L'Université d'Ottawa réaffirme son engagement à combattre le racisme

À toute la communauté de l’Université d’Ottawa,

En juin de l’an dernier, à la suite d’un troublant incident à caractère racial sur le campus, je me suis engagé publiquement à prendre les moyens nécessaires pour développer une culture de tolérance et d’inclusion en vue de mettre fin à la discrimination raciale à l’Université d’Ottawa. En septembre, un second incident impliquant un étudiant noir a mis encore plus en évidence le besoin urgent de poser des gestes concrets pour combattre le racisme sur le campus.

Aujourd’hui, je veux faire le point sur les mesures prises dans la dernière année et les progrès que nous avons accomplis en tant que communauté. Il nous reste certainement beaucoup à faire – après tout, nous sommes un microcosme de la société. Néanmoins, je trouve encourageant que notre communauté soit sensibilisée à l’égard de la discrimination raciale ainsi qu’à trouver et à adopter des solutions.

La présente mise au point s’avère particulièrement pertinente en ce moment, alors que nous sommes tous choqués par l’horrible meurtre de George Floyd et que la population exprime sa douleur et sa colère en manifestant contre le racisme systémique visant les membres de la communauté Noire. Je suis personnellement solidaire de tous celles et ceux qui veulent mettre un terme à la discrimination raciale et œuvrent en faveur de la justice et de l’égalité réelle pour toutes et tous.

Enquête indépendante, changements dans nos règlements et excuses officielles

Dans la dernière année, nous avons notamment demandé à une enquêtrice indépendante sur les droits de la personne d’examiner l’incident survenu en juin entre l’un de nos étudiants et le Service de la protection, ainsi que les règlements et méthodes du Service de la protection et leurs répercussions sur les membres racisés de la communauté. Publiés l’automne dernier, les rapports de l’enquêtrice ont établi que la race avait été un facteur dans l’incident de juin. J’ai immédiatement offert mes excuses à l’étudiant victimisé, tant publiquement qu’en privé, et à tous les membres racisés de notre communauté universitaire.

À la suite de l’examen des règlements et méthodes du Service de la protection, nous avons émis de nouvelles directives qui précisent quand et comment les agents du Service de la protection peuvent demander à une personne de s’identifier (Règlement 33), afin d’éviter tout autre incident regrettable. Nous avons aussi mis en place une formation obligatoire sur les préjugés inconscients, l’équité, la diversité et l’inclusion à l’intention des agents du Service de la protection. Qui plus est, un système de traitement des plaintes plus efficace, réactif et transparent a été créé et mis en place.

Comité aviseur du recteur pour un campus anti-raciste et inclusif

Après l’incident de juin, nous avons mis sur pied le Comité aviseur du recteur pour un campus anti-raciste et inclusif, lequel a travaillé sans relâche à définir des objectifs et des stratégies qui l’aideraient à remplir sa mission officielle. Je n’ai aucun doute que ces changements systémiques amélioreront considérablement la vie des membres racisés de notre communauté universitaire en réduisant les obstacles personnels et professionnels à leur réussite qui découlent du racisme d’hier et d’aujourd’hui. Je tiens à remercier le Comité de ses efforts et de son dévouement à cette cause.

Séances de discussion ouverte et forum public

Lors de deux séances de discussion ouverte très touchantes sur le racisme contre les noirs à l’Université d’Ottawa, nous avons pu approfondir notre compréhension commune des conséquences multiples et variées du racisme sur le campus. Ces séances, qui ont attiré un grand nombre de participants, ont été suivies d’un forum public informatif. D’éminents experts ont présenté à ce forum des pratiques exemplaires et des stratégies de lutte contre le racisme, de sorte que nous soyons désormais plus à même de cultiver la tolérance et l’inclusion sur notre campus. Il est nécessaire d’avoir ces conversations, et d’autres qui sont encore à venir, pour comprendre les réalités du racisme contre les noirs sur le campus et déterminer l’étendue des problèmes systémiques à surmonter en vue d’opérer un changement culturel.

Des données démographiques pour contrer la discrimination et promouvoir l’inclusion

Dans une communauté aussi grande et complexe que l’Université d’Ottawa, il est primordial de disposer de données exactes pour prendre des décisions éclairées et judicieuses. Or, jusqu’à tout récemment, notre université (comme la plupart des universités canadiennes) n’avait pas assez de données démographiques significatives pour mettre en lumière nos lacunes aux chapitres de la représentation et de l’inclusion. Nous avons donc lancé le Sondage de l’Université d’Ottawa sur le climat de diversité et d’inclusion au sein du campus, et plus de 6 000 questionnaires remplis nous ont été soumis. À la lumière des résultats de ce sondage et des sondages à venir, l’Université pourra mettre en place un large éventail de mesures plus inclusives pour promouvoir la diversité sur le campus.

De plus, l’Université d’Ottawa a adhéré à un programme pilote mis sur pied par le gouvernement fédéral qui s’intitule Dimensions, dont l’objectif est de « provoquer une transformation dans l’écosystème de la recherche en invitant les établissements postsecondaires canadiens à repérer et à éliminer les obstacles et les iniquités. » Par notre participation, nous nous engageons à intégrer les principes d’équité, de diversité et d’inclusion dans la conception de nos recherches ainsi que dans nos pratiques.

Formation des cadres supérieurs

Au cours de la dernière année, nous avons organisé une série d’ateliers de formation obligatoires à l’intention des cadres supérieurs — notamment les vice-rectrices et vice-recteurs, les doyennes et doyens, ainsi que moi-même — afin de nous sensibiliser aux préjugés raciaux que notre communauté et nous-mêmes entretenons. Tous les membres des comités de sélection pour les postes de vice-rectorat ou de décanat, et les membres de tous les comités d’embauche professorale, suivent désormais des formations semblables contre les préjugés. Ce type d’atelier sera offert à tous les membres du personnel de l’Université.

Réaffirmation de mon engagement

Le travail accompli cette année constitue un pas important dans la bonne direction, mais comme nous avons pu voir de manière évidente ces derniers jours, il reste bien d’autres étapes à franchir. C’est pourquoi nous annoncerons très prochainement une augmentation des ressources en santé mentale à l’intention des personnes noires et racisées de notre communauté.

Beaucoup de travail reste à faire. À titre de recteur de l’Université d’Ottawa, je réitère ma ferme intention de continuer à appuyer cette cause avec humilité, compassion et détermination.

Nous devons nous unir pour faire ce qui est juste. Nous devons nous unir pour lutter contre le racisme.

#Black Lives Matter

Le recteur et vice-chancelier,
Jacques Frémont

Haut de page