache-couche orné de ballons de football. « Plus je m’épanouirai, plus je serai un bon exemple pour lui. Je crois que c’est aussi ce que pensent les autres femmes du MBA. »

Haut de page