DOE, Jane

Article

Citation

Please note: Citations appear in the language in which they were delivered.

Madame la Chancelière, Monsieur le Recteur, distingués membres du cortège universitaire, chers professeurs, finissants, parents et amis,

Avant de vous présenter la récipiendaire de doctorat honorifique d’aujourd’hui, j’aimerais vous dire quelques mots très importants à son sujet. En raison d’une prescription juridique, nous sommes tenus d’appeler notre invitée d’honneur « Jane Doe ». En effet, comme l’exige la loi, nous devons respecter un ordre de non-divulgation en ce qui concerne son travail, ses contributions et son identité. Par conséquent, au nom de l’Université d’Ottawa, je vous demande de respecter cet ordre et de vous abstenir de prendre des photos, de filmer, de télécharger des images sur votre cellulaire ou de noter son vrai nom. Toutefois, n’hésitez pas à filmer le reste de la cérémonie et à prendre des photos des membres de votre famille ou de vos amis qui font partie de la promotion. Veuillez seulement vous assurer que la récipiendaire de doctorat honorifique n’apparaît ni sur vos vidéos ni sur vos photos. Je vous remercie pour votre collaboration.

Chancellor Jean, President Rock, distinguished members of the processional, faculty members, graduating students, families and friends:

Before introducing our guest of honour, I would like to say a few important words to all of you concerning today’s honourary doctorate recipient. Because of legal requirements, we will be referring to our guest as Jane Doe.  As required by law, we are respecting a publication ban in connection to her work, contributions and identity and, on behalf of the University of Ottawa, I ask that you respect this ban by refraining from taking photographs, downloading images on your cellphones or recording her image or her real name.  You are welcome, of course, to record the rest of the proceedings  and to take pictures of those family members or friends who are graduating.  Please ensure, however, that our honourary doctorate recipient does not appear in any of these images.  Thank you for your cooperation in this matter

 Chancellor,

When it comes to today’s  honourary doctorate recipient, one begins to run out of superlatives: “YWCA Woman of Distinction”; “Chatelaine Magazine Woman of the Year”; “NAC Woman of Courage”; “Elizabeth Fry Society Rebel with a Cause” and the Toronto Sun/CFRB Newsmaker of the Year.”

But all these honorifics and more apply to Jane Doe, who has devoted over two decades of her life to working in Canada’s diverse women's communities, advocating on issues of gender, race and class, and examining how they affect women's equality in the context of the crime of sexual assault.

En 1998, après une bataille juridique de 11 ans, « Jane Doe » a obtenu gain de cause dans l’affaire qui l’opposait à la police de Toronto pour négligence et discrimination sexuelle dans l’enquête sur le viol qu’elle avait subi en 1986. L’affaire a créé un précédent juridique que l’on enseigne maintenant dans de nombreuses écoles de droit au Canada et à l’étranger. En 1987, elle avait déjà établi un précédent juridique en obtenant le droit d’assurer sa propre représentation en justice au cours du procès contre son violeur. En conséquence, elle avait reçu la permission de rester dans la salle d’audience et avait pu ainsi être mise au courant de la preuve qui a, plus tard, motivé sa poursuite civile contre la police. Depuis, « Jane Doe » s’intéresse aux violences sexuelles et à la façon dont la police et les tribunaux poursuivent ces crimes et défendent les droits des victimes.

Her book, The Story of Jane Doe, published by Random House in 2004, was nominated for numerous literary awards and is on the curricula of law school, university and high school courses nationally.

Jane Doe was a founding member of the Toronto Sexual Assault Audit Steering Committee designed to implement change in police sexual assault policy as identified in an investigation conducted by the Auditor General of Toronto immediately following her court victory. 

Elle a publié diverses études sur l’utilisation, et l’efficacité, de l’ordre de non‑divulgation dans les affaires d’agression sexuelle, sur les alertes au viol lancées par la police et sur la trousse médico‑légale. En 2009, à la demande de la professeure Elizabeth Sheehy de l’Université d’Ottawa, « Jane Doe » a organisé une conférence internationale sur les agressions sexuelles, qui a eu lieu à l’Université même. À la suite de cette conférence, trois recueils de recherches et d’analyses de pointe sur ce crime et ses effets sur l’égalité des femmes ont été publiés.

Les Canadiennes qui ont été victimes d’une agression sexuelle ou d’un autre crime fondé sur le sexe, et qui ont été également victimes de négligence institutionnelle et de la discrimination qui l’accompagne, n’ont pas de meilleure défenseure que « Jane Doe ». Elle se décrit elle‑même comme « féministe convaincue », « féministe en lettres majuscules, sans excuses ni équivoque », et elle estime que, malgré d’énormes gains, la bataille à mener pour défendre et assurer les droits des femmes en tous lieux est loin d’être terminée. Très active dans la communauté en tant que pédagogue, intervenante de première ligne et défenseure des droits des travailleuses du sexe, « Jane Doe » a été à l’avant-garde des initiatives visant à dénoncer la violence contre les femmes et à consolider les droits et libertés des femmes.

Central to her body of work is her insistence that we connect these issues with gendered violence and women’s equality and interrogate the role and responsibilities of our institutions – political, legal, religious, academic and otherwise-- in maintaining the status quo that denies women’s equality, that we ask who benefits, and that we do all of this with joy, humour and hope.

Chancellor, it is for these reasons that, in the name of the Senate of the University of Ottawa, I present to you, for the degree of Doctor of the University, Jane Doe - a womanwho stands as an inspiring example of how one person’s strong voice and strong commitment can influence policy, drive change and better the lives of those who seek equality and respect.    

Back to profile: Jane Doe

Back to top