Un partenariat qui s’appuie sur plus de 15 ans de collaboration

Recherche
RECHERCHE + INNOVATION
Partenariats

Par Université d'Ottawa

Cabinet du vice-recteur à la recherche et à l'innovation, CVRRI

Signature d'un protocole d'entente avec cinq partenaires
De gauche à droite : Jeff Griffin (LNC), Amy Gottschling (EACL), Sylvain Charbonneau (Université d'Ottawa), Guy Levesque (Université d'Ottawa) et Grant Gardiner (EACL)
L’Université d’Ottawa est le premier établissement universitaire à signer un protocole d’entente avec Énergie atomique du Canada limitée (EACL) et les Laboratoires Nucléaires Canadiens (LNC), lequel permettra de favoriser la mobilité du personnel hautement qualifié et d’élargir les collaborations de recherche en santé, sûreté, sécurité, énergie et environnement.

En tant que centre national de recherche, les laboratoires de Chalk River sont depuis des décennies le lieu de découvertes dans le domaine de la médecine nucléaire, en plus de soutenir la production et la distribution d’énergie nucléaire propre et de contribuer à la formation de la relève en science, en génie et en technologie dans de nombreuses disciplines. Grâce à un investissement de 1,2 milliard de dollars d’EACL, le complexe fait l’objet d’une importante revitalisation qui s’articule autour de la création d’infrastructures scientifiques ultramodernes et d’une nouvelle vision ambitieuse, en vue d’accroître la collaboration en recherche avec les universités canadiennes.  

L’Université d’Ottawa collabore depuis de nombreuses années avec EACL, une société d’État dont le mandat consiste à stimuler l’innovation nucléaire au Canada, qui supervise et oriente également les activités des Laboratoires Nucléaires Canadiens, le partenaire privé qui gère et exploite les installations de Chalk River. 

Pour cette raison, l’Université d’Ottawa, EACL et LCN souhaitent maintenant s’associer pour élargir leurs collaborations de recherche basées sur des buts et des objectifs stratégiques alignés, notamment dans les domaines de la santé, de la sûreté, de l’énergie et de l’environnement. Le tout premier protocole d’entente, signé le 23 novembre 2022, vise ainsi à faciliter la mobilité et le perfectionnement du personnel hautement qualifié, et à lui donner accès à une infrastructure spécialisée. Fruit de plus d’une décennie de collaborations entre les trois partenaires, ce partenariat contribuera à former la prochaine génération de scientifiques dans le domaine nucléaire. 

« L’Université d’Ottawa est un partenaire de premier plan pour aider NLC et EACL à mettre à profit leur expertise en science et technologies du nucléaire afin de relever les grands défis d’aujourd’hui, souligne Sylvain Charbonneau, vice-recteur à la recherche et à l’innovation. Nous partageons une même volonté de demeurer agiles, et de saisir toutes les occasions de repousser continuellement les limites de la recherche et du développement. » 

Les trois parties travailleront de concert pour stimuler les interactions entre leurs communautés de recherche, notamment en ce qui concerne la formation et les stages étudiants, les activités de recherche et de développement, et la mobilisation des connaissances. 

« Nous sommes ravis de ce partenariat avec l’Université d’Ottawa, qui prône une approche coordonnée pour faire progresser la science et les technologies du nucléaire au Canada, explique la vice-présidente Science, technologie et surveillance commerciale d’EACL, Amy Gottschling. Nos trois organisations bénéficieront de la formation de personnel hautement qualifié, et d’un accès accru à nos installations et à notre équipe de recherche de calibre mondial sur le nucléaire. » 

Des dispositions seront prises pour permettre les échanges de personnel entre les infrastructures de recherche des partenaires, décuplant ainsi la portée des travaux qui y sont effectués. Des options seront aussi offertes pour héberger les chercheuses et chercheurs de l’Université d’Ottawa qui iront travailler aux installations de Chalk River. 

« Dans le monde scientifique et technologique d’aujourd’hui, où tout s’accélère, nous devons bâtir des relations solides qui nous permettront de prendre les devants dans la recherche de solutions aux problèmes importants, souligne Jeff Griffin, Ph.D., vice-président, Sciences et technologie des LNC. Ce premier partenariat avec l’Université d’Ottawa sera un modèle dont nous pourrons nous inspirer avec d’autres partenaires clés. » 

En savoir plus sur la recherche et l’innovation à l’Université d’Ottawa 

En savoir plus sur Énergie atomique du Canada limitée 

En savoir plus sur les laboratoires nationaux nucléaires canadiens