Combler le fossé entre l’expérience des étudiants et celle des professeurs

Publié le mardi 18 novembre 2014

Par Brandon Gillet

Cette semaine, dans le cadre du programme ÉvaluAction, les étudiants et étudiantes de l’Université d’Ottawa ont l’occasion de s’exprimer sur ce qu’ils aiment et n’aiment pas de l’enseignement et des cours offerts par leurs professeurs.

En effet, vers la fin de chaque session, on demande aux membres de la population étudiante de donner leur opinion non seulement sur la qualité des cours qu’ils suivent, mais aussi sur les aptitudes de leurs professeurs. Le jour de l’évaluation, on leur remet au début d’un cours donné un formulaire constitué d’un questionnaire et d’une feuille de commentaires qu’ils doivent remplir sur place.

Les professeurs utilisent les évaluations pour savoir comment mieux transmettre la matière à leurs étudiants et améliorer leurs méthodes d’enseignement. Depuis 1977, ces évaluations ont permis de rapprocher davantage l’expérience des étudiants de celle de leurs professeurs. Entre autres, elles ont aidé des professeurs comme Pascal Lefebvre à trouver les meilleurs moyens de susciter l’intérêt de ses étudiants.

« Chaque année, j’analyse les résultats des évaluations de mes cours et, surtout, je lis attentivement les commentaires supplémentaires que les étudiants ont pris la peine d’écrire », affirme M. Lefebvre, professeur à l'École des sciences de la réadaptation. « Ainsi, j’ai pu adapter progressivement mon enseignement aux besoins d’apprentissage réels de mes étudiants. »

En plus de contribuer à l’amélioration continue de l’enseignement, les évaluations peuvent aussi aboutir, pour les professeurs, à des occasions d’obtenir une promotion ou de remporter des prix d’excellence. Inversement, bien que ce soit rare, des évaluations constamment négatives pourraient empêcher un professeur à temps plein d’obtenir sa permanence ou un professeur agrégé d’être réembauché.

« Pour les professeurs, EvaluAction est une source de suggestions des plus pertinentes pour améliorer leur enseignement, ajoute M. Lefebvre. Bien sûr, ils sont libres d’en tenir compte ou non, mais ils ont tout avantage à le faire! »

Comment l’Université s’assure-t-elle que les étudiants oseront dire ce qu’ils pensent vraiment? En leur garantissant l’anonymat le plus complet. Les évaluations sont anonymes et confidentielles. De plus, les professeurs ne sont pas présents pendant l’évaluation; ce sont des moniteurs qui distribuent et recueillent les formulaires. Ceux-ci sont placés dans des enveloppes qui seront immédiatement cachetées puis acheminées directement à la faculté concernée.

« Quand le professeur reçoit ses rapports d’évaluation, il voit des résultats amalgamés, explique M. Lefebvre. Il ne dispose d’aucun moyen de retracer la source des commentaires. »

Les commentaires permettent aux professeurs de savoir ce que leurs étudiants pensent réellement de leurs cours et de leur enseignement.

« EvaluAction m’a permis de mieux comprendre le vécu personnel des étudiants dans mes cours. Ils donnent, pour la plupart, des commentaires constructifs pour améliorer mon enseignement, affirme M. Lefebvre. Je crois maintenant que mes cours sont à point, et c’est en partie grâce à la rétroaction de mes étudiants au cours des dernières années. »

Haut de page