Entrepreneures à l’avant-garde : favoriser l’équité en milieu de travail et l’innovation durable

Gazette
Mois de l’histoire des Noirs
Communauté noire
Équité, diversité et inclusion
Développement durable
Communauté diplômée
Jacqueline Rigg et Chizoba Martin
Jacqueline Rigg (B.Com. 1990) et Chizoba Martin (B.Com. 2014).
Le Mois de l’histoire des Noirs est l’occasion idéale de s’informer et de s’interroger sur les expériences et réalisations passées des membres des communautés noires, et de se tourner vers l’avenir en s’appuyant sur le travail et les contributions de personnes noires qui changent actuellement la donne dans notre société.

Les réalisations de deux diplômées exceptionnelles de l’Université d’Ottawa permettent de faire le lien entre le passé et le présent afin de créer un avenir où l’équité, la diversité et l’inclusion occupent une plus grande place.

Ce mois-ci, nous mettons à l’honneur les cheminements remarquables de Jacqueline Rigg (B.Com. 1990) et de Chizoba Martin (B.Com. 2014), deux diplômées exceptionnelles qui s’efforcent de créer un avenir plus équitable et durable.

Contribuer à l’équité en milieu de travail

Cadre à la retraite, la philanthrope et diplômée de l’École de gestion Telfer Jacqueline Rigg a travaillé au sein d’entreprises privées, publiques et sans but lucratif, où elle a occupé de nombreuses fonctions, dont cheffe de la direction de l’Association professionnelle des cadres supérieurs de la fonction publique du Canada et vice-présidente des ressources humaines à l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC), qui lui ont permis de contribuer de manière significative et durable à l’équité en milieu de travail. Elle a par ailleurs cofondé le Réseau des exécutifs noirs de la fonction publique du Canada et a été championne de l’ASFC pour les minorités visibles.

Jacqueline Rigg

« J’ai toujours pensé que le meilleur moyen de faire avancer le dossier de l’égalité était d’être une bonne leader. »

Jacqueline Rigg

— B.Com. 1990

Mme Rigg a reçu de nombreuses distinctions, y compris la médaille R. Trudeau de l’École de gestion Telfer, pour souligner son travail de pionnière. Aujourd’hui, elle redonne à la communauté par l’entremise de ses activités philanthropiques.

Ouvrir la voie à la mode plus durable

Chizoba Martin est née dans une famille entrepreneure et a choisi l’École de gestion Telfer de l’Université d’Ottawa pour poursuivre dans la même veine. Pendant ses études, elle est devenue membre de l’association étudiante nigériane de l’Université d’Ottawa, où elle a trouvé un esprit de communauté et créé de nombreux liens. 

Après avoir obtenu son baccalauréat de Telfer, elle a étudié à l’École de design de Toronto du Collège LaSalle afin de poursuivre son rêve de devenir designer de mode. Rêve qui n’a pas tardé à devenir réalité : l’African Fashion Week Toronto (semaine de la mode africaine de Toronto) lui a remis le prix de la designer de la relève de l’année et ses créations ont été mises à l’honneur quand elle a présenté son idée d’entreprise à l’émission Dragons’ Den. 

Chizoba Martin

« Les propriétaires d’entreprises issus de groupes sous-représentés – groupes racisés, personnes ayant un handicap, jeunes – connaissent eux aussi leur lot d’obstacles. »

Chizoba Martin

— B.Com. 2014

« Quand on est une femme entrepreneure, les gens semblent surpris qu’on leur dise qu’on a réussi. Les propriétaires d’entreprises issus de groupes sous-représentés – groupes racisés, personnes ayant un handicap, jeunes – connaissent eux aussi leur lot d’obstacles », affirme-t-elle.

Sa marque, Zoba Martin, a reçu une offre de Wes Hall après sa présentation à l’émission Dragons’ Den, et Mme Martin s’applique maintenant à la faire grandir, en même temps que son entreprise. 

Elle continue de connaître du succès et de voir son travail reconnu, en particulier après la diffusion de la vidéo « Falling Back » de Drake, où figure son durag à long voile.

Chizoba Martin espère voir son entreprise prendre de l’expansion ailleurs au Canada et dans le monde. Ce qui compte particulièrement pour elle : ses créations et son objectif de diminuer la production de déchets dans l’industrie de la mode.