L’Université d’Ottawa, véritable modèle de réduction des déchets

Développement durable  
Développement durable
Vie étudiante
Dessin animé de l'Université d'Ottawa avec des éoliennes en arrière-plan
Dans le cadre du Défi Zéro-déchet, l’Université d’Ottawa est arrivée bonne première parmi les grandes universités nord-américaines et parmi les cinq meilleures universités, toutes catégories confondues, en matière de réacheminement des déchets, c’est-à-dire pour la quantité de déchets qu’elle n’envoie pas au site d’enfouissement. C’est grâce à nos programmes de recyclage et de compostage et à la participation de notre communauté que nous avons pu réduire notre production de déchets.

En effet, l’Université d’Ottawa a établi plus de 20 programmes de réutilisation et de recyclage, notamment environ 350 postes de tri des déchets et de collecte de matières organiques répartis partout sur le campus. Ainsi, nous récupérons les matières recyclables et organiques partout où nous collectons les déchets.

Un suivi rigoureux de la réduction des déchets

L’Université d’Ottawa mesure la quantité de déchets qu’elle produit et recycle depuis 2008. Comment? En pesant la majeure partie de ses déchets. Ces données sont ensuite transmises au Défi Zéro-déchet, qui compare les taux de réacheminement des déchets de plus d’une centaine d’universités et de collèges. Avec un taux de 60,941 %, l’Université se classe première dans la catégorie des grandes universités, et parmi les cinq meilleures, toutes catégories confondues.

Tableau de la course au zéro déchet montrant les résultats de l'uOttawa dans la compétition.

La collecte de matières organiques, notre plus grande réussite

On ne s’en rend pas compte, mais un campus génère une énorme quantité de déchets organiques. Nous compostons chaque année plus de 100 tonnes de déchets organiques de notre Salle à manger et 60 tonnes par an de litières d’animaux provenant de nos laboratoires de recherche en médecine. Nous collectons également deux autres sources de compost parmi les plus communes, soit les serviettes en papier dans les toilettes et les gobelets de café dans des lieux stratégiques, comme le Carrefour des apprentissages.  Ces programmes de compostage sont avantageux pour l’environnement. En effet, lorsqu’ils sont enfouis, les déchets organiques libèrent du méthane, un puissant gaz à effet de serre, mais ils n’en produisent pas dans le compost.

L’Université recycle le papier qu’elle collecte notamment dans les bacs bleus répartis dans les bureaux et les boîtes de dépôt de manuels scolaires installées partout sur le campus. De plus, la Gratuiterie recueille et redistribue les objets qui peuvent encore servir. Bref, nous déployons tous les efforts pour réutiliser, recycler et composter tout ce qu’il est possible de détourner des sites d’enfouissement.

Objectif zéro déchet en 2050

Nous entendons réduire de 30 % notre production de déchets d’ici 2035, pour enfin atteindre l’objectif zéro en 2050. Il nous faut trouver des solutions novatrices et de nouveaux partenaires pour réduire davantage la quantité de déchets, comme les palettes et les contenants de repas à emporter. Chaque trimestre, le Service des immeubles collabore avec le programme de stages d’apprentissage par l’expérience communautaire afin d’améliorer les infrastructures de recyclage et de trouver des solutions originales pour améliorer notre taux de réacheminement des déchets. Le sous-comité du programme zéro déchet de l’Université d’Ottawa est en train d’établir un plan pour nous aider à atteindre nos objectifs. Nous remercions toute la communauté universitaire qui participe à nos efforts.

Suivez le Bureau du développement durable du Service des immeubles pour rester au fait de nos progrès et initiatives!

Renseignez-vous sur le réacheminement des déchets à l’Université d’Ottawa.