Donner à la relève les moyens d’abattre les barrières systémiques

Faculté de droit – Section de common law
Professeur invité ou Professeure invitée
Justice sociale
Droit de la personne, justice et inclusion
Mois de l’histoire des Noirs

Par Common Law

Communication, Faculté de droit

A woman stands in front of shelves of legal books in a library
La professeure Julie Ada guide ses étudiantes et étudiants sur la route cahoteuse de la lutte contre le racisme antinoir dans le système juridique canadien.

Professeure invitée grâce au Fonds de bourse Allan-Rock depuis l’automne 2023, elle met tout son vaste savoir, sa passion et son engagement au service de la prochaine génération de juristes, à qui elle enseigne la théorie critique de la race et le rôle que joue le droit dans le maintien des inégalités raciales.

Elle donne actuellement un cours de première année intitulé Race, Gender, and Legal Culture, qui porte sur le rôle et les conséquences du racisme – notamment contre les personnes noires – et du genre dans la culture du milieu juridique au Canada. L’objectif est d’aider les étudiantes et étudiants à mieux comprendre les différentes formes sous lesquelles se manifeste le racisme antinoir dans la doctrine et le système de justice canadiens. Il s’agit aussi d’un cours d’introduction à la théorie critique de la race et aux débats actuels sur le sujet. Dans ce contexte, les étudiantes et étudiants sont appelés à analyser le rôle que joue le droit dans le maintien des inégalités raciales et à explorer les moyens à prendre pour mettre un terme à ces problèmes systémiques.

« Ces périodes où j’enseigne sont, à mon sens, bien plus que des moments d’apprentissage », explique la professeure Ada à propos de sa philosophie d’enseignement. Les cours que je donne, à titre de professeure invitée Allan-Rock, portent sur des sujets potentiellement délicats et éprouvants. Alors j’essaie toujours de créer un environnement de bienveillance où les étudiantes et étudiants se sentent à l’aise de s’exprimer, de poser des questions et de faire face aux sujets difficiles dont il est question dans les lectures. »

Diplômée de la Faculté de droit de l’Université d’Ottawa et titulaire d’un doctorat obtenu en 2021, Julie Ada est devenue professeure la même année. Elle a terminé sa première maîtrise en droit à l’Université de Cape Town, en Afrique du Sud, où elle s’est spécialisée dans le droit international de la personne, puis elle en a fait une seconde, toujours en droit mais avec une spécialisation en droit comparé, à l’Université McGill. 

Le titre de professeure invitée ou professeur invité Allan-Rock est financé grâce au fonds du même nom, qui a été créé en 2016 pour souligner la fin du deuxième mandat d’Allan Rock au rectorat de l’Université d’Ottawa. Ce fonds a pour but de lutter contre le racisme antinoir en élargissant l’accès à la justice et en favorisant la justice raciale au sein de la Faculté de droit. De ce fait, le Fonds Allan-Rock soutient les programmes de stages, de bourses et de mentorat pour étudiantes et étudiants noirs, en plus de contribuer à couvrir les frais d’accueil des professeures et professeurs invités qui sont membres de la communauté noire.

Pendant le trimestre d’automne, la professeure Ada a donné un cours de recherche dirigée intitulé Equal Justice Advocacy, qui vise à encourager la recherche doctrinale ou interdisciplinaire sur les sujets qui font progresser la quête d’égalité des communautés marginalisées. Les étudiantes et étudiants devaient orienter leur recherche sur un thème se rapportant aux injustices raciales et au racisme antinoir, et s’intéresser à l’aspect théorique, pratique, procédural ou administratif de celui-là. 

Leurs sujets reflétaient la profondeur et l’étendue des conséquences des injustices raciales dans les différentes sphères de la société canadienne. Parmi les questions étudiées, notons tout l’aspect juridique du pipeline école-prison, un phénomène qui touche principalement les jeunes de la communauté noire et autres communautés racisées évoluant dans le système d’éducation de l’Ontario, ainsi que la façon dont la représentation paternaliste des personnes réfugiées qui arrivent au Canada perpétue nos idées reçues sur leur vulnérabilité et compromet leur faculté d’agir. 

Zaina Abusayma, une étudiante de troisième année qui a participé au cours Equal Justice Advocacy, partage son expérience en déclarant : « Le cours Equal Justice Advocacy de la professeure Ada m'a vraiment marquée pendant mes études en droit. Son ouverture d'esprit, son dévouement à la justice sociale et l'accent mis sur l'intersectionnalité, combinés à ses conseils sincères et bienveillants, ont façonné ma recherche sur le sujet sensible de l'Aide médicale à mourir (AMM) dans le système carcéral. Incontestablement la meilleure de la faculté, elle est une source d'inspiration non seulement sur le plan académique, mais aussi sur le plan personnel. »

La professeure Ada accueille avec gratitude les possibilités que lui ouvre son rôle de professeure invitée Allan-Rock. « J’aimerais remercier le professeur Rock d’avoir créé ce programme ainsi que la doyenne Kristen Boon, l’Université d’Ottawa et la Faculté de droit pour cette nomination. J’ai eu la chance de discuter et de tisser des liens solides avec des membres de la population étudiante et du corps professoral », souligne-t-elle. « L’une des grandes forces de la Faculté de droit de l’Université d’Ottawa est son esprit de communauté. Elle rassemble des gens de tous horizons et propose un environnement d’apprentissage inclusif et collaboratif. »

Grâce à son point de vue éclairant et à sa volonté de créer des espaces d’apprentissage sûrs et inclusifs, la professeure Julie Ada transmet à ses étudiantes et étudiants une meilleure compréhension de l’intersectionnalité de la race, du genre et de la culture juridique au Canada, et elle contribue à la mise en place d’une formation en droit plus juste et inclusive pour tout le monde.