Lésions médullaires

Étudiant qui observe une expérience scientifique.

S’assurer que les résultats de recherche sur le traitement des lésions médullaires sont mis en pratique par les médecins.

 

Chaque année, quelque 4 300 Canadiens et Canadiennes subissent des lésions médullaires, entraînant la paraplégie, voire une paralysie complète. La sévérité de la paralysie est grandement influencée par le délai de l’intervention chirurgicale menée pour enlever la pression de la moelle épinière.

Malgré les preuves scientifiques en faveur d’une intervention rapide dans le cas de certains types de blessures, les patients doivent parfois attendre plusieurs jours, plutôt que des heures, avant d’être opérés, en fonction de l’endroit au Canada où ils ont subi leur blessure. Les membres de l’Institut Rick Hansen travaillent pour s’assurer que les résultats de recherche fondés sur des données probantes sur la prévention et le traitement des lésions médullaires, ainsi que ses effets secondaires, sont mis en pratiques par les médecins et les hôpitaux dans le traitement des patients. C’est pourquoi l’Institut a décidé d’appuyer la recherche postdoctorale en application des connaissances à l’Université d’Ottawa.

« Notre objectif ultime est d’empêcher la paralysie à la suite de lésions médullaires, et là, nous sommes à la première étape du voyage qui nous mènera à destination », explique Bill Barrable, directeur général de l’Institut. La bourse de recherche permettra à un chercheur postdoctoral d’appuyer le travail accompli par le docteur Jeremy Grimshaw, un épidémiologiste clinicien et grand spécialiste de l’application des connaissances à l’Université d’Ottawa. Jeremy Grimshaw et son équipe de recherche multidisciplinaire ont déjà réussi à faire tomber des barrières à l’application des connaissances en aidant des infirmières australiennes à réduire le taux de mortalité et d’invalidité chez des patients au cours des trois premiers mois suivants un accident vasculaire cérébral. Maintenant, lui et son équipe se tournent vers les barrières dans le cas de lésions médullaires.

Le partenariat entre l’Université d’Ottawa et l’Institut Rick Hansen vise à étudier les problèmes de santé les plus graves dont souffrent les patients ayant subi une lésion médullaire, y compris les complications secondaires, telles les escarres de décubitus, la douleur et les infections urinaires qui, souvent, deviennent des problèmes chroniques. « Si nous pouvons améliorer la qualité de vie de 20, 30 ou même 40 pour cent des personnes atteintes d’une lésion médullaire, ce serait un énorme succès », affirme Jeremy Grimshaw.

Fonds de recherche uOttawa

Les donateurs qui contribuent 500 $ et plus sont membres de la Société Tabaret

Appuyer financièrement les priorités de recherche de l'Université d'Ottawa détaillées dans le plan stratégique Destination 2020.

Haut de page