Les chercheurs de l’Institut de recherche sur le cerveau de l’Université d’Ottawa sont à l’avant-garde de la recherche sur les commotions cérébrales, définissant des lignes directrices actualisées et remettant en question plusieurs positions de longue date sur les commotions cérébrales.

Les chercheurs utilisent la technologie pour surveiller les patients.

Une commotion cérébrale est une forme de lésion cérébrale traumatique qui se produit souvent à la suite d’un choc à la tête, au cou, au visage ou au corps. Ce choc provoque un déplacement du cerveau à l’intérieur de la boîte crânienne, causant parfois des lésions cérébrales. Une commotion cérébrale peut entraîner toute une série de symptômes physiques, cognitifs, émotionnels et liés au sommeil. Les commotions cérébrales sont la forme la plus courante de lésion cérébrale traumatique et constituent un problème de santé majeur au Canada. On estime à 200 000 le nombre de commotions cérébrales survenant chaque année au Canada, bien que ce chiffre puisse être sous-estimé, plusieurs n’étant pas diagnostiquées.

Les chercheurs de l’Institut de recherche sur le cerveau de l’Université d’Ottawa se consacrent à la réduction de l’impact des commotions cérébrales. Nos équipes de recherche développent de nouveaux outils de diagnostic pour mieux identifier les commotions cérébrales, s’intéressent à l’impact des commotions cérébrales sur la santé mentale et publient des lignes directrices éclairées destinées à améliorer la prévention, l’identification et le traitement des commotions cérébrales.

 

Réalisations de la recherche

Remise en question des normes sur le retour aux activités après une commotion cérébrale 

Les travaux actuels du Dr Roger Zemek confirment l’idée de plus en plus répandue selon laquelle l’absence prolongée de l’école et d’autres activités après une commotion cérébrale peut nuire au rétablissement de l’enfant. En fait, un retour plus rapide à l’école peut contribuer à réduire les symptômes de la commotion et, ultimement, permettre une récupération plus rapide. Les résultats de ses études suggèrent qu’il est important que l’enfant retourne à l’école même s’il présente quelques symptômes de commotion cérébrale, car cela facilitera son processus de récupération. Bien qu’il puisse être nécessaire de rester à la maison pendant quelques jours, les absences prolongées peuvent être préjudiciables, car elles entraînent une aggravation des symptômes et ralentissent la guérison. Ces travaux confirment l’importance d’un retour lent et contrôlé à l’école et aux activités sociales, tout en évitant les activités à haut risque telles que les sports de contact.  

Ces résultats sont également appuyés par les travaux du Dr Zemek et de la Dre Andrée-Anne Ledoux (chercheuse au CHEO) qui ont montré que la reprise d’une activité physique sans contact 72 heures après une commotion cérébrale est sans danger et contribue même à réduire les symptômes. Ces résultats, et les lignes directrices qui en découlent, proviennent d’un vaste essai clinique randomisé mené auprès d’enfants et de jeunes âgés de 10 à 18 ans, appelé PedCARE. Cet essai a montré qu’une reprise contrôlée de l’activité physique pouvait à la fois réduire les symptômes de la commotion cérébrale et accélérer la récupération. L’étude a établi des lignes directrices pour la réintroduction progressive de l’activité physique dans la routine du jeune. Elle suggère ainsi qu’à partir de 72 heures après la commotion, le jeune devrait commencer à marcher pendant 15 minutes et, si cela est bien toléré, il devrait marcher un peu plus le jour suivant. Par la suite, le jeune peut se mettre à faire du jogging et, ultimement, à pratiquer des sports sans contact. Il a été noté que le rythme doit toujours être fixé en fonction de ce qui peut être toléré par le jeune et que le retour aux sports de contact doit être autorisé par son médecin. 

Commotion cérébrale et santé mentale 

La Dre Ledoux incorpore également des interventions basées sur la pleine conscience pour aider à améliorer les symptômes des commotions cérébrales grâce à une collaboration avec Mobio Interactive. Ils mènent présentement un essai clinique contrôlé randomisé chez les jeunes visant à explorer les avantages de la pleine conscience dans la gestion des symptômes et l’amélioration de la récupération après une commotion cérébrale. Cela se fera par le biais d’une plateforme mobile appelée AmDTx, qui propose des programmes de psychothérapie validés cliniquement et personnalisés, garantissant que toute personne victime d’une commotion cérébrale, quel que soit son lieu de résidence, puisse avoir accès à ce traitement.  

D’autres recherches menées par les Drs Ledoux et Zemek portent sur l’évolution de la santé mentale des jeunes à la suite d’une commotion cérébrale. Leurs recherches montrent que les jeunes qui subissent une commotion cérébrale présentent un risque 40 % plus élevé de problèmes de santé mentale, d’hospitalisation psychiatrique et d’automutilation comparativement à ceux qui subissent une blessure orthopédique. Les résultats suggèrent que les professionnels de la santé doivent évaluer les symptômes de santé mentale préexistants et les nouveaux symptômes tout au long de la récupération de la commotion cérébrale et, s’ils sont présents, traiter ces conditions immédiatement. Il est particulièrement important d’évaluer les idées suicidaires et les comportements d’automutilation lors des évaluations et des visites de suivi, afin que des interventions puissent être mises en place. 

Nos membres en action

Recherche
Logo et titre de l'IRCuO : "Dans l'actualité. Roger Zemek". Une photo du Dr Zemek est présentée.
Recherche

L’équipe du Dr Roger Zemek reçoit 5,4 millions de dollars de l’Institut ontarien du cerveau pour le programme de recherche TRANSCENDENT

L’équipe du Dr Roger Zemek a reçu plus de 5,4 millions de dollars de l’Institut ontarien du cerveau pour poursuivre un programme de recherche qui chan…
Recherche
Le logo de l'IRCuO et le texte suivant : "dans l’actualité. Dr. Adam Shuhendler". Une photo du Dr. Shuhendler y figure également.
Recherche

Le Dr Adam Shuhendler interviewé dans The Economist

Le Dr Shuhendler est professeur agrégé et titulaire d’une Chaire de recherche du Canada en biologie chimique (niveau 2) à la Faculté des sciences de l…