Prendre soin de sa santé mentale pendant les Fêtes

Publié le vendredi 11 décembre 2020

Auteur : Mark Patton, Conseiller en santé mentale et mieux-être

Un gars qui joue de la guitare sur son lit

La pause de fin de trimestre qui approche sera différente de celle des autres années. De nombreux étudiants et étudiantes qui pensaient voyager ne pourront pas le faire; d’autres devront s’imposer une quarantaine avant de visiter leurs proches. Certains passeront les fêtes à Ottawa pour la toute première fois. Et dans bien des cas, ceux qui utilisent habituellement cette période de l’année pour renouer avec de vieux amis et célébrer avec leur famille élargie devront se contenter de rencontres privées ou virtuelles…

Comment pouvons-nous tirer parti de ces vacances bien méritées au terme d’un trimestre stressant et non conventionnel? Voici quelques conseils. Certains vous inspireront sans doute, et peut-être voudrez-vous en partager quelques-uns avec des amis ou collègues contrariés par les circonstances.

  • Prendre conscience du sentiment de solitude. La solitude est une expérience humaine normale. Comme une boussole, elle nous rappelle que nous avons besoin de bons rapports sociaux. Bien qu’il soit important de tisser des liens pour répondre à ce besoin quand c’est possible, nous devons aussi accepter que la présente période implique une certaine insatisfaction, et reconnaître que nous ne sommes pas seuls à vivre cette situation; nous sommes tous, en effet, dans le même bateau.

 

  • Reconnaître le chagrin. Il est probable que cette pause hivernale ne réponde pas à nos attentes. Il se peut aussi que nous ayons subi des pertes pendant l’année. Quand on vit un deuil ou une grande tristesse, il faut prendre soin de soi, en s’offrant le temps de bien digérer ces expériences. Le fait de simplement savoir nommer les émotions qu’on ressent peut aider à en réduire l’intensité.
  • Limiter sa consommation d’alcool ou de drogues pour composer avec la situation. Nous cherchons tous des moyens de faire face aux changements, mais n’oubliez pas que l’alcool et les drogues peuvent intensifier les émotions douloureuses. Pour éviter un cercle vicieux, il faut, entre autres, évaluer régulièrement sa consommation, se donner des limites saines et se consacrer à d’autres façons de gérer la situation. La période des Fêtes pourrait être l’occasion d’explorer de nouvelles stratégies pour surmonter l’adversité.

    Regardez notre webinaire sur les stratégies d’adaptation et les dépendances afin de mieux vous autogérer.
  • Prendre soin de soi. L’une des choses dont on a le plus besoin en période de stress, c’est d’avoir de la compassion pour soi. Faire preuve de bienveillance envers soi-même, concrètement, est essentiel. Cela peut impliquer de faire du sport et de la méditation, de se dorloter, de bien manger et de dormir suffisamment. Besoin d’idées pour être plus actif ou active? Prenez un rendez-vous téléphonique avec le Service de counseling en activité physique, histoire de faire une pause de Zoom et de pouvoir marcher tout en discutant

    Le webinaire intitulé « Prendre soin de soi pour son mieux-être » pourrait également vous aider à identifier quelles activités seraient les plus pertinentes pour vous.
  • Ajouter un brin de compassion à ses monologues intérieurs. La bienveillance, c’est aussi porter attention à la façon dont on se parle à soi-même. Être trop exigeant ou se faire des reproches, en se disant par exemple « mais c’est quoi, mon problème!? » ou « mes amis ont l’air de passer du bon temps; pourquoi je n’y arrive pas? », peut rendre l’expérience encore plus douloureuse. Prenez la situation à l’envers : feriez-vous de telles réprimandes à un ami épuisé? Il y a de bonnes chances qu’elles ne soient pas plus constructives pour vous. Reconnaître vos émotions et vous traiter comme vous traiteriez un proche peut faire une grande différence. Pour en apprendre plus sur la compassion envers soi-même, visitez le site de Kristin Neff (en anglais).
  • Ne pas s’isoler. Bien entendu, il faut se conformer aux restrictions concernant les activités sociales, mais que cela ne vous empêche pas de trouver des façons sécuritaires d’échanger avec vos amis et votre famille. Il y a toujours le téléphone, les textos et les vidéoconférences. Vous pourriez aussi faire des activités originales ensemble, comme des entraînements physiques en ligne, une soirée dansante virtuelle, une séance cinéma coordonnée… Si c’est sécuritaire, vous pourriez même rendre visite à quelques personnes à l’extérieur, en gardant vos distances.

    Regardez notre webinaires sur comment garder le contact tout en respectant l’éloignement physique pour plus de stratégies afin de briser l’isolement.
  • Ménager son temps devant l’écran et son utilisation des médias sociaux. Peut-être passez-vous davantage de temps à l’écran ces temps-ci. Sachez toutefois que les médias sociaux peuvent amplifier la solitude et le chagrin. La fin du trimestre pourrait être l’occasion de vous reposer les yeux et le cerveau. Une excellente façon de réduire le temps passé devant l’écran est de trouver des activités enrichissantes qui n’impliquent pas de pixels : découvrir de nouvelles passions, vous remettre à l’artisanat, apprendre à jouer d’un instrument ou développer une pratique artistique… Il peut aussi être utile de remarquer comment vous vous sentez après avoir utilisé des médias sociaux.
  • Baisser ses attentes. Se sentir obligé de déborder de joie et de vivre des vacances mémorables, voilà qui n’aide pas. Cessez de vous débattre et d’essayer de faire en sorte que cette pause de fin d’année corresponde en tous points à celle de l’année dernière. Mieux vaut savourer les petits bonheurs ici et là – ça aide à lâcher prise.
  • Demander de l’aide. Les lignes d’urgence (p. ex. Allo J’écoute) sont précisément là pour soutenir ceux et celles qui en ont besoin pendant les Fêtes. Il n’y a pas de honte à demander de l’aide si vous passez une mauvaise journée, particulièrement si vous avez des pensées suicidaires ou si votre consommation d’alcool ou de drogues vous préoccupe. Plusieurs ressources sont listées sur le site du Service de counselling.

    Si vous aimeriez obtenir de l’aide afin de naviguer les ressources disponibles, si vous ne savez pas quoi prioriser, ou aimeriez discuter avec un autre étudiant de ce qui vous importune, le clavardage du site Web du Carrefour du mieux-être restera disponible durant le temps de Fêtes.

    Le Service de counselling a aussi une chaîne YouTube et une programmation virtuelle accessible en tout temps.

 

Finalement, n’oubliez pas de célébrer! Vous avez terminé votre trimestre. Profitez d’un repos bien mérité.

 

Voici également d’autres ressources que vous pouvez consulter :

Clinique de counseling sans rendez-vous

Allo J’écoute (1-866-925-5454)

Ligne de crise (Ottawa : 613-722-6914; à l’extérieur d’Ottawa : 1-866-996-0991)

Tel-Aide Outaouais (Gatineau : 819-775-3223; Ottawa : 613-741-6433; sans frais : 1-800-567-9699)

Haut de page