Une œuvre autochtone à l’honneur sur la pelouse du pavillon Tabaret

Gazette
Culture
Autochtone
Monument autochtone érigé sur la pelouse du pavillon Tabaret
Une sculpture de l’artiste mohawk et oneida David General, intitulée Elle danse avec la terre, l’eau et le ciel, est maintenant érigée sur la pelouse du pavillon Tabaret.
Dessin gravé dans la sculpture.
Plaque descriptive érigée à proximité de la sculpture.
David General debout à côté de la sculpture.

Une sculpture de l’artiste mohawk et oneida David General, intitulée Elle danse avec la terre, l’eau et le ciel, est maintenant érigée sur la pelouse du pavillon Tabaret.

Le sculpteur, issu des Six Nations de la rivière Grand, a réalisé cette œuvre à la demande de la direction des affaires autochtones de l’Université. David General a imaginé une silhouette féminine abstraite enveloppée dans un châle, les femmes étant étroitement liées à la terre, au ciel et à l’eau dans leur rôle de porteuses et de gardiennes de la vie.

« Ma sculpture représente le rôle important que les femmes se voient confier par le Créateur pour préserver les dons essentiels à toute forme de vie. Elle danse avec la terre, l’eau et le ciel permet à nos familles, à nos communautés et à nos nations de célébrer et d’apprécier les réalisations des femmes », explique l’artiste.

 

 

« Des idées proposées par des femmes lors de la création de cette sculpture m’ont fait réaliser que la reconnaissance de nos terres ancestrales englobe des droits inhérents aux ressources que sont l’eau et le ciel », poursuit l’artiste.« L’œuvre reconnaît les voix des femmes dans la protection de l’environnement contre les menaces croissantes de la pollution, du développement et des changements climatiques. »

Cette sculpture se veut le témoignage de la relation entre l’Université d’Ottawa et les Omamìwìnini Anishinàbeg, ainsi que tous les peuples autochtones de la région de la capitale nationale.

 

 

Pour souligner cette intention, une plaque accompagnant la sculpture indique en algonquin, en français et en anglais :

« Cette sculpture a été commandée pour symboliser la relation, fondée sur la vérité et la réconciliation, entre l’Université d’Ottawa et les peuples Omamìwìnini Anishinàbeg ainsi que pour reconnaître le territoire algonquin non cédé sur lequel le campus a été bâti. »

 

David General ajoute : « Le droit et les études autochtones ont conduit plusieurs de mes amis à l’Université d’Ottawa et j’espère que cette sculpture sera pour eux une forme visuelle de soutien et d’appréciation des études qu’ils entreprennent, et du travail important qui les attend. Le campus de l’Université d’Ottawa est magnifique, et je suis fier de voir mon œuvre à l’honneur sur la pelouse du pavillon Tabaret. »

La sculpture a été officiellement dévoilée devant le pavillon Tabaret le lundi 28 octobre 2019.