Santé! Des diplômés ouvrent une brasserie artisanale de quartier

Une image en noir et blanc montre trois hommes, habillés à la façon du début du 20e siècle, près d’une voiture d’époque stationnée rue Waller.

« Nous avons décidé de devenir une vraie brasserie de quartier. Pour y arriver, il faut un réel engagement communautaire et redonner à la communauté. » 

-Marc-André Chainey

Par Brandon Gillet

À un jet de pierre de leur alma mater, trois diplômés de l’Université d’Ottawa ont ouvert une micro‑brasserie qui offre une expérience personnalisée de l’art du brasseur. En août dernier, Marc-André Chainey (B.Sc.A. 2007, génie civil), Eli Dagher (B.Sc.A. 2009, génie civil; M.Ing. 2012, génie structurel), et George Bush (B.Sc.A. 2007, sciences de l’activité physique; B.Éd. 2009) ont lancé Waller St. Brewing au sous-sol d’un édifice patrimonial, où logeait jusqu’à récemment le pub Lunenburg. 

C’est l’endroit même qui a dicté à la brasserie et à sa bouteillerie le thème de la prohibition, mais c’est le quartier qui a inspiré nos apprentis brasseurs à offrir des échantillons de bière à 5 $, dont 2 $ sont remis à un organisme caritatif différent chaque mois. 

« Nous avons décidé de devenir une vraie brasserie de quartier, explique le maître brasseur Marc-André Chainey. Pour y arriver, il faut un réel engagement communautaire et redonner à la communauté. Pendant la prohibition, des groupes de femmes ont mené des actions déterminantes, le mouvement de tempérance s’est affirmé, et des individus des deux sexes et de toutes les couleurs se sont côtoyés dans les bars ». 

Les tonneaux de la brasserie ont dû être fabriqués sur place par Chainey et son père, en raison l'âge et l'étroitesse de la porte et des escaliers. 

Cela faisait six ans que Monsieur Chainey s’initiait en autodidacte à l’art de la brasserie et offrait ses bières à goûter à ses collègues et amis. Quand l’un d’eux (Dagher) a rapporté détenir le bail du local de la rue Waller, l’idée d’ouvrir une brasserie a fait son chemin. 

Le jour, le maître brasseur est ingénieur des ponts auprès d’un cabinet ayant participé aux travaux du pont interprovincial ces dernières années. Il y a acquis des compétences utiles, car le local avait besoin de rénovations et la brasserie de nouvel équipement. 

Quand les apprentis brasseurs ont pu mettre la main sur le local, le Lunenberg était encore ouvert. Monsieur Chainey devait donc s’y rendre à 4 h du matin pour effectuer les travaux au sous-sol, avant d’aller travailler. 

« À un pouce près, littéralement, on a failli outrepasser les règlements s’appliquant aux édifices patrimoniaux, raconte-t-il. Nous avons dû collaborer avec pas mal d’ingénieurs et d’inspecteurs pour y arriver ». 

Marc-André Chainey regarde les chaudrons en pleine ébullition.

 

Marc-André Chainey, maître brasseur, regarde la mousse se former sur la bière et s’assure de faire ressortir les saveurs désirées. Photo : Morgan Weir

Tout comme son camarade, Eli Dagher travaille aux ponts et a réalisé plusieurs projets dans la région d’Ottawa. En ce moment, il œuvre sur le chantier de la deuxième phase de développement du train léger. Il a acquis beaucoup d’expérience en affaires grâce aux projets qu’il a lancés, notamment à la Hooch Bourbon House, et il également membre actif de la zone d’amélioration du centre-ville et de la rue Rideau depuis 2011. 

« Je suis l’un des fondateurs et associé de la brasserie, précise-t-il. Je prête main-forte à l’équipe là où je peux. Mais j’agis surtout en coulisses et me concentre sur les aspects commerciaux de l’entreprise ». 

Dernier membre du trio, mais non le moindre, George Bush –  sans W ou H.W.— s’occupe  des ventes et fait la promotion du produit auprès des restaurants. 

« Je suis aussi responsable des activités sociales et des festivals, explique-t-il. C’est moi qui fais la promotion de notre marque. À part ça, je suis superviseur à temps plein au Waverley, sur la rue Elgin ». 

George Bush est un pro de la restauration. Il a aidé à lancer le Pub 101, le Cabin et le Pub Woody’s. Il a obtenu un baccalauréat en sciences de l’activité physique en 2007 et un autre en éducation en 2009. 

« Même si ces domaines ne sont pas liés à la brasserie, précise-t-il, pour décrocher deux baccalauréats, j’ai dû travailler d’arrache-pied et affiner mes compétences sociales et mon sens de l’organisation. Or, ces qualités m’aident à mieux promouvoir notre marque de commerce ». 

Ironiquement, le trio s’est rencontré au Pub Lunenburg, dont George Bush était gestionnaire et Eli Dagher propriétaire. Comme ce dernier travaillait dans le même cabinet d’ingénieurs que Marc-André Chainey à l’époque, l’idée d’ouvrir leur propre brasserie a fait son chemin. 

« Une fois qu’ils ont mis au point leur plan d’affaires et leur vision, conclut George Bush, ils m’ont aimablement demandé de participer à l’aventure. J’ai bien sûr accepté et on connaît la suite!»

Photo principale :
Waller Street Brewery a officiellement ouvert ses portes en août mais les préparatifs ont pris plus de temps que prévu (de gauche à droite: George Bush, Elie Dagher et Marc-André Chainey). Photo : Gracieuseté de Waller St Brewery 

Image rapprochée de tonneaux servant à la fabrication de la bière.

Les tonneaux de la brasserie ont dû être fabriqués sur place par Chainey et son père, en raison l'âge et l'étroitesse de la porte et des escaliers. Photo : Morgan Weir
Haut de page