Un potentiel à célébrer

Kumai était un scientifique exceptionnel, et, malgré son jeune âge, la portée et la qualité de ses recherches ont permis d’énormes avancées dans son domaine. Tout cela est encore plus exceptionnel du fait qu’il était aveugle de naissance.

Par Kyle Bournes

En août dernier, le vaillant Yusuke Kumai (Ph.D. 2013, Biologie) a dérogé à ses habitudes : il a pris des vacances.

Installé en France depuis mai – il venait de se joindre à l’Université de Paris grâce à une bourse Marie-Curie entrante –, il a voulu visiter l’Écosse, célèbre pour ses distilleries qui produisent le scotch single malt qu’il aimait tant.

En randonnée pédestre dans une région éloignée de l’île de Skye, Kumai s’est perdu dans la nature. On l’a retrouvé sans vie plusieurs jours après sa disparition. Il avait 29 ans.

Kumai était un scientifique exceptionnel, et, malgré son jeune âge, la portée et la qualité de ses recherches ont permis d’énormes avancées dans son domaine. Tout cela est encore plus exceptionnel du fait qu’il était aveugle de naissance. Il avait réussi à surmonter les difficultés de la vie quotidienne pour une personne atteinte de déficience visuelle grave grâce à la chirurgie, à des lentilles correctrices et à une détermination personnelle extraordinaire.

Sa famille, ses amis et ses collègues ont été terrassés par la nouvelle de son décès. Tout comme Steve Perry, doyen de la Faculté des sciences, qui a dirigé la thèse de doctorat de Kumai.

M. Perry a rapidement réorganisé son horaire pour se rendre en Europe et accompagner la famille de Kumai dans les jours qui ont suivi la tragédie.

« La curiosité de Yusuke pour la découverte scientifique était insatiable. Dans mon laboratoire, il a brillé sur tous les plans; il avait déjà publié 17 articles et en avait de nombreux autres en attente de publication quand il est décédé », ajoute M. Perry. « Au lieu d’être témoins de ses réalisations professionnelles, nous avons pleuré la perte tragique d’un ami et collègue exceptionnel et très apprécié. Je n’oublierai jamais son brillant esprit, son sens de l’humour et sa charmante originalité que j’ai toujours admirés. Je suis très reconnaissant d’avoir passé du temps en sa compagnie; j’aurais seulement aimé que cela dure longtemps encore. »

Pendant le séjour en Europe de M. Perry, la Faculté des sciences a collaboré avec le Bureau du développement de l’Université d’Ottawa pour déterminer la meilleure façon de rendre hommage à la contribution scientifique de Kumai et à son énorme potentiel de chercheur. Ces démarches ont mené à la création du Prix commémoratif de la thèse de doctorat Yusuke-Kumai. D’une valeur de 1 000 $, ce prix sera décerné tous les ans pour la meilleure thèse de doctorat en biologie. L’objectif consiste à encourager les jeunes chercheurs prometteurs à poursuivre l’excellence scientifique à l’image de Yusuke Kumai.

Et c’est tout un héritage que devront honorer ces étudiants. Kumai était un chercheur prolifique et largement récompensé, et un étudiant véritablement remarquable. Il est arrivé à l’Université en 2008 pour faire une maîtrise en sciences après avoir fait son baccalauréat au Collège Vassar. Steve Perry a tout de suite remarqué son potentiel, et son jeune étudiant prometteur n’a pas tardé à passer au programme de doctorat.

Kumai a obtenu son doctorat en 2013, cinq ans seulement après avoir entrepris ses études supérieures à l’Université d’Ottawa. Ses recherches doctorales ont donné lieu à 17 articles dans des publications internationales de grande qualité, dont le Journal of Physiology, le Journal of Experimental Biology et le Journal of Endocrinology. Il a publié une quantité incroyable d’articles dérivés de sa thèse, et l’Université l’a aussi reconnu pour la qualité de ses recherches. En 2014, il a d’ailleurs reçu la médaille d’or du gouverneur général décernée à l’étudiant ayant rédigé la meilleure thèse de doctorat à l’Université.

Son travail exceptionnel lui a également valu deux bourses de recherche postdoctorales prestigieuses et très convoitées. Kumai a d’abord reçu une bourse de recherche postdoctorale de la Société japonaise pour la promotion de la science, qui lui a permis de poursuivre ses travaux à la Case Western Reserve University de Cleveland. Il a ensuite décroché une bourse de recherche Marie-Curie, qui l’a amené en France au printemps dernier, où il s’est joint au laboratoire de Dominique Eladari de l’Université de Paris. Il a produit trois nouvelles publications scientifiques pendant ses stages postdoctoraux.

Quelques jours après son décès, ses amis et sa famille se sont réunis à l’endroit où Kumai a perdu la vie pour répandre ses cendres, que l’on avait arrosées d’un scotch local qu’il avait acheté pendant ses vacances.

Toute personne qui souhaiterait commémorer la vie de Yusuke Kumai est invitée à faire un don en ligne au Prix commémoratif de la thèse de doctorat Yusuke-Kumai.

 

Yusuke Kumai
Yusuke Kumai tient dans ses mains la médaille d’or du gouverneur général en 2014.
Haut de page