Vox pop: Comment accélérer son apprentissage du français?

Publié le mardi 28 février 2017

Par Johanne Adam

À l’occasion du Mois de la francophonie, la Gazette a demandé à des étudiants, des professeurs et des membres du personnel de l’Université d’offrir des conseils aux francophiles qui veulent accélérer leur apprentissage du français. Voici certaines des réponses que nous avons obtenues.

 

« Je leur conseille de se trouver un ami ou une amie qui parle le français et de pratiquer avec [cette personne], parce que pratiquer, c’est ce qu’il y a de mieux. »Jakie Laflamme, agente de communication, Services aux étudiants

 

« Je leur dirais de ne pas avoir peur de poser des questions à leurs amis francophones, parce qu’ils seront flattés de voir que vous tentez d’apprendre le français, plutôt que de ne pas essayer du tout. » ― Corinne Laporte, étudiante, Faculté des sciences sociales

 

« Je pense que c’est important de s’exprimer dans la langue, pas juste à l’Université, mais ailleurs aussi (…) parce qu’on n’apprend pas une langue si on ne fait que lire des livres ou l’étudier, il faut aussi tenter de s’exprimer. »Mickäel Morin, étudiant, Faculté des sciences

 

« Il ne faut pas avoir peur de s’exprimer en français avec les francophones, et surtout ne pas [s’imaginer] qu’on va se moquer d’eux » Véronique Bonneville, étudiante, Faculté des sciences sociales

 

« Moi, en tant que francophile et hispanophone (…) c’est le fait de vivre en français qui m’a aidé beaucoup. Le fait de communiquer toujours en français, d’écouter la radio et la télévision en français aussi. J’ai aussi pris des cours de grammaire et de conversation et ça aide, mais je pense qu’il faut vivre le français pour l’apprendre et on peut très bien le faire ici à Ottawa. » Isaac Nahon-Serfaty, professeur, Faculté des arts, Département de communication

 

« Pour moi, c’est le fait de travailler ici à l’Université d’Ottawa. Je suis étudiante, mais j’occupe aussi un poste dans le cadre du Régime travail-études à la Faculté d’éducation. Travailler dans un environnement où je dois utiliser les deux langues officielles m’aide beaucoup. Aussi, je travaille avec une belle équipe qui m’encourage à parler le français. »Maria Paulina Mendoza, étudiante, Faculté des sciences sociales

Sur le même thème : Quelle est votre expression préférée en français? 

Haut de page