L'importance de la source : examen des informations utilisées par quatre communautés américaines culturellement et linguistiquement diverses pour prendre leurs décisions en matière de vaccination contre le virus COVID-19

Recherche
Institut de recherche sur la science, la société et la politique publique
Faculté des sciences sociales
Arts
Sciences de la santé
Santé et mieux-être
Communications

Par Rukhsana Ahmed

Faculty Affiliate, Institute for Science, Society & Policy

Masked public transit passengers.

Ce blogue est une version adaptée d'un résumé de recherche publié précédemment par les auteurs Dr. Rukhsana Ahmed et Mary C. Avery pour l'Université d'Albany à l'Université de l'Etat de New York. Il synthétise leur chapitre intitulé " L'exploration du rôle des sources d'information dans la prise de décision concernant les vaccins au sein de quatre communautés culturellement et linguistiquement diverses aux États-Unis " dans la publication en libre accès Démocratiser la gouvernance des risques - Établir des ponts entre la science, l'expertise, la délibération et les valeurs publiques de l'ISSP.

Avec la saison grippale 2023-2024 qui approche et le virus COVID-19 en constante évolution, les résultats de cette recherche sont essentiels pour mieux comprendre comment et où communiquer avec les communautés culturellement et linguistiquement diverses au sujet de la santé publique, des mesures de sécurité et de la vaccination.

--

Les communautés culturellement et linguistiquement diverses (Culturally and Linguistically Diverse , CALD) aux États-Unis, composées de personnes nées à l'étranger et dont l'anglais n'est pas la langue maternelle, courent un risque plus élevé lors d'une épidémie comme celle du COVID-19, en raison des difficultés particulières qu'elles rencontrent. Par exemple, de nombreuses communautés CALD ne peuvent pas obtenir de renseignements en matière de soins de santé pour plusieurs raisons, notamment les barrières linguistiques qui limitent leur accès aux informations et aux ressources nécessaires.

Pour y remédier, les stratégies de communication pour les soins de santé doivent être adaptées à ces communautés, au lieu d'utiliser une approche "unique". Une première étape essentielle consiste à comprendre quelles sont les sources d'information sur lesquelles les membres de la communauté s'appuient pour prendre leurs décisions en matière de soins de santé. Ces résultats peuvent aider les médecins, les décisionnaires et d'autres professionnels à communiquer plus efficacement des messages importants sur les soins de santé et, en fin de compte, à réduire les disparités en matière de santé.

Nos recherches ont porté sur le rôle des sources d'information dans la prise de décision concernant le vaccin COVID-19 au sein de quatre communautés CALD - arabe, bengali, chinoise et hispanophone aux États-Unis. Plus précisément, nous voulions savoir : 1) si la décision de se faire vacciner contre le COVID-19 différait entre ces quatre communautés, 2) si les membres étaient en mesure de trouver des sources d'information sur les soins de santé auxquelles ils faisaient confiance en premier lieu, et 3) quelles sources d'information étaient utilisées régulièrement par les membres vaccinés ou ayant l'intention de se faire vacciner dans chaque communauté.

 

Comment avons-nous réalisé les recherches ?

De mars à juin 2021, 318 membres des quatre communautés CALD ont répondu à une enquête en ligne. Ces membres ont été recrutés dans le cadre de partenariats avec des organisations communautaires et des plateformes de médias sociaux. Il s'agissait d'adultes nés à l'étranger et vivant aux États-Unis, parlant principalement l'arabe, le bengali, le chinois ou l'espagnol. Ils ont répondu à des questions sur leur intention de se faire vacciner contre le COVID-19, leur capacité à trouver des informations sur les soins de santé auxquelles ils faisaient confiance et les sources d'information qu'ils utilisaient.

 

Que constatent les recherches ?

1) Décisions de vaccination

  • La majorité des membres (quelle que soit la communauté) étaient vaccinés ou avaient l'intention de l'être, alors qu'un peu plus d'un tiers d'entre eux ne recevaient pas de vaccin du tout.

  • Les décisions de vaccination varient clairement d'une communauté à l'autre : la plupart des membres hispanophones étaient vaccinés ou avaient l'intention de l'être, mais seul un quart des membres arabophones étaient vaccinés ou avaient l'intention de l'être.

2) Capacité à trouver des informations fiables sur les soins de santé

  • La plupart des membres vaccinés de la communauté ont indiqué qu'ils pouvaient trouver des informations sur les soins de santé auxquelles ils faisaient confiance.

  • Presque tous les membres hispanophones pouvaient trouver des informations fiables sur les soins de santé, mais seulement un quart des membres arabophones ont indiqué pouvoir faire la même chose.

3) Sources d'information utilisées

  • Dans toutes les communautés, les sources d'information les plus utilisées sont les médias numériques dans la langue maternelle des membres et les chaînes de télévision et de radio ethniques.

  • Les membres hispanophones s'appuient principalement sur ces deux sources.

  • La plupart des membres de langue chinoise ont également utilisé les médias numériques dans leur langue maternelle, suivis par les amis et la famille.

  • Les membres de langue bengali utilisent les amis et la famille ainsi que les chaînes de télévision et de radio ethniques.

  • Les membres arabophones se sont surtout appuyés sur les médias sociaux, suivis par la presse écrite dans leur langue maternelle.

 

Comment ces résultats de recherches peuvent-ils être utilisés ?

Les communautés prennent des décisions différentes en matière de vaccination : 

Premièrement, les membres des communautés CALD étaient uniques dans leur décision de se faire vacciner et ne devraient donc pas être traités comme s'ils prenaient des décisions similaires en matière de soins de santé. Certains membres de la communauté (par exemple, les arabophones) étaient moins enclins à se faire vacciner, peut-être parce que les sources d'information sur lesquelles ils s'appuyaient n'étaient pas les mêmes que celles utilisées par les agences chargées de communiquer les messages clés en matière de soins de santé.

Les communautés utilisent différentes sources d'information sur la santé pour prendre ces décisions :

Deuxièmement, pour communiquer efficacement avec ces membres distincts des communautés CALD, les décisionnaires et praticiens devraient utiliser des sources déjà utilisées par les communautés, en particulier celles dont les taux de vaccination sont les plus faibles. Par exemple, pour la communauté arabophone, cela pourrait signifier la diffusion d'informations sur les soins de santé sur les médias sociaux et dans la presse écrite en arabe. Pour la communauté de langue chinoise, les médias numériques en chinois, les amis et la famille peuvent constituer des sources efficaces.

Adapter les messages sur les soins de santé et les présenter dans la langue maternelle :

Enfin, dans toutes les communautés CALD, les membres préfèrent les sources d'information dans leur langue maternelle, même si le format exact (numérique, interpersonnel, etc.) varie. Il est donc important de fournir des informations dans leur langue maternelle et d'utiliser les sources existantes auxquelles ils font appel pour obtenir des informations sur la santé.

Par exemple, la communauté hispanophone avait un taux de vaccination élevé. Cela pourrait s'expliquer par le fait que les informations sur les soins de santé sont plus facilement disponibles en espagnol et par le recours aux sources d'information préférées de la communauté. Cette combinaison peut expliquer le taux de vaccination élevé de la communauté espagnole par rapport aux autres communautés de notre étude.

 

Qui a mené cette recherche ?

Une équipe interdisciplinaire composée de chercheur(euse)s affilié(e)s à l'Université d'Albany, Université d'État de New York :

  • Dr. Rukhsana Ahmed, Département de communication

  • Dr. Dina Refki, Center for Women in Government & Civil Society, Rockefeller College of Public Affairs & Policy

  • Dr. Jeanette Altarriba, Département de psychologie

Les chercheur(euse)s diplômé(e)s comptent :

- Mme Erting Sa, Département de la communication

- Mme Mary C. Avery, Département de psychologie

- Mme Sana Abdelkarim, Département d'administration et de politique publiques

 

Remerciements

Ce projet a été rendu possible grâce à un financement du SUNY Prepare Innovation and Internship Seed Grant Program (programme d'aide à l'innovation et aux stages de SUNY Prepare). Nous remercions également nos partenaires communautaires :

Arab American Association of New York ; Arab American Family Support Center (AAFSC) ; Bangladeshi American Foundation of Albany (BAFA) ; Bengali Association of America ; Center for the Integration and Advancement of New Americans (CIANA) ; Chinese Community Center of Capital District of New York ; Albany Latin Festival Association ; Centro Cívico Inc.