Des professeurs de Berkeley donnent 1 M$ à la Faculté de droit de l’Université d’Ottawa

Publié le mardi 23 juillet 2019

L'immeuble Tabaret, vu de la pelouse en été.

Par Bryan Demchinsky

Grâce à la générosité et à la vision de deux chercheurs universitaires américains, la Faculté de droit de l’Université d’Ottawa bénéficie d’une importante aide financière qui rehaussera sa réputation de chef de file dans le domaine de la technologie numérique et du droit.

Les professeurs Robert Glushko et Pamela Samuelson, formant un couple qui enseigne à l’University Berkeley, en Californie, créent la bourse professorale Samuelson-Glushko à la Faculté de droit à l’Université d’Ottawa grâce à un don de 1 million de $ étalé sur cinq ans.

Comme le dit le doyen Adam Dodek, ce don va permettre de « revigorer » la Clinique d’intérêt public et de politique d’Internet du Canada Samuelson-Glushko (CIPPIC), lancée à l’Université d’Ottawa il y a une quinzaine d’années grâce au financement initial octroyé par les professeurs Glushko et Samuelson.

« La CIPPIC s’est depuis imposée comme une institution leader au Canada pour ce qui est des politiques publiques en technologie et chef de file mondial dans ce domaine », rappelle le doyen Dodek.

 

Les professeurs Pamela Samuelson et Robert Glushko.

Les professeurs Pamela Samuelson et Robert Glushko.

Le don versé par les professeurs Glushko et Samuelson a permis à la faculté de droit de recruter un juriste et maître de conférences de la Harvard Law School afin de diriger la clinique en qualité de professeur de droit inaugural Samuelson-Glushko. Natif de Calgary, Vivek Krishnamurthy est également conseiller juridique auprès de Foley Hoag LLP à Boston, un grand cabinet juridique spécialisé en matière de technologie, entre autres domaines de pratique. 

« Nous nous réjouissons d’appuyer la CIPPIC parce qu’elle offre aux étudiants en droit la possibilité de traiter d’importants enjeux juridico-politiques qui découlent des progrès réalisés dans les nouvelles technologies. Nous sommes entièrement confiants que, sous le leadership de Vivek, l’intérêt public en matière de questions liées à la politique de l'information au Canada sera bien représenté par l’intermédiaire des projets de la CIPPIC. »
— Pamela Samuelson & Robert Glushko

Vivek Krishnamurthy.

Vivek Krishnamurthy dirigera la CIPPIC

Grâce au leadership du professeur Krishnamurthy, la faculté franchira une nouvelle étape dans l’évolution de la CIPPIC. Il lui fera en effet bénéficier de son expérience internationale acquise au Berkman Klein Center for Internet and Society à l’Université Harvard. Ces fonds ainsi donnés élargiront les possibilités offertes aux étudiants de l’Université d’Ottawa de travailler sur des questions à la fine pointe d’aujourd’hui et de demain.”
— Adam Dodek, doyen, Faculté de droit -  Section de common law

« Pam Samuelson et Bob Glushko sont des leaders exceptionnels en matière de politiques d’intérêt public en technologie et ce, depuis des décennies, en fournissant des assises en matière de recherche savante et une aide financière à des cliniques d’intérêt public dans le monde entier. La CIPPIC s’enorgueillit de faire partie de leur remarquable réseau et leur est infiniment reconnaissante de ce don si généreux qui permettra à l’Université de contribuer à l’élaboration des politiques canadiennes dans le domaine numérique et de former la prochaine génération d’experts et de juristes en matière de politiques d’intérêt public en technologie. »
— Michael Geist, professeur de droit et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en droit d’Internet et du commerce électronique

 

L'importance des politiques publiques

La Faculté de droit de l’Université d’Ottawa a fait en sorte de réserver dans son programme d’études un espace pour les préoccupations de politique et d’intérêt public et de les mettre de l’avant. Les traditions juridiques autochtones, les droits de la personne, l’immigration, la technologie numérique, le droit de l’environnement et les enjeux de justice sociale reçoivent ainsi une attention particulière.

« Notre faculté de droit a toujours été profondément engagée envers les questions d’intérêt public » et, ajoute le doyen Dodek, « nous sommes une faculté de droit qui encourage ses étudiants, son personnel et ses professeurs à s’impliquer dans les affaires publiques, la réforme du droit, l’amélioration de l’accès de la population à la justice, et à expliquer le droit aux médias comme au public ».

Dans cette optique, le mandat de la Clinique d’intérêt public et de politique d’Internet du Canada Samuelson-Glushko (CIPPIC) s’inscrit tout à fait dans le cadre de notre mission. Elle a d’ailleurs mené à plusieurs reprises des recherches à l’appui de mémoires présentés à la Cour suprême du Canada. Il s’agit d’une tâche que nos étudiantes et étudiants sont appelés à faire dans le cadre de leur formation juridique. Comme le rappelle le doyen Dodek : « Ils et elles travaillent à des dossiers en matière numérique de la vie réelle et actuellement en instance. » C’est d’ailleurs exactement ce qu’est la définition d’une clinique, soit une institution qui œuvre sur des cas bien concrets contrairement à un laboratoire qui, lui, se concentre sur la recherche.

« Il s’agit d’un apprentissage expérientiel, à présent une priorité pour nous, qui consiste à apprendre par la pratique et non juste à recevoir un enseignement théorique en salle de classe. Les étudiants qui ont eu l’occasion de travailler dans le cadre d’un cours ou d’un stage pendant l’été considèrent qu’il s’agit là d’une expérience véritablement unique. »

 

Des étudiants en droit posent debout devant l'enseigne de la Faculté de droit.

 

Défendre l’intérêt public en matière de technologie

Pamela Samuelson est la professeure distinguée en droit et information Richard M. Sherman à la Faculté de droit de la UC Berkeley et co-directrice du Berkeley Center for Law & Technology. 

Robert Glushko est un scientifique spécialisé en sciences cognitives et entrepreneur, co-fondateur de trois entreprises et actuellement membre du corps professoral du Cognitive Science Program de l’University of California Berkeley.

Le couple a fondé quatre cliniques Glushko-Samuelson aux États-Unis et en a lancé une autre aux Pays-Bas, toutes spécialisées en matière de représentation de l’intérêt public relativement à des questions de technologie. La CIPPIC est la seule clinique du genre au Canada.

La provenance du financement de la clinique illustre bien sa nature mondiale. Il pourrait sembler inhabituel que des juristes américains dotent ainsi une faculté de droit canadienne. Cela fait cependant partie d’une initiative by Samuelson and Glushko.

Les professeurs Samuelson et Glushko se sont donné pour mission de sensibiliser les décideurs politiques et le grand public aux répercussions de la technologie numérique dans nos vies. Ils ont pour vision de faire en sorte que cette mission transcende les frontières à une époque où les frontières semblent plus difficiles à franchir que jamais.

Haut de page