CADIEUX, Anne-Marie

Article

Discours

Veuillez noter que les discours sont publiés dans la langue dans laquelle ils ont été présentés.

Madame la chancelière,

Monsieur le recteur,

Monsieur le doyen,

Chers diplômés,

Chers parents,

Chers amis,

Je suis honorée et très émue d'être ici devant vous pour recevoir ce doctorat honorifique et je voudrais tout d'abord remercier tous ceux et celles qui ont choisi de m'octroyer cette  distinction. Vous me faites une telle joie. Thank you, I am deeply, deeply honoured.

Chers finissants et finissantes, c'est jour de célébration pour vous.  Je tiens à vous féliciter pour votre parcours académique qui se clôt en beauté aujourd'hui par la remise de votre diplôme. Vous avez toute mon admiration, je m'incline devant vous. Bravo! I would also like to congratulate your parents and families who have supported you throughout your studies. I am sure they are very proud right now.

Nous avons quelque chose en commun, mes parents sont aussi ici pour assister à la remise de mon diplôme. Permettez-moi de les saluer car j'ai la chance qu'ils soient encore à mes côtés pour partager ce moment privilégié. Mon père de 87 ans Germain, après avoir fait son cours classique, a obtenu son baccalauréat en 1947. Ma mère Lise Cadieux, après avoir eu quatre enfants et qu'une révolution appelée le féminisme ait traversé la deuxième partie du XXème siècle, a obtenu ici-même son baccalauréat en sciences politiques en 1973. Inutile de vous dire qu'il était très important pour mes parents que nous allions à l'Université et mes soeurs, qui sont ici aujourd'hui, ont toutes deux obtenu leur baccalauréat à l'Université d'Ottawa: ma soeur Geneviève, artiste visuelle et ma soeur Isabelle, géologue.

Vous comprendrez dès lors mon grand attachement à cette Université, où tout a débuté pour moi. Je caressais à l'époque un rêve un peu fou, celui de devenir comédienne.  Fort heureusement, j'ai pu me tourner vers le département de théâtre de l'Université d'Ottawa. J'y ai trouvé une terre d'accueil où le désir obscur et secret que je caressais a pu se transformer en réalité. C'est ici que j'ai pu déployer mes ailes, grâce au regard bienveillant de mes professeurs, notamment Tibor Egervari, qui a cru en moi, m'a encouragée à suivre mon désir et à poursuivre mes études.

It was such an exhilarating time! The building we studied in housed both the English and French Theatre Departments, and I had access to all the courses given in English. I took advantage of this, and participated also in English-speaking productions. I had the best of both worlds: the French side was rooted in the European tradition, with an eye on what was happening in Quebec, and on the English side I gained an introduction to all the new techniques and major currents prevalent on the West coast... It gave me a strong foundation on which I have been able to draw throughout my career. When I finished University, it seemed that the world was waiting for me or, to paraphrase Shakespeare, the world was my oyster and mine to take.

Mon métier m'a permis de parcourir le monde, il est vrai. J'ai sillonné la planète entière grâce notamment à ma rencontre avec Robert Lepage.  Mais j'ai fréquenté de près, à même ma chair, si j'ose dire, le monde des auteurs: Shakespeare, Strindberg, Pirandello, Genet, Tremblay, Ducharme , Koltès, Muller, Duras, De la Chenelière...

Ces auteurs m'ont permis de plonger au coeur de l'âme et de la psyché humaines. Y a-t-il territoire plus riche et plus complexe que celui de l'être humain avec ses doutes, ses travers, ses interrogations? Plonger au coeur de l'âme humaine m'a permis de développer la compassion et l'empathie sans lesquelles aucune vie en communauté n'est possible.

Après toutes ces années, le théâtre me semble encore être un lieu essentiel où des gens se retrouvent ensemble pour briser leur solitude et tenter de répondre à certaines des grandes questions existentielles: qui sommes-nous, pourquoi sommes nous ici, pourquoi souffrons-nous, où allons-nous? Comme disait Albert Camus, nous sommes "solitaires et solidaires".

For some, theatre is a mirror of our time, a reflection of our flaws. For others, it is political, giving a voice to those who have none. For yet others it can be an aesthetic or poetic venture, a way of rendering the invisible visible.Le théâtre est aussi, bien entendu, forgeur de notre identité. Mais je crois qu'il est surtout vecteur de changement, éveilleur de conscience, qu'il doit ébranler nos convictions et bousculer les idées reçues. Je crois encore que le théâtre a le pouvoir de nous secouer et  de nous transformer. Voilà pourquoi il est primordial de ne pas étouffer la parole des artistes. À l'heure actuelle où la culture est menacée, soumise à l'idéologie économique dominante, il est encore le rôle et le devoir de l'état de préserver et nourrir des espaces de résistance et de liberté sans lesquels aucune société ne peut se développer.

Pour ma part, lorsque j'étais jeune, je me disais que si je n'arrivais pas à exercer mon métier,  j'en mourrais. Le théâtre m'a donc, en quelque sorte, sauvé la vie. Et je crois que c'est une des fonctions de l'art, car il permet, aux individus comme aux collectivités, de sublimer le réel et de rendre la vie suppportable.

You are at the dawn of what some see as your real life. Though I don’t have many answers, I may perhaps offer you a few pieces of advice. Be conscientious citizens, for you are among those lucky enough to have received a higher education, and you have the power to change the society in which you live. Aside from your ambition, be sure to develop your compassion, your empathy and your spirit of solidarity. You can't make it on your own. Take risks now, while you’re still young – it’s now or never! Si je puis me pemettre une parenthèse pour dire un mot aux femmes, n'ayez pas peur de prendre la parole et de prendre le pouvoir. Beaucoup de femmes se sont battues avant vous et aimeraient vous voir occuper de plus en plus de postes importants dans toutes les sphères de la société.

Finalement, je voudrais dire que la vie n'est pas une ascension ininterrompue vers le succès. C'est un trajet qui est fait de sommets et et de vallons. Vous connaîtrez des échecs et des déceptions, c'est tout à fait inévitable. Pendant ces moments plus arides, gardez une foi inébranlable en vos idéaux et convictions, ne vous éloignez pas trop de vous-mêmes, gardez votre intégrité et votre passion intactes, même quand vous serez appelés à faire des compromis. Gardez vivante cette flamme qui vous anime aujourd'hui.  Restez fidèles à cet engagement que vous prenez envers vous-même. Après avoir traversé ces moments difficiles, vous vivrez d'autres moments extraordinaires et gratifiants, comme celui, peut-être, de recevoir un doctorat honorifique...

Cet honneur, je le reçois en toute humilité. Je sais qu'il constitue en quelque sorte une reconnaissance de mon parcours mais je sais aussi qu'il me reste encore tant de choses à accomplir. Je me sens comme à mes débuts il y a trente ans. Je me sens comme vous, mais je ne le suis pas. Il me reste beaucoup moins de temps que vous. Vous avez la vie devant vous. Comme je vous envie! C'est à votre tour de dire comme Shakespeare "The world is my oyster, which I with sword will open".

Le monde vous appartient, profitez-en. Je vous souhaite une vie riche. Et surtout, soyez libres!

Merci

Retour au profil : Anne-Marie Cadieux

Haut de page