Recherche

Recherche à l'Institut de recherche sur le cerveau de l'Université d'Ottawa

Le cerveau humain est le théâtre de cent mille milliards de connexions neuronales formant des milliards de réseaux distincts dans lesquels les neurones communiquent à la vitesse de la pensée. Sa remarquable capacité de s'adapter (plasticité) laisse entrevoir de nouvelles possibilités de traitement. Toutefois, on sait encore très peu de choses sur ces réseaux interconnectés qui forment l'architecture de base du cerveau.

Comment les neurones interagissent-ils? Qu'est-ce qui change avec la maladie?

Nous cherchons à répondre à ces questions et à déterminer comment des stratégies de protection et de régénération (médicaments, thérapie génique, exercice, stimulation cérébrale profonde, etc.) peuvent améliorer le fonctionnement des circuits cérébraux chez les patients souffrant de troubles neurologiques.

En apprenant à connaître et à manipuler les connexions cérébrales, nous pouvons mettre au point des traitements efficaces contre les troubles neurologiques.

Le but ultime de l'IRCuO est d'intégrer et de représenter toutes les activités liées au cerveau et au psychisme de façon cohérente. En collaboration avec nos parties prenantes et le conseil scientifique, l'IRCuO a préparé un premier plan d'action par étapes axé sur les domaines d'excellence et d'expertise suivants

Commotion cérébrale

Commotion Cerebrale

Éliminez l’attente en offrant en temps opportun de l’information et des conseils pertinents aux personnes ayant subi une commotion cérébrale, notamment par la mise en œuvre de mesures proactives et réactives telles que l’amélioration des algorithmes prédictifs fondés sur les symptômes et des tests de dépistage des personnes à risque de présenter des symptômes plus débilitants, et l’élaboration de tests plus précis pour déterminer quand les activités quotidiennes peuvent reprendre.

Mémoire et cognition

Mémoire et cognition

En 2016, les chercheurs éminents en mémoire et en cognition d’Ottawa, dont ceux de l’Institut de recherche Bruyère, ont formé le Groupe sur la mémoire et la cognition (GMC) de l’IRCuO pour étudier systématiquement les mécanismes sous-jacents du déclin cognitif, élucider les processus de perte de mémoire, découvrir des façons novatrices de freiner et de guérir le déclin cognitif, et améliorer la prestation des soins dans nos hôpitaux partenaires. En plus des chercheurs en sciences fondamentales qui étudient les fondements de la mémoire et du traitement cognitif, les mécanismes de la dégénérescence, du stress et du déclin cognitif, la dynamique neuronale, et les circuits de la mémoire et de la cognition, le GCM comprend également une masse importante de chercheurs cliniciens qui s’intéressent aux essais de médicaments en démence gériatrique, en gériatrie psychiatrique, et en soins primaires pour la prévention et les soins liés à la démence. Ce dernier aspect est particulièrement important puisqu’il aurait un impact positif sur les résultats et la qualité de vie de chaque patient, tout en réduisant le coût élevé du traitement de la démence, et particulièrement de la maladie d’Alzheimer, pour la société et l’économie canadiennes.

Services de santé mentale et comorbidités médico-psychiatriques

Services de santé mentale et comorbidités médico-psychiatriques.

Le pilier de la santé mentale a deux objectifs :

  1. Obtenir les bons soins lorsque les gens en ont besoin : Les chercheurs des services de santé de l’IRCuO se concentrent sur la création de nouvelles méthodes passionnantes pour résoudre les problèmes du système de prestation des soins de santé mentale, travaillant notamment à améliorer l’accès aux soins fondés sur des données probantes pour les patients de tout âge, peu importe où ils vivent. Si les enfants, les jeunes et les adultes n’ont pas accès aux soins, ils ne peuvent pas profiter des nouveaux traitements qui ont été mis au point. Notre objectif est de répondre à ce problème.
  2. Améliorer la santé de nos patients : La santé mentale et la santé physique sont étroitement liées, et s’influencent mutuellement. Les chercheurs de l’IRCuO qui travaillent sur cet objectif s’attaquent à des problèmes tels que le risque accru de maladies cardiaques chez les personnes souffrant de problèmes chroniques et graves de santé mentale ou la façon dont l’exercice et l’alimentation affectent les problèmes de santé mentale, recherchant de nouveaux traitements et étudiant des mécanismes comme l’inflammation.
Sclérose en plaque

Sclérose en plaque

 

Sclérose en plaques :

La sclérose en plaques est une maladie neurologique débilitante qui se caractérise par des épisodes récurrents d’incapacité (poussées et rémissions), ainsi que par la perspective d’une incapacité permanente importante et progressive.

Le Canada a le taux le plus élevé de sclérose en plaques (SP) au monde; près de 100 000 Canadiens en seraient atteints. Plus de 2,3 millions de personnes sont touchées dans le monde, et la progression de la maladie est unique et propre à chaque patient. Bien qu’elle soit le plus souvent diagnostiquée chez les jeunes adultes de 15 à 40 ans, les enfants plus jeunes et les adultes plus âgés peuvent également en être atteints.

Le diagnostic de la SP demeure un défi, mais son traitement commence à changer rapidement. Bien qu’il n’existe aucun remède connu aujourd’hui, nos chercheurs et cliniciens sont sur la voie de la découverte et de l’innovation, en route vers la réalisation de l’impossible.

Nos efforts :

Groupe de recherche sur la sclérose en plaques (SP) : Le Groupe de recherche sur la SP de l’IRCuO a été fondé dans le but de faire des recherches systématiques sur les mécanismes sous-jacents de la SP, d’élucider les processus de régénération, de définir de nouvelles approches thérapeutiques et de mettre en œuvre des processus novateurs de réadaptation dans nos hôpitaux partenaires à Ottawa. Croyant qu’une approche axée sur la collaboration est essentielle, le groupe compte des membres dont les champs d’intérêt et compétences sont très variés.

L’Institut de recherche sur le cerveau occupe une position unique pour être un chef de file mondial dans ses efforts en vue de trouver un remède à la SP. Nous bénéficions d’une combinaison unique de forces en biologie, en neurosciences, en physique et en mathématiques, ainsi que d’une expertise en circuits cérébraux et en biologie computationnelle.

Maladies neuromusculaires

Maladies neuromusculaires

Les maladies neuromusculaires (MNM) comprennent plus de 150 troubles génétiques ou acquis, dont bon nombre entraînent l'invalidité, voire un décès prématuré causé par une atrophie progressive des muscles. Ensemble, ces maladies affectent plus de un million de personnes au Canada et aux États-Unis.

Dynamique neuronale

Dynamique neuronale

Le système nerveux central est régi par un ensemble complexe et dynamique de réseaux et circuits neuronaux qui régulent la fonction cérébrale. Ces circuits très actifs et étroitement contrôlés influent sur tous les extrants comportementaux et cognitifs du cerveau, dont les mouvements, l'humeur et la mémoire.

Maladie de Parkinson

Maladie de Parkinson

Dix millions de personnes dans le monde souffrent de la maladie de Parkinson, terrible maladie neurodégénérative qui cause le ralentissement des mouvements, la rigidité musculaire et bien souvent, la dépression et la démence. Bien qu'on dispose de stratégies pour atténuer les symptômes moteurs précoces de la maladie, elle demeure pour le moment incurable.

Accident vasculaire cerebral

accident vasculaire cérébral

En 2015, les principaux chercheurs sur l’ACV d’Ottawa ont mis sur pied le SRC-IRCuO dans le but d’étudier systématiquement les mécanismes sous-jacents des blessures, de mieux comprendre les processus de régénération, de définir de nouvelles approches pour optimiser la récupération, et de mettre en œuvre des processus novateurs de réadaptation dans nos hôpitaux partenaires à Ottawa.

Chaque année au Canada, plus de 60 000 accidents vasculaires cérébraux perturbent la vie des patients et de leur famille. Nos chercheurs se consacrent à combattre les effets débilitants de l’AVC. En comprenant mieux la façon dont le cerveau réagit aux AVC, nous pourrons apporter des changements importants aux traitements et aux soins.

Haut de page