L’Université d’Ottawa et l’Université McMaster unissent leurs forces pour préparer le Canada aux prochaines pandémies

Recherche
Recherche et innovation
Pôle canadien de préparation à la pandémie
Salle de presse
Annonces
Santé
Médecine
Technologie

Par Université d'Ottawa

Cabinet du vice-recteur à la recherche et à l'innovation, CVRRI

Le Centre de fabrication de produits biothérapeutiques de L’Hôpital d’Ottawa
Le Centre de fabrication de produits biothérapeutiques de L’Hôpital d’Ottawa
Forts des connaissances acquises pendant près de trois années de pandémie, l’Université d’Ottawa et l’Université McMaster s’unissent à des partenaires pour créer le Pôle canadien de préparation à la pandémie (CP2H). Grâce à ce partenariat novateur entre le secteur universitaire, le secteur privé et le secteur de la santé, le Canada sera mieux préparé pour protéger la santé de la population en situation d’épidémie ou de pandémie.

Codirigé par l’Université d’Ottawa, en partenariat avec L’Hôpital d’Ottawa et l’Université McMaster, le CP2H figure parmi les cinq grands pôles sélectionnés au terme de l’étape 1 du concours combiné du Fonds de recherche biomédicale du Canada (FRBC) et du Fonds d’infrastructure de recherche en sciences biologiques (FIRSB), totalisant 10 millions de dollars. Ces deux investissements font partie de la Stratégie en matière de biofabrication et de sciences de la vie du Canada du Gouvernement du Canada, qui investit plus de 2,2 milliards de dollars sur sept ans pour soutenir la croissance d’un secteur de la biofabrication et des sciences de la vie fort et concurrentiel et pour garantir la préparation du Canada en prévision de pandémies futures. 

Le CP2H contribuera à faire du Canada un acteur de premier plan sur la scène internationale pour la valorisation de découvertes biothérapeutiques novatrices faites dans les laboratoires universitaires et privés sous la forme d’essais cliniques et de produits commercialisables.  

L’annonce d’aujourd’hui lance aussi l’étape 2 du concours combiné FRBC-FIRSB. Il s’agit d’un appel de financement de 570 millions de dollars pour appuyer des propositions de recherches novatrices, le développement des compétences et des projets d’infrastructures qui seront associés aux pôles sélectionnés.

Le Centre de fabrication de produits biothérapeutiques de L’Hôpital d’Ottawa
Le Miller Laboratory à la McMaster University

Le Pôle canadien de préparation à la pandémie est un réseau visant à transformer, de manière rapide et économique, les découvertes canadiennes d’aujourd’hui en remèdes de demain. Ce nouveau point de ralliement rassemble des scientifiques de partout au pays qui, animés par un esprit de coopération, ont des intérêts de recherche complémentaires et ont prouvé leur synergie dans des collaborations antérieures. Les scientifiques principaux du CP2H ont une vocation d’« entrepreneuriat universitaire »; ces personnes ont organisé des projets d’équipe nationaux et encadré la conception, la construction et l’acquisition de l’infrastructure spécialisée essentielle au succès de ce projet. 

« Nous sommes très enthousiastes à l’idée de contribuer activement à cet effort national sans précédent pour favoriser la vitalité et la compétitivité du secteur de la biofabrication et des sciences de la vie, souligne Sylvain Charbonneau, vice-recteur à la recherche et à l’innovation de l’Université d’Ottawa. L’objectif ultime, c’est de faire du Canada un chef de file mondial de la vaccination, des traitements et des diagnostics émergents, et ainsi de renforcer notre capacité nationale de prévention et d’intervention en situation de pandémie. »  

« L’Université McMaster est à l’avant-garde de la recherche liée aux pandémies grâce à son institut Global Nexus for Pandemics and Biological Threats, d’autant plus que la ville de Hamilton – stimulée entre autres par le parc d’innovation de notre université – est l’un des pôles de recherche en sciences de la vie avec la plus forte croissance au Canada », déclare Karen Mossman, vice-rectrice à la recherche à l’Université McMaster. « Nous sommes très bien positionnés pour co-diriger cette initiative et travailler avec l’industrie et nos partenaires universitaires afin d’appuyer les stratégies ontarienne et canadienne sur les sciences de la vie, accroître notre écosystème en innovation et combler l’écart entre la recherche en laboratoire et le marché. » 

« Nous sommes ravis d’avoir la possibilité de contribuer à l’écosystème florissant de la bioscience et de la biofabrication au Canada, explique le Dr Duncan Stewart, vice-président exécutif à la recherche de l’Hôpital d’Ottawa et professeur de médecine à l’Université d’Ottawa. Au cours des 16 dernières années, le Centre de fabrication de produits biothérapeutiques de l’Hôpital d’Ottawa a joué un rôle névralgique dans la mise au point de vaccins, de cellules souches et de thérapies virales pour des essais cliniques aux quatre coins du globe, et nous avons hâte de travailler avec des partenaires pour mettre à profit cette réussite. » 

Plus de 45 partenaires stratégiques des secteurs universitaire, privé et sans but lucratif et d’organismes gouvernementaux s’uniront pour accélérer la découverte et la mise au point de traitements novateurs pour guérir et prévenir un éventail de maladies humaines (et animales) d’origine infectieuse et génétique. Le CP2H optimisera l’infrastructure de préparation aux pandémies en faisant le pont entre l’université et les entreprises pour créer des technologies transformatrices. En plus de mieux nous outiller pour affronter la pandémie, ce projet développera les capacités de traitement et de biofabrication et favorisera la création et le maintien d’emploi dans un marché hautement compétitif. 

Cette ambition passe par la création d’une coopérative pancanadienne d’installations de biofabrication conformes aux bonnes pratiques dotées d’une expertise complémentaire pour soutenir les essais cliniques et renforcer la capacité de multiples sites au pays, dont le Centre de fabrication de produits biothérapeutiques de l’Hôpital d’Ottawa, le Laboratoire de vecteurs Robert E. Fitzhenry, la Vaccine and Infectious Disease Organization (VIDO) de la Saskatchewan, la Alberta Cell Therapy Manufacturing (ACTM), ainsi que les universités Queen’s et Carleton. Des collèges comme Algonquin, La Cité et Mohawk joueront également un rôle clé dans ce projet. 

De nombreux nouveaux projets d’infrastructures intéressants viendront se greffer au CP2H : le Centre de recherche médicale de pointe (CRMP), qui accueillera le siège social administratif du projet, le réaménagement du Centre de fabrication de produits biothérapeutiques (en anglais seulement) et le Global Nexus (en anglais seulement) de l’Université McMaster.