Donner pour élargir les horizons

Publié le mardi 28 mars 2017

Par Linda Scales

« Cette expérience transformatrice a vraiment changé ma vie », se rappelle Michael Mulvey.

Poster for the Employee Giving program featuring Michael Mulvey and his reason for giving, student travel’s “insight into the opportunities that the world affords.”

Le professeur de marketing de l’École de gestion Telfer revient sur sa propre expérience d’étudiant en échange, qui a fait de lui un des donateurs les plus fidèles du Programme de dons des employés.

En 1990, pendant ses études en commerce à l’Université d’Ottawa, Michael Mulvey saisit une au bond occasion de stage aux États-Unis. Ce séjour d’un trimestre à l’Université Clarkson à Potsdam dans l’État de New York demande des sacrifices financiers, mais change littéralement le cours de sa vie.

« Pour la première fois, je pouvais constater la valeur de mes études, indique le professeur de Telfer. J’étais bien formé et prêt à découvrir le monde. » Il retourne à l’Université Clarkson pour faire une maîtrise entièrement payée par une bourse d’études. Il fait ensuite un doctorat à l’Université d’État de Pennsylvanie pour enfin boucler la boucle à Ottawa, sa ville natale, puis à Telfer en 2003.

Le professeur Mulvey appuie le Fonds d’expérience international Telfer, qui octroie aux étudiantes et étudiants admissibles une somme de 1 000 $ par trimestre pour couvrir les frais supplémentaires liés à la participation aux programmes d’échanges internationaux. Il souhaite éliminer tout obstacle financier qui pourrait empêcher les étudiants de vivre une expérience déterminante pour leur avenir.

« C’est en quelque sorte mon fonds chouchou, car il est si près de mon expérience, dit-il. Je n’ai pas l’habitude de parler de mes activités philanthropiques, mais je trouve que le don s’apparente au vote, car c’est une façon de dire ce qui est important pour moi. »

Le professeur fait remarquer que, contrairement à de nombreux étudiants de Telfer, il n’est pas allé en Europe pour son échange. (Les destinations les plus populaires ces temps-ci sont Barcelone, Bordeaux, Mannheim, Milan et Nice, ainsi que Singapour.) Une destination plus près de la maison était le meilleur choix pour lui à l’époque.  

« J’étais en mesure d’étudier des thèmes qui m’intéressaient, en l’occurrence le commerce aux États-Unis et la façon dont ce pays percevait le Canada », dit-il. Le Canada et les États-Unis venaient de finaliser leur premier traité de libre-échange, une toile de fond idéale pour les études du jeune Mulvey, dont les travaux portent aujourd’hui sur le commerce transfrontalier.

Conscient du rôle déterminant qu’a eu son périple universitaire sur le cours de sa vie, Michael Mulvey se dit ému d’appuyer les étudiantes et étudiants. « C’est la nostalgie, le sentiment de redonner et le désir de voir des étudiants vivre ce que j’ai vécu. »

Le Programme de dons des employés fait partie intégrante de Défier les conventions : la Campagne de l’Université d’Ottawa ayant pour objectif de renforcer l’enseignement, la recherche et le service aux étudiants à l’Université. Les employés peuvent faire un don en ouvrant une session dans VirtuO.

Haut de page