Réactions communes

Que la violence à caractère sexuel soit récente ou non, elle a un impact important chez la victime. Cet impact peut prendre diverses formes et peut toucher la majorité des survivants et survivantes ou dépendre d’une situation particulière. Les conséquences peuvent se manifester immédiatement après l’agression ou elles peuvent survenir des années plus tard, et ce, sur une longue période.

Ce que vous pouvez ou pourriez ressentir :

  • Des problèmes physiques

    Maux de tête, fatigue, maladies transmises sexuellement, grossesse non désirée, blessures, etc.

  • Des problèmes psychologiques

    Tristesse, déni, dépression, culpabilité, colère, honte, peur, cauchemars, irritabilité, etc.

    • Des difficultés sexuelles

      Baisse de désir, hypersexualité, dégoût, douleurs lors des relations sexuelles, évitement, etc.

      • Des difficultés relationnelles

        Dépendance aux autres pour du soutien, isolement, rejet, méfiance, victimisation, etc.

      • Des frustrations ou de l’anxiété

        Liées au processus judiciaire (procès, témoignage), sensibilité envers les préjugés, sentiment d’impuissance, etc.

      • Des problèmes économiques, sociaux ou familiaux

        Difficultés au travail, rejet par les pairs, séjour dans un centre d’intervention, perte de revenu, etc.

      • Des problèmes de dépendance (mécanismes de défense)

        Alcool, drogues, jeu, médicaments, nourriture, exercice, automutilation, etc.

       

      Aller chercher de l’aide le plus rapidement possible permet de diminuer les conséquences et de vous sentir moins seul ou seule.

      Particularités chez les hommes

      La violence sexuelle est souvent considérée comme un problème qui touche davantage les femmes; c’est pourquoi les hommes qui en font l’expérience ont tendance à ne pas en parler ou à chercher du soutien. Bien que chaque personne y réagisse différemment, les hommes peuvent ou pourraient ressentir en tant que survivant :

      Colère et honte

      Les hommes apprennent souvent dans notre société à ne pas montrer ou communiquer leurs émotions; ils doivent être forts et robustes pour être à la hauteur de cette idée de la virilité. C’est pourquoi il est très difficile pour les hommes d’avouer qu’ils ont vécu de la violence sexuelle. Ils peuvent exprimer ou extérioriser leur colère, mais d’autres sentiments sous-jacents comme la souffrance, la honte et la peur peuvent s’y cacher. Ils peuvent également se blâmer en pensant que c’était leur faute, qu’ils auraient pu faire quelque chose ou qu’ils ont aimé cela s’ils ont réagi physiologiquement à la stimulation sexuelle.

      Confusion quant à son identité sexuelle

      L’identité sexuelle pose problème à la plupart des hommes après une agression sexuelle. Ils peuvent se demander s’ils sont hétérosexuels, homosexuels ou bisexuels. Ils peuvent aussi se questionner à savoir si leur expérience a influencé leur sexualité.

      • Si l’agresseur est un homme, le survivant peut éprouver des difficultés à faire confiance aux hommes ou à développer une relation avec un partenaire du même sexe. Il peut également se sentir comme s’il « doit » être homosexuel pour avoir attiré l’agresseur ou craindre d’être perçu ainsi.
      • Si l’agresseur est une femme, le survivant peut ne pas définir cette expérience comme une agression sexuelle, car les hommes apprennent souvent qu’obtenir l’attention sexuelle d’une femme est une bonne chose. Il peut aussi avoir honte d’avouer son expérience ou se sentir faible ou efféminé parce que les femmes sont censées être des protectrices et des gardiennes, mais pas des agresseuses intimidantes.
      • Si l’agresseur est un conjoint, le survivant peut être confus ou incrédule et il peut redéfinir l’agression sexuelle comme étant une mauvaise expérience sexuelle. Il peut également se sentir émasculé s’il croit que les hommes devraient toujours désirer des relations sexuelles.

       Difficultés liées à l’intimité

      Les hommes ayant vécu de la violence sexuelle peuvent éprouver des difficultés à faire confiance aux autres. Cette méfiance peut même se transférer à des personnes en position d’autorité, des collègues, des amis, de la famille et à toute relation intime. Cette réaction est normale étant donné qu’un acte de violence sexuelle est un grave abus de confiance, surtout si l’agresseur est connu du survivant.

       Difficultés liées au fonctionnement physique

      De nombreux symptômes physiques (comme ceux décrits plus haut) peuvent être ressentis après une agression sexuelle, mais les hommes peuvent également éprouver des difficultés liées au fonctionnement sexuel. Ils peuvent associer les relations sexuelles avec l’agression sexuelle et faire l’expérience d’érections douloureuses, de la difficulté à maintenir une érection, de l’éjaculation précoce, d’une absence de désir ou d’une obsession avec le sexe.

      Outils et ressources

      Veuillez noter que le présent site Web est rédigé au féminin, mais n’exclut aucunement toute personne victime de violence sexuelle.

      Haut de page