Isabelle Boileau : aller jusqu’au bout

Logo Aéroplan

Le programme d’entraide Aéroplan fournit un appui précieux aux étudiants qui participent à un projet d’engagement communautaire outremer. Puisque la majorité de ces occasions ne paient pas les étudiants sont extrêmement reconnaissants de toute forme de soutien qu’ils peuvent obtenir.

Par Julien Procuta

Aujourd’hui, le bénévolat semble faire partie intégrante de la vie d’Isabelle Boileau. Mais il n’en a pas toujours été ainsi. « Je n’aurais jamais pensé faire tous ces stages de bénévolat. C’est vraiment au Centre Michaëlle-Jean pour l’engagement mondial et communautaire que j’ai eu la piqûre », relate-t-elle.

Étudiante de quatrième année en sciences de la santé à l’Université d’Ottawa, Isabelle a fait plus de 200 heures de bénévolat dans le cadre de plus de 15 placements.

Elle a travaillé entre autres à l’Association des femmes autochtones du Canada, où elle a pu profiter de son expérience en recherche en mettant au point des outils et des techniques de santé publique pour renforcer la collaboration entre l’Association et les communautés autochtones.

En 2015, Isabelle a remporté l’un des cinq billets d’avion du programme d’entraide Aéroplan. Cette aide lui a permis de passer un mois auprès de femmes âgées dans un centre de soins à Bogota, en Colombie. Le programme d’entraide Aéroplan, piloté par le Centre Michaëlle-Jean pour l’engagement mondial et communautaire, a contribué à rendre son projet possible en couvrant les coûts du transport aérien qui, souvent, empêchent les étudiants de faire du bénévolat à l’étranger. En Colombie, Isabelle a aidé à préparer et à servir les repas. Elle a aussi administré des médicaments et donné des cours de yoga adaptés aux personnes âgées, qui la surnommaient affectueusement « Madame Yoga ».

Isabelle dit avoir retiré énormément de cette expérience. Cet apprentissage se situe bien au-delà de la matière vue en classe : « Le bénévolat favorise l’empathie, une qualité difficile à acquérir en restant confiné en salle de classe ». Selon elle, le bénévolat aide au développement des intelligences sociale, culturelle, émotionnelle et humanitaire.

Les leçons retenues grâce au bénévolat ont une valeur universelle : « En Colombie comme au Canada, ce que veulent les gens avant tout, c’est l’amour de leur prochain », philosophe-t-elle.

Son amour du travail avec les personnes âgées la distingue de ses pairs. Elle souhaiterait, par son engagement, dissiper certains préjugés ciblant les patients âgés et vulnérables. Cette jeune humanitaire espère aussi être admise en médecine après ses études de premier cycle.

Isabelle est très fière de ses études en sciences de la santé. Elle est particulièrement heureuse de les avoir faites en français. Elle entend poursuivre ses activités bénévoles encore longtemps : « Le bénévolat fait partie de moi. Je ne peux pas imaginer ma vie sans cela. »

Donnez des milles Aéroplan pour aider les étudiants de l’Université d’Ottawa à se déplacer aux quatre coins du monde pour participer à des projets de service communautaire importants pour eux.Du Grand Nord canadien à la Chine, du Ghana au Guatemala, vos milles Aéroplan les mèneront à bon port.

Une étudiante portant une robe fleurie se tient dans les escaliers en béton d’un édifice historique.

Isabelle Boileau dans les escaliers du pavillon Tabaret sur le campus de l’Université d’Ottawa.

 

Haut de page