Célébrons les voix étudiantes noires

Affaires étudiantes
Le Gee
Vie étudiante
Mois de l’histoire des Noirs
Expérience étudiante
Gee-Gees
Collage de cinq étudiants noirs présentés dans l'article.
L’Université d’Ottawa se prépare à célébrer le Mois de l’histoire des Noirs et à honorer des figures marquantes lors de la troisième édition annuelle du Gala de l’excellence noire, le 3 février. Pour l’occasion, nous avons demandé à nos étudiantes et étudiants et aux membres du personnel de suggérer des personnes influentes moins connues et à surveiller qui incarnent la diversité et la créativité de notre communauté.

Nonso Morah, Études des conflits et droits humains 

En plus de travailler comme adjointe administrative et aux médias pour l’honorable sénatrice Paula Simons et comme coordonnatrice au mentorat pour la Bourse de 1834, un organisme qui veut encourager la jeunesse noire à assumer des rôles de leadership civique, Nonso est poète de spoken word, autrice et photographe. Dans ses écrits, elle explore les questions de l’identité et de l’afrocentrisme, s’inspirant de sa propre expérience en tant que Nigériane-Canadienne de deuxième génération qui a grandi à Edmonton. L’an dernier, elle a récité son émouvant poème An Open Letter to the Child I Once Was lors d’une réception tenue au Sénat dans le cadre du Mois de l’histoire des Noirs.

« J’ai grandi avec la conviction que le véritable progrès consiste à élever les autres en même temps que soi, à graver son nom dans les étoiles en traçant la voie pour les autres. Ce principe guide chacun de mes projets, qu’il soit politique ou poétique, car je témoigne des générations qui m’ont entraînée dans leur sillage. »

Nous pourrons lire ses poèmes dans Unbound: An Anthology of New Nigerian Poets Under 40, un ouvrage publié en mars par Griots Lounge Publishing et Narrative Landscape Press de Lagos.

Nonso Morah
Les voix étudiantes noires

« J’ai grandi avec la conviction que le véritable progrès consiste à élever les autres en même temps que soi, à graver son nom dans les étoiles en traçant la voie pour les autres. »

Nonso Morah

— Études des conflits et droits humains

Christina Campbell, Soins infirmiers

En plus d’être étudiante, Christina cumule deux emplois : elle est analyste subalterne des politiques, Antiracisme en sciences au Bureau des politiques scientifiques et d’éthique de Santé Canada, et assistante de recherche en soins infirmiers de la professeure Mwali-Nachishali Muray au Centre interdisciplinaire pour la santé des Noir.e.s de l’Université d’Ottawa. Ses travaux portent sur les expériences de patientes et patients africains, caraïbéens et noirs dans des contextes où la langue officielle est minoritaire.

« Je suis habitée par une grande passion pour l’humanisation des expériences vécues. C’est très important pour moi de veiller à ce que les problèmes, les préoccupations et les récits authentiques des gens soient reflétés dans les politiques, la littérature savante et les lois. Professionnellement, je suis motivée par la conviction que l’équité en santé peut changer des vies. Je me passionne également pour les grands enjeux sociaux et l’amélioration du bien-être des personnes et des collectivités. »

Christina est également coordonnatrice bénévole du programme d’étudiantes et étudiants réfugiés pour la succursale de l’Université d’Ottawa d’Entraide universitaire mondiale du Canada et a été l’une des 40 pages de la Chambre des communes en 2021-2022. 

Christina Campbell
Les voix étudiantes noires

« C’est très important pour moi de veiller à ce que les problèmes, les préoccupations et les récits authentiques des gens soient reflétés dans les politiques, la littérature savante et les lois. »

Christina Campbell

— Soins infirmiers

Bruce Ruzima, Science économique et science politique, option Études africaines 

En plus d’être étudiant, Bruce travaille en tant qu’agent de programme à Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada. Il est également vice-président bénévole de la succursale de l’Université d’Ottawa d’Entraide universitaire mondiale du Canada et vient en aide depuis 2021 à des étudiantes et étudiants réfugiés, les guidant dans les processus d’immigration et universitaires.

« Mes expériences en tant que descendant de survivants du génocide de 1994 contre les Tutsis du Rwanda et en tant que jeune Noir font partie intégrante de mon identité et ont forgé chez moi un engagement inébranlable à l’égard de la justice sociale et une volonté de donner plus de pouvoir aux groupes marginalisés. Mon propre parcours en tant qu’immigrant au Canada a inspiré mon ambition d’offrir à tous les immigrants et immigrantes, mais surtout aux jeunes, une transition et une intégration en douceur, ainsi qu’un accès à des chances égales. Il a également inspiré mon travail en tant que militant pour les causes liées aux droits de la personne, par exemple l’accès à une éducation de qualité pour les personnes réfugiées. »

Bruce a également été boursier 2023 de la Black Diplomats Academy, un incubateur visant à promouvoir la présence de jeunes personnes africano-canadiennes et d’ascendance africaine dans les domaines de la diplomatie et des affaires internationales. Il a également fait partie de la délégation de l’académie à la deuxième session de l’Instance permanente des personnes d’ascendance africaine des Nations Unies, qui vise à améliorer la sécurité, la qualité de vie et les moyens de subsistance des personnes d’ascendance africaine au Canada et partout dans le monde.

Bruce Ruzima
Les voix étudiantes noires

« Mes expériences en tant que descendant de survivants du génocide de 1994 contre les Tutsis du Rwanda et en tant que jeune Noir font partie intégrante de mon identité. »

Bruce Ruzima

— Science économique et science politique, option Études africaines 

Britney Achu, Sciences biomédicales (Régime d’immersion en français)

Britney a la passion d’apprendre et croit fermement que les étudiantes et étudiants ont le pouvoir de changer les choses. Présidente de l’Association des leaders étudiants noirs en 2023–2024, elle est elle-même une leader qui s’attache à bâtir une communauté étudiante noire ici, à l’Université d’Ottawa.


Dès le secondaire, Britney a fondé la toute première association étudiante noire de son école. Elle a ensuite offert des conseils et milité en faveur d’une éducation équitable et antiraciste à titre de membre du conseil consultatif étudiant noir de l’Ottawa Catholic School Board de 2020 à 2021 et de leader principale du Black Student Forum en 2021, une initiative regroupant des associations étudiantes noires.


« J’aime remettre en question les idées reçues et proposer des stratégies de changement originales qui auront un effet positif sur notre manière d’aborder la justice sociale. Fondé sur mes convictions et mon engagement en faveur de l’inclusion, mon travail vise le respect de toutes les personnes et la valorisation de la diversité. Par la promotion de l’égalité et de l’équité, je souhaite bousculer les normes établies de manière à produire un changement actif et positif au profit des groupes vulnérables et marginalisés. J’ai la chance d’avoir une tribune pour exprimer ma voix, et je m’assure tous les jours d’en faire bon usage. »

Britney Achu
Les voix étudiantes noires

« J’aime remettre en question les idées reçues et proposer des stratégies de changement originales qui auront un effet positif sur notre manière d’aborder la justice sociale. »

Britney Achu

— Britney Achu, Sciences biomédicales (Régime d’immersion en français)

Armande Obrou, comptabilité

Armande est présidente de l’Association des étudiants de la Côte d’Ivoire et a été la co-présidente de l’Association des leaders étudiants noirs. En plus de ces responsabilités, elle travaille comme assistante pour l’équipe des événements du campus des Affaires étudiantes de l’Université d’Ottawa et agit comme mentore internationale à Telfer, offrant du soutien aux étudiants et étudiantes venant de l’étranger pour s’adapter à l’Université d’Ottawa. L’an dernier, elle a reçu le prix de l’activisme intersectionnel au sein du Centre d’expérience des étudiant·e·s racisé·e·s et autochtones du Syndicat étudiant de l’Université d’Ottawa dans le cadre du Mois de l’histoire des Noirs.
 

« L’approche du Mois de l’histoire des Noirs apporte une signification particulière. Bien que nous soyons fiers de notre identité noire tout au long de l’année, ce mois offre une occasion unique de partager notre riche culture, notre histoire et de mettre en lumière nos leaders. En tant que présidente de l’Association, mais aussi en tant que métisse, la collaboration avec les différents groupes de l’Université est importante pour moi. 

Ensemble, nous formons une force unie, que ce soit par le biais d’initiatives caritatives, d’événements culturels tels que les soirées africaines, ou de discussions stimulantes sur les questions relatives aux femmes. C’est dans ce contexte que j’ai eu le privilège de recevoir le prix de l’activisme intersectionnel. Cette reconnaissance souligne l’impact de nos efforts collectifs en faveur de l’égalité et la diversité. »
 

Armande est originaire de Côte d’Ivoire et de France, elle a fréquenté un lycée français durant 3 ans. 

Armande Obrou
Les voix étudiantes noires

« Bien que nous soyons fiers de notre identité noire tout au long de l’année, ce mois offre une occasion unique de partager notre riche culture, notre histoire et de mettre en lumière nos leaders. »

Armande Obrou

— Comptabilité

Benazir Tom Erdimi, Études des conflits et droits humains, Mineure en droit civil

Originaire du Tchad, Benazir est activiste communautaire et œuvre au sein du Syndicat étudiant de l’Université d’Ottawa à titre de coordonnatrice du Centre d’expérience des étudiant·e·s racisé·e·s et autochtones, un espace inclusif géré par des étudiant·e·s offrant des ressources, du soutien et la possibilité de dialoguer entre pairs. Benazir est également la fondatrice de The People of Tomorrow (TPOT), une organisation sans but lucratif établie en 2020 pour exposer les histoires de jeunes personnes noires réalisant des choses formidables dans divers domaines : éducation, justice sociale, art, sciences, photographie, etc.

« En tant que personne marginalisée, je comprends l’impact qu’ont les perceptions sur les personnes. C’est pourquoi je vise à changer ces perceptions en mettant en valeur le travail exceptionnel des jeunes BIPOC. J’ai lancé un projet dans le contexte du mouvement Black Lives Matter pour montrer les aspects positifs de la communauté noire au-delà du racisme et de la brutalité policière. Il offre aux jeunes personnes noires accomplies une plateforme pour présenter leurs réalisations et leur apport à la société. »

Benazir a recruté plusieurs étudiantes et étudiants de l’Université d’Ottawa pour œuvrer à la rédaction et faire du bénévolat dans la collectivité. TPOT vise à outiller et à inspirer les jeunes BIPOC (personnes noires, autochtones et de couleur) d’aujourd’hui afin qu’ils deviennent les moteurs de changement de demain, par la modification des perceptions, la promotion d’une représentation positive de leur potentiel, le soutien et le développement d’un sentiment d’appartenance.

Benazir Tom Erdimi
Les voix étudiantes noires

« En tant que personne marginalisée, je comprends l’impact qu’ont les perceptions sur les personnes. C’est pourquoi je vise à changer ces perceptions en mettant en valeur le travail exceptionnel. »

Benazir Tom Erdimi

— Études des conflits et droits humains, Mineure en droit civil

Franck-Maleek Djamat-Dubois, Marketing

En 2018, Franck-Maleek a fondé Kids Connect Africa, une organisation qui mise sur l’éducation des jeunes pour outiller la prochaine génération de leaders africains. Le groupe organise des activités de financement annuel et des ateliers de leadership en sol africain, et plus de présenter des discussions sur les enjeux qui touchent l’Afrique. Franck-Maleek est également entrepreneur, ayant fondé une agence de marketing, FM Media. Son objectif à long terme est d’établir sa renommée en Afrique occidentale et de contribuer à la réussite des entreprises actives dans la région.


« J’aime croire que chaque jour offre de nouvelles possibilités. Et c’est ce qui guide mes actions et mes activités. En effet, chaque jour est l’occasion d’aider, d’apprendre, de récolter, de collaborer et bien plus encore. Au cours des cinq dernières années, grâce à Kids Connect Africa, nous avons eu le bonheur d’aider tant de gens dans le besoin. En décembre 2023, par exemple, nous avons offert des cadeaux et des dons à plus de 300 enfants. Et nous espérons continuer de grandir.

Franck-Maleek Djamat-Dubois
Les voix étudiantes noires

« J’aime croire que chaque jour offre de nouvelles possibilités. Et c’est ce qui guide mes actions et mes activités. »

Franck-Maleek Djamat-Dubois

— Marketing

Ngozi Mosindi, Criminologie

Ngozi est une étoile montante du rugby féminin qui fait preuve d’un dévouement exceptionnel pour ce sport, tant sur le terrain qu’en dehors. En 2023, elle a été élue dans les premières équipes d’étoiles des U Sports (à l’échelle nationale) et du RSEQ. L’année précédente, elle a marqué 10 points pour l’équipe de rugby féminin des Gee-Gees, inscrivant un essai en quart de finale contre l’UÎPÉ pour aider les siennes à remporter la médaille de bronze. Ngozi est également connue pour sa capacité à faire progresser les autres : elle soutient les nouvelles recrues et organise des séances de développement au Cégep Heritage, à Gatineau, de même qu’aux écoles secondaires Immaculata et Carine-Wilson, à Ottawa.

Ngozi est membre active du groupe de travail de l’équipe de rugby féminin des Gee-Gees sur l’équité et la diversité, qui a organisé des ateliers visant à assurer des espaces sûrs pour ses coéquipières. Pendant deux ans, elle a également participé à la gestion du programme de leadership, d’équité et de perfectionnement des habiletés (appelé LEAD), qui vise à inciter les jeunes femmes à poursuivre la pratique de leur sport en proposant des séances qui combinent le perfectionnement des habiletés en rugby et une formation en leadership. Il n’est donc pas étonnant qu’elle ait reçu le Prix 2023 leadership et engagement social du RSEQ en rugby féminin.

« Le rugby est un sport très diversifié, qui est pratiqué par des personnes qui ne se ressemblent pas toutes. Je pense que c’est ce qui m’a attirée en premier lieu. Bien que j’aie commencé tardivement, j’ai toujours admiré les nombreux athlètes de couleur qui jouent dans les équipes nationales, et j’espère arriver un jour au même niveau. Depuis que je suis Gee-Gee, j’ai toujours entendu la citation suivante : ‘‘Ne laisse jamais le maillot dans l’état où tu l’as trouvé’’. J’ai eu le privilège d’être un modèle pour les jeunes athlètes, en particulier les filles de couleur. Le rugby m’a vraiment offert de belles possibilités. C’est pourquoi il est si important pour moi de veiller à ce que les mêmes possibilités soient offertes aux autres. »

Ngozi Mosindi
Les voix étudiantes noires

« Le rugby m’a vraiment offert de belles possibilités. C’est pourquoi il est si important pour moi de veiller à ce que les mêmes possibilités soient offertes aux autres. »

Ngozi Mosindi

— Criminology 

Un grand merci aux personnes et organisations qui ont suggéré des étudiantes et étudiants : l’Association des leaders étudiants noirs, le Syndicat étudiant de l’Université d’Ottawa et le professeur Awad Ibrahim, vice-provost, équité, diversité et excellence en matière d’inclusion et titulaire de la bourse professorale Air Canada sur l’antiracisme.

Merci aussi à toutes celles et à tous ceux que nous avons oubliés! Nous sommes toujours disposés à braquer les projecteurs sur des étudiantes et étudiants de l’Université d’Ottawa dont les réalisations méritent d’être soulignées. N’hésitez pas à nous proposer des portraits par courriel.


Suivez nos réseaux sociaux pour découvrir plus d’histoires inspirantes ainsi que les récipiendaires des prix du héros de la communauté, de l’entrepreneuriat et de reconnaissance des artistes 2024. Le Gala de l’excellence noire est présenté par le Conseil de défense des étudiantes et étudiants athlètes noirs.